Juan Carlos ne possède qu’un petit jardin et un terrain secret en Espagne

Le roi émérite Juan Carlos est propriétaire de plusieurs biens, dont la plupart sont connus du grand public. Cependant, ses propriétés sont principalement situées à l’étranger. Pourtant, on le sait moins, le Roi possède également un petit patrimoine en Espagne. Il se compose d’une parcelle de jardin à Aranjuez qu’il partage avec une quinzaine d’héritiers et un mystérieux terrain de quatre hectares à Monachil, en pleine Sierra Nevada, acheté dans les années 70.

Juan Carlos possède seulement deux terrains en Espagne, dont l’un dans les montagnes de la Sierra Nevada. Ici, photographié en 1996 lors des Championnats de ski dans la région (Photo : Archive IDEAL)

Lire aussi : Barcelone retire à Juan Carlos ses honneurs sans Manuel Valls

Les propriétés de Juan Carlos et celles héritées de son père

Selon certaines informations, notamment du bureau du procureur général qui a mis en lumière la vente de plusieurs biens, la presse espagnole attribue au roi Juan Carlos plusieurs propriétés à l’étranger. Il posséderait ou aurait possédé plusieurs parcelles de terrain à Marrakech, deux appartements dans la station de ski suisse de Villars-sur-Ollon et un très luxueux penthouse, au nord de Londres d’une valeur de 65 millions d’euros.

Le roi émérite Juan Carlos a également été un grand propriétaire dans son propre pays, grâce à l’héritage reçu à la mort de son père. À la mort du comte de Barcelone, en 1993, Juan Carlos a hérité « d’un compte avec des fonds en Suisse et un autre avec des actifs en Espagne qui comprenaient des liquidités, des biens immobiliers et un portefeuille d’actions évalué à 200 millions de pesetas », avait déclaré le palais de la Zarzuela dans les années 90. L’héritage comprenait aussi une villa située à Puerta de Hierro, un immeuble sur la Gran Vía de Madrid et un appartement à Estoril, au Portugal. Tous ces biens ont été vendus au fil des années. Si bien qu’aujourd’hui, Juan Carlos ne possède plus aucun de ses biens hérités de son père.

Lire aussi : Sol Bacharach : la maitresse de Juan Carlos pendant sa relation avec Corinna Larsen

Le jardin hérité d’Alphonse XIII

Si le roi émérite Juan Carlos a revendu tout l’héritage de son père, il n’en a pas fait de même pour l’héritage de son grand-père, le roi Alphonse XIII. A quelques mètres du Palais d’Aranjuez, à Madrid, se cache une parcelle de 2500 mètres carrés dont la plupart des propriétaires portent le nom de Borbón. Ils sont les descendants du roi Alphonse XIII et de son épouse, la reine Victoire-Eugénie.

Une quinzaine d’héritiers d’Alphonse XIII se partagent une parcelle de jardin du palais d’Aranjuez (Photo : WikiCommons)

Juan Carlos aurait hérité d’un tiers de la parcelle, le reste étant divisé entre une quinzaine d’héritiers. Ses sœurs, Pilar et Margarita en ont également hérité. Depuis la mort de l’infante Pilar au début 2020, ce sont ses propres enfants qui se partagent encore sa parcelle. Parmi les copropriétaires, il y a notamment les autres petits-enfants d’Alphonse XIII, descendants de ses filles.

Lire aussi : Juan Carlos a demandé la main de Corinna Larsen : elle l’a quitté pour ses infidélités

La propriété secrète de Juan Carlos

Outre le jardin d’Aranjuez, Juan Carlos possède une deuxième propriété, beaucoup moins connue, en Espagne, achetée par ses propres moyens. Il s’agit d’un terrain à Monachil, dans la province de Grenade, en Andalousie. Elle est située au pied de la station de ski de la Sierra Nevada.

Le média espagnol Vanitatis a découvert cette propriété après avoir réalisé une enquête approfondie. Depuis des décennies, on a pu entendre des rumeurs selon lesquelles Juan Carlos ou la famille royale possédait un appartement, un chalet, une maison à Grenade ou dans une station de ski de la Sierra Nevada. Il est vrai que la famille a souvent profité de vacances dans les années 80 ou 90 dans la région. La station de ski de Monachil avait même proposé d’offrir à Juan Carlos un terrain pour qu’il puisse y construire une maison, la municipalité voulant profiter de la visibilité que le Roi offrait à sa station. Mais Juan Carlos a refusé. En réalité, lorsque la famille descendait les pistes, elle logeait toujours à l’hôtel.

Pourtant, un acte de vente a bien été retrouvé dans les archives des registres de propriété de Grenade. En 1972, un acte notarial signé « Don Juan Carlos de Borbón, Príncipe de España » indique que l’ancien prince d’Espagne a acquis une parcelle de quatre hectares pour 40 000 pesetas. Juan Carlos a acheté ce terrain qui jouxte la route qui monte jusqu’au sommet de Veleta, à la société Cetursa. Cetursa est une ancienne société privée qui gérait l’infrastructure de la station, aujourd’hui les actionnaires sont majoritairement publics, dont les autorités d’Andalousie. Ce terrain se situe aujourd’hui à l’extérieur de la zone urbaine et le règlement du parc naturel s’y applique.

Juan Carlos a acheté une parcelle de terrain de 4 hectares à Monachil. Le terrain en friche longe la route qui rejoint le sommet de Veleta. Photo : type de terrains que l’on trouve le long de la route (Photo : capture Google Maps)

Lire aussi : Qui est Marta Gayá ? La maitresse de Juan Carlos depuis 30 ans

Interrogés par IDEAL, l’ancien maire et le maire actuel de Monachil ignorent totalement que Juan Carlos est propriétaire dans leur commune. Eux-mêmes n’ont jamais obtenu de tels documents et tout semble avoir été fait pour que l’identité du propriétaire reste la plus discrète possible. Ce qui est étonnant, c’est qu’il s’agirait d’un mauvais investissement de la part du Roi, puisque l’achat coïncide avec la période ou Monachil voulait s’étendre et agrandir ses stations de ski, y implanter des hôtels. Or, la ville n’est s’est pas urbanisée de ce côté, notamment à cause de l’implantation d’une nouvelle gare, de l’autre côté de la municipalité.

Lire aussi : Juan Carlos est à Abu Dhabi ! Son exil doré dans un palace pour milliardaires

Sources : Vanitatis et IDEAL

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.