L’ultra-mondaine carthagénoise bientôt princesse de Liechtenstein

D’ici quelques jours, la jet-set internationale, les mondains colombiens et des membres de familles royales européennes se retrouveront à Carthagène pour célébrer le mariage du prince Josef-Emanuel de Liechtenstein et de Claudia Echevarría. Il ne manquait plus qu’un titre de princesse à cette entrepreneuse colombienne, issue d’une des plus anciennes familles d’industriels du pays.

Lire aussi : Laetitia Maria de Belgique accompagne son père au mariage de la princesse Anunciata à Vienne

Une Colombienne qui s’apprête à devenir princesse de Liechtenstein

Maria Claudia Echavarría Suárez cultive la discrétion depuis l’annonce de ses fiançailles avec le prince Josef-Emanuel de Liechtenstein, petit-fils du souverain François-Joseph II, et neveu de deux chefs d’État actuels : le grand-duc Henri de Luxembourg et le prince Hans-Adam II de Liechtenstein. Le jour de l’annonce des fiançailles, Claudia Echavarría, surnommée Cloclo, a rendu son compte Instagram privé, ne gardant public qu’un lien renvoyant vers un article de Forbes à propos de Sí Collective, une entreprise de conseil qu’elle a fondée.

Le prince Josef-Emanuel de Liechtenstein avec ses sœurs, les princesses Maria-Anunciata (droite) et Marie-Astrid de Liechtenstein (gauche) (Photo : Patrick van Katwijk/DPA/ABACAPRESS.COM)

La jeune femme, avant de s’apprêter à devenir « la femme de », a déjà mené sa barque. Bien née, Cloclo forme un duo chic et mondain avec sa mère, Evelia, surnommé Chiqui. Les soirées de Cloclo et Chiqui, dans leur somptueuse demeure carthagénoise du 18e siècle, attirent tout le gratin local. Cloclo est également une femme d’affaires. Elle a lancé CREO Consulting, sa dernière entreprise qui promeut les marques de mode latino-américaines à Londres et à New York, avec sa cousine, Giovanna Campagna Garcés.

Lire aussi : CNN accuse le mauvais prince de Liechtenstein d’avoir tué un ours

La dynastie des Echevarría à Carthagène des Indes

Si la future princesse de Liechtenstein n’a pas de sang royal immédiat, son histoire familiale est tout aussi riche et rocambolesque que celle de certaines dynasties. La famille Echevarría est d’origine basque, dont la graphie traditionnelle est Etxebarria et veut dire « nouvelle maison ». La famille a quitté le Pays basque au 17e siècle et a traversé l’océan. En Colombie, les Echevarría ont bâti leur fortune dans l’agriculture, puis dans les mines, puis dans l’industrie manufacturière, comme l’explique W Magazine.

Lire aussi : Les princes et princesses de Luxembourg au mariage de leur cousine Anunciata de Liechtenstein

Chiqui, la veuve de Felipe Echavarría Rocha, a pour habitude d’inviter chez elle les nombreux cousins issus des différentes branches des Echevarría, répartis un peu partout en Amérique latine. Il faut dire qu’elle a la place pour les accueillir chez elle, dans sa somptueuse villa de Carthagène des Indes, une ville de près d’un million d’habitants au nord de la Colombie.

Le journaliste Christpher Bagley, de W Magazine, a été invité à passer une journée en compagnie de Cloclo et Chiqui, puis à assister à l’une de leurs soirées. Il explique qu’après « avoir acheté une modeste propriété près des murs fortifiés de la ville et construit une petite piscine dans sa cour », Chiqui fut déterminée à agrandir sa propriété, « en raflant six maisons adjacentes ». Pour parvenir à ses fins, elle a par exemple, usé de moyens assez originaux, comme placer des toucans dans les arbres de son jardin, dans le but de faire fuir les voisins agacés par le bruit des oiseaux et de racheter leur maison ensuite.

C’est à Carthagène des Indes que la famille réside lorsqu’elle est en Colombie. Elle vit aussi à Londres. Carthagène est une ville qui évoque beaucoup de fantasmes. Cette ville fortifiée, fondée en 1533, est connue grâce à l’auteur Gabriel García Márquez, dont son livre L’Amour aux temps du choléra dépeint l’atmosphère de cette ville de la côte caribéenne. L’auteur aurait d’ailleurs fréquenté le quartier où vivent les Echevarría, ayant acheté une maison non loin de là dans les années 80.

La famille de la jeune Cloclo, qui pour sa part est cosmopolite (elle a grandi principalement à Miami, à Genève et à Villars, en Suisse, avec quelques séjours à Bogotá et est diplômée de l’université de Boston), cache bien d’autres secrets. Une légende familiale raconte que son grand-père, Felipe Echavarría Olózaga, a été capturé par la police secrète à Bogotá dans les années 1950 et a été torturé, obligé à rester assis sur un bloc de glace pendant deux jours. Il aurait réussi à s’enfuir grâce à l’aide de prêtres envoyés pour le prétexte d’une confession. Il a alors rejoint Rome, où il a vécu jusqu’à la fin du mandat du dictateur colombien Gustavo Rojas Pinilla. L’autre anecdote familiale concerne María Eugenia Garcés de Campagna, l’une des tantes de Cloclo, qui serait brièvement sortie avec le prince Charles.

W Magazine raconte aussi que la famille d’industriels était une cible particulièrement recherchée par les ravisseurs, il y a encore quelques décennies. Depuis les années 1980, plusieurs membres de la famille ont été enlevés et l’un d’eux a même été tué. Enfants, Cloclo et son frère Felipe, avaient chacun jusqu’à six gardes du corps lorsqu’ils se déplaçaient à Bogotá. Cloclo confie à Christopher Bagley : « Chaque fois que nous parlions au téléphone avec nos parents ou nos amis, nous n’avions pas le droit de dire où nous allions, au cas où quelqu’un écouterait ».

Lire aussi : Le mariage de la princesse Marie-Astrid de Liechtenstein en Toscane en présence de trois familles régnantes

Le Gotha européen prêt à s’envoler pour la Colombie

C’est dans ce cadre magnifique, où palmiers, vestiges coloniaux et mer des Caraïbes se côtoient, que Claudia Echevarría va épouser le prince Josef-Emanuel de Liechtenstein, d’ici quelques jours. La presse colombienne et la presse espagnole ne s’accordent pas sur la date exacte, bien qu’à présent, la date la plus probable serait le premier week-end du mois de mars 2022.

On peut s’attendre à voir de nombreuses personnalités en Colombie. Les lieux de la cérémonie et de la réception ne sont pas connus mais Vanitatis a son idée. Selon le média espagnol, l’église Saint-Pierre-Claver pourrait accueillir la noce. Non seulement il s’agit d’une des plus anciennes églises du centre-ville de Carthagène des Indes, mais en plus, c’est ici que Felipe Echavarría, le frère de Cloclo, s’est marié en 2014.

L’église Saint-Pierre-Claver de Carthagène des Indes pourrait accueillir le mariage du prince Josef-Emanuel de Liechtenstein d’ici quelques jours (Photo : Wikimedia Commons)

Depuis quelques jours, des jeunes femmes issues de grandes familles carthagénoises, partagent des photos sur leurs réseaux sociaux. Le mariage imminent d’une des jet-setteuses les plus importantes de la ville ne fait plus de doute. Le 11 février déjà, une amie de la future mariée partageait des photos d’une soirée arrosée. « Les célébrations ont commencé pour notre Cloclo », écrivait cette amie sur Instagram, en partageant quelques photos de la soirée.

Lors de leurs soirées, qui peuvent compter jusqu’à 400 personnes, Chiqui et Cloclo ont déjà accueilli de grands noms de la noblesse européenne, comme en témoignent des photos prises dans leur jardin. On peut y voir le prince héréditaire Ernst August de Hanovre avec son épouse Ekaterina ou Lady Charlotte Wellesley, fille du duc de Wellington et de la princesse Antonia de Prusse.

Bien entendu, du côté du marié, on s’attend à ce que plusieurs membres de sa famille fassent le voyage jusqu’en Colombie. Ses deux sœurs, la princesse Maria Anunciata et la princesse Marie-Astrid se sont mariées l’année dernière, à quelques jours d’intervalle. Bien que les cérémonies et les mariages étaient dans des styles très différents, l’un très classique et royal en Autriche, l’autre plus bohème et romantique en Italie, elles avaient réuni quasiment les mêmes invités. Il est fort probable que le prince Josef-Emmanuel convie les mêmes invités à son mariage.

Le prince Josef-Emanuel, fils du prince Nikolaus de Liechtensteine et de la princesse Margaretha de Luxembourg, est le neveu du grand-duc de Luxembourg et du prince souverain de Liechtenstein. Des membres de ces deux familles sont donc attendus, sans oublier que du côté luxembourgeois, il est également un descendant de la famille royale belge. Les sœurs de Josef-Emanuel avaient aussi pu compter sur la présence de Pierre Casiraghi et de son épouse Béatrice. La famille princière monégasque pourrait aussi envoyer Andrea Casiraghi et son épouse Tatiana Santo Domingo à ce mariage, les Santo Domingo étant des proches des Echevarría.

Le prince étant cousin avec la plupart des familles royales européennes régnantes ou déchues, le mariage de Josef-Emanuel sera très certainement le mariage royal le plus prestigieux de ce début d’année 2022.

L’éloignement géographique du Vieux continent lui permettra cependant de s’assurer un mariage paisible, loin des paparazzis, ce qui convient à cette famille qui cultive volontairement la discrétion.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr