Les enfants du prince William sont devenus de vrais petits cavaliers pendant le confinement

C’est très certainement le hobby préféré des membres de la famille royale britannique : l’équitation. Les membres de la famille royale partagent cette passion sous toutes ses formes et disciplines. Le duc et la duchesse de Cambridge ont commencé à initier leurs trois enfants à l’équitation. Ils ont profité du confinement et du temps passé dans leur résidence de campagne, dans le Norfolk, pour les faire monter à cheval plus souvent.

George, Charlotte et Louis de Cambridge ont profité du confinement pour développer leur passion pour les chevaux (Photo : PA Photos/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Sarah Ferguson devient juge d’une émission de danse avec des chevaux pour la Fox

George, Charlotte et Louise ont développé une passion pour l’équitation

Selon le magazine People, le prince George, 7 ans, la princesse Charlotte, 5 ans, et le prince Louis de Cambridge, bientôt 3 ans, se sont mis plus sérieusement à l’équitation au cours de l’année dernière. Le prince William aurait initié son plus jeune fils. Et selon The Times, il serait « ravi » qu’il y aie montré de l’intérêt. Il espère que ses trois enfants pourront accompagner la reine prochainement, lors de ses balades estivales à dos de cheval au château de Balmoral.

Le prince George monterait à cheval depuis l’âge de 4 ans. Quant à la princesse Charlotte elle a toujours été fascinée par les chevaux, avait déclaré sa maman lors d’une rencontre avec des champions olympiques à Buckingham en 2016. Charlotte avait alors 1 an. Selon People, à cause du confinement les enfants du prince William et de Kate Middleton ont eu beaucoup plus de temps pour améliorer leur technique. La famille a vécu quasiment toute l’année 2020 dans la campagne, dans le Norfolk, préférant quitter Londres durant le confinement.

La passion des Windsor pour les chevaux est transmise de génération en génération

Il faut dire qu’aimer les chevaux est presqu’une condition pour faire partie de la famille. Le prince Philip était un grand joueur de polo, avant qu’il ne soit contrait d’arrêter à cause de l’arthrose. Victime de plusieurs accidents de polo, qui lui vaudront plusieurs hospitalisations, il mettra fin à sa carrière dans le polo, pour se consacrer à l’attelage. Le prince William et le prince Harry s’affrontaient au polo également. Ce fut encore le cas en 2019 lors d’un match caritatif.

La reine Elizabeth, qui monte à cheval depuis son plus jeune âge (elle a reçu son premier poney Shetland pour son 4e anniversaire), possède une écurie qui lui a rapporté environ 8 millions d’euros ces 30 ans dernières années, avait fait le buzz l’année dernière lorsqu’elle avait été photographiée à dos de son poney à 94 ans. Le poney de la reine est un Fell, une race de poneys anglais qui ne dépasse pas 1,4 mètre. « Sa Majesté aime l’équitation depuis son enfance et est étroitement impliquée dans le bien-être des chevaux qu’elle possède pour l’élevage, l’équitation et la course », écrivait Buckingham en partageant une photo de la reine sur le dos de son poney Fern.

La reine Elizabeth II photographiée sur son poney à 94 ans (Photo : The Royal Family)

L’équitation est une passion qui traverse les générations chez les Windsor. La reine elle-même, a transmis sa passion pour les chevaux à sa fille, la princesse Anne, qui l’a également transmise à sa propre fille, Zara, qui a notamment participé aux Jeux olympiques en 2012. La princesse Anne est la première membre de la famille royale à avoir participé aux Jeux olympiques en 1976. Zara Tindall se présente dans les épreuves du concours complet (CCE). Lady Louise Mountbatten-Windsor, la plus jeunes des petites-filles de la reine Elizabeth, est elle aussi passionnée par l’équitation. Sa discipline favorite est l’attelage.

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr