Les États-Unis demandent officiellement l’aide du Royaume-Uni pour interroger le prince Andrew dans le cadre de l’affaire Epstein

Jusqu’à présent, le prince Andrew avait fait la sourde oreille. Les procureurs américains en charge de l’enquête que la presse appelle « l’affaire Epstein », ont déjà expliqué qu’ils avaient essayé d’organiser des interrogatoires sous serment avec le fils de la reine Elizabeth. Malgré les différentes demandes adressées à son domicile, il n’avait jamais donné de suite. À présent, les choses risquent de se compliquer pour le duc d’York. Le Département de la Justice (DOJ) des États-Unis a officiellement fait la demande d’entraide auprès du Bureau de l’Intérieur du Royaume-Uni (Home Office), tel que l’autorise le traité d’entraide judiciaire entre les deux pays.

Mise à jour : Les avocats du prince Andrew ont réagi à la demande de coopération et donnent leur version.

Le prince Andrew prêt à riposter alors que le Département de la Justice américain (DOJ) a envoyé une demande formelle de coopération judiciaire au Bureau de l’Intérieur britannique (Home office) (Photo : capture BBC)

Lire aussi : Le prince Andrew refuse de coopérer et a ignoré 3 requêtes des avocats des victimes d’Epstein

Le Département de la Justice a fait une demande formelle au Bureau de l’Intérieur pour interroger le prince Andrew

Le prince Andrew a toujours nié son implication dans les affaires de mœurs et le trafic de mineures dont est accusé son ancien ami, le millionnaire Jeffrey Epstein, qui s’est suicidé dans sa cellule l’été dernier, peu de temps après son arrestation. À présent, la demande officielle des autorités américaines signifie que le prince Andrew pourrait être contraint de comparaître devant un tribunal britannique en tant que témoin dans l’affaire, d’ici quelques mois.

Lire aussi : Le prince Andrew impliqué dans le scandale sexuel de Jeffrey Epstein, accusé d’agressions sexuelles sur mineures

Le prince Andrew prêt à riposter

Selon les premières informations de la presse britannique, une demande officielle de coopération entre les deux pays (qui n’est demandée que dans des cas de haute criminalité) a été envoyée ce weekend. Depuis lors, l’équipe juridique du prince Andrew est sur le pont. Selon Daily Mail, ce lundi, une déclaration officielle du prince Andrew devrait être publiée. Le tabloïd pense que le duc d’York et son équipe feront une révélation fracassante pour prouver que l’on tente de nuire à sa réputation. Il semblerait que contrairement à ce que prétendent les procureurs américains, le prince Andrew aurait collaboré à plusieurs reprises en apportant sa contribution.

Lire aussi : « J’ai déçu la famille royale » : Le prince Andrew répond aux accusations sur son implication dans l’affaire Epstein, en interview pour la BBC

Le duc d’York nie toute implication depuis le début de l’affaire

Le prince Andrew est appelé à témoigner dans cette affaire, alors que la principale plaignante, Virginia Roberts Giuffre, aujourd’hui âgée de 36 ans, a déclaré avoir eu des rapports sexuels avec le duc d’York, alors qu’elle était encore mineure. Le nom du prince Andrew apparait dans la longue liste d’hommes influents qui auraient bénéficié du réseau de trafic de mineures mis au point par Jeffey Epstein et sa complice, Ghislaine Maxwell. Le prince Andrew a toujours nié avoir eu connaissance de ces pratiques, bien qu’il ait souvent fréquenté Epstein. Également, il nie formellement avoir eu des relations sexuelles avec Virginia Roberts et même de l’avoir rencontrée. Quant à la photo existante où il la tient par la taille, il dit simplement ne pas avoir d’explications à ce sujet.

Le prince Andrew tient par la taille Victoria Roberts Giuffre, principale plaignante dans l’affaire Epstein et derrière se tient Ghislaine Maxwell, accusée d’être l’entremetteuse

Lire aussi : « Il sait ce qu’il a fait et j’espère qu’il avouera » : Virginia Roberts s’exprime sur le prince Andrew dans l’affaire Epstein

Source : Mail Online

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr