Qui est Marta Gayá ? La maitresse de Juan Carlos depuis 30 ans

Il est de notoriété publique que le roi émérite Juan Carlos a connu plusieurs amours durant sa vie. Il y a quelques années, le nom de Corinna Larsen est souvent revenu dans la presse, impliquée dans l’affaire de corruption qui cause actuellement tant de soucis à l’ancien roi et à la monarchie espagnole. Pourtant, celle qui fait chavirer son cœur depuis 30 ans est Marta Gayá, une décoratrice originaire de Majorque.

L’histoire d’amour entre le roi émérite Juan Carlos et Marta Gayá (Photo : Lara Fernandez)

Lire aussi : Juan Carlos a reçu un « don gratuit » de 100 millions $ de la part de son « frère »

L’exil de Juan Carlos avec Marta Gayá

Depuis que le roi émérite Juan Carlos est parti en exil volontaire, la presse spécule sur sa destination. Portugal, République dominicaine, Émirats arabes unis ? La presse à scandales raconte même qu’il est parti avec sa maitresse. S’il est maintenant confirmé par le Palais que l’ancien roi est bien parti à Abu Dhabi, ce qui est moins sûr c’est que sa maitresse se trouve avec lui. Du moins, elle n’était pas dans le même avion que lui le jour de son départ, cette dernière ayant été aperçue dans un restaurant de Majorque au même moment.

C’est pourtant bien avec sa maitresse, Marta Gayá, que le roi Juan Carlos projette de terminer sa vie. Là encore, la presse pense qu’Abu Dhabi n’est qu’une destination provisoire. Il est probable qu’il choisisse la Suisse, là où vit sa fille, l’infante Cristina, mais aussi Marta Gayá. C’est aussi en Suisse qu’il devra rendre des comptes s’il est appelé à se défendre devant la justice. C’est dans une banque suisse que repose aujourd’hui le pactole douteux de sa société panaméenne, Lucum.

Lire aussi : Juan Carlos a reçu 1,9 million $ du roi de Bahreïn dans une valise

Les maitresses de Juan Carlos : Marta est son vrai amour

Juan Carlos et Marta Gayá, 82 et 71 ans, c’est bien plus qu’une passade, qu’un moment d’égarement. Il s’agit d’une histoire d’amour qui commence par un coup de foudre. Mais le Roi ne s’est pas amouraché qu’une seule fois dans sa vie. Marie-Gabrielle de Savoie fut l’une des conquêtes de l’ancien roi d’Espagne, avec qui il entretient actuellement une relation amicale. La presse lui prête une liste de conquêtes parfois fantasques, allant de Lady Diana à Liliane Sartiau ou encore Barbara Rey et Olghina di Robilant. Mais la plus connue de ses conquêtes est Corinna Larsen, qui utilise le nom de son ex-mari, connue alors comme Corinna de Sayn-Wittgenstein-Sayn.

Corinna était une femme connectée, ils ont fait des affaires ensemble, ils ont rencontré beaucoup de monde mais son affection était telle qu’il lui a tout de même versé 65 millions d’euros pour lui prouver son attachement.

Marta Gayá a elle aussi reçu deux millions d’euros, provenant de la société Lucum, dont les comptes sont gardés dans la banque suisse Mirabaud. C’est avec les deux virements suspects d’1 million d’euros chacun, un en 2011 et en 2012, que le nom de la décoratrice marjorquine, dont on avait entendu parler dans les années 90, est revenu dans la presse récemment.

Lire aussi : Felipe VI renonce à l’héritage de Juan Carlos et lui retire sa dotation

Juan Carlos et Marta Gayá : un coup de foudre et une histoire d’amour

C’est durant l’été 1990 que Juan Carlos a croisé le regard de Marta Gayá Hernandez. Le souverain espagnol était invité à la soirée de son ami de longue date Zourab Tchokotua, un camarade de pensionnat lorsque Juan Carlos étudiait en Suisse dans sa jeunesse. Zourab Tchokotua avait organisé une fête dans son manoir Sa Mola, sur l’île des Baléares. Marta Gayá faisait partie des invités, en tant que mondaine de l’île, ses parents, étaient propriétaires d’une importante cimenterie et de l’hôtel Villamil, un établissement élégant de la ville de Paguera. Marta Gaya est divorcée, elle a été mariée quatre ans à Juan Mena, quand elle avait la vingtaine.

Marta Gaya et Juan Carlos se retrouvaient à Majorque, en Suisse ou aux quatre coins du monde (Photo : DR)

Lire aussi : Première photo de Juan Carlos en exil à Abu Dhabi

Le Roi était dans le début de la cinquantaine, la décoratrice était dans le début de la quarantaine. Ils se sont croisés à cette fête et ne se sont plus quittés. Ils ont cherché sans cesse des lieux pour se retrouver, profitant d’escapades à l’étranger. Lorsqu’ils se voyaient à Paris c’est chez José Luis de Villalonga, un ami en commun qu’ils se retrouvaient. En hiver, c’est à la station de ski espagnole Baqueira qu’ils se donnaient rendez-vous. Surtout, c’est lors des vacances d’été à Majorque qu’il était plus simple pour le souverain de se déplacer.

Alors que la reine Sofía, très attachée au palais de Marivent, logeait au palais d’été de la famille, le roi Juan Carlos se faufilait en moto jusqu’à l’appartement de Marta. « Elle lui avait fait perdre la tête. Sans aucun doute, elle a été la femme de sa vie », confie un proche de Juan Carlos au journal El Español.

Le journal explique que malgré la discrétion de la relation, le cercle de proches était au courant de l’existence de Marta. Un ami de régate du roi raconte même que lors d’un événement mondain, Juan Carlos a salué les parents de Marta, les présentant à ses amis comme étant ses « beaux-parents ».

Un ami de Juan Carlos explique au journal espagnol que le divorce avec la reine Sofía fut envisagé. En 1992, le roi se lamenta de ne pas pouvoir faire comme n’importe quel Espagnol, divorcer et épouser celle qu’il aimait, Marta. La même année, Francisco Fernández Ordóñez, ministre des Affaires étrangère démissionne et meurt, mais au moment de passer le pouvoir à son successeur, Javier Solana, le roi émérite est absent pour signer la nomination du nouveau ministre. La presse s’inquiète de cette absence. La raison officielle fut qu’il s’était rendu en Suisse pour un contrôle médical de routine. En réalité, il s’était encouru auprès de sa belle. Marta Gayá venait d’être victime d’un grave accident de la route avec des amis, dont elle fut la seule survivante.

Marta Gayá est une femme discrète, qui a toujours voulu garder sa relation secrète (Photo : Gtres)

Lire aussi : Juan Carlos est à Abu Dhabi ! Son exil doré dans un palace pour milliardaires

30 ans d’une relation secrète

Si Juan Carlos et Marta vivent le grand amour en secret durant les années 90, la décennie qui suivra sera plus compliquée. On le sait, Juan Carlos a fréquenté Corinna Larsen. Durant cette période, les proches racontent que la relation avec Marta était plus sporadique. Corinna avait accepté que Juan Carlos soit épris de Marta et Marta avait accepté qu’il fréquente Corinna. C’est pourtant la relation avec cette dernière qui fera la une de la presse. Les Espagnols découvrent l’existence de Corinna, qui possède une agence qui propose des safaris de chasse en Afrique, alors que le roi Juan Carlos s’est fracturé la hanche lors d’une partie de chasse à l’éléphant au Botswana.

Scandale. Corinna est priée de quitter ses appartements à La Angorrilla, au palais royal du Pardo. Nous sommes en 2011. Depuis quelques années, la relation avec Marta va et vient. Elle est souvent en déplacement à l’étranger, vit à Gstaad, revoit ses parents à Majorque mais visiblement, elle était toujours en contact avec le Roi, puisque c’est aussi à cette date qu’elle reçoit un premier chèque d’un million d’euros.

Dans les années 2000 jusqu’en 2011, il y a eu la phase Corinna Larsen. Corinna zu Sayn-Wittgenstein-Sayn était un épisode dans la vie de Juan Carlos (Photo : EFE)

Lire aussi : Alvaro d’Orléans dévoile la relation toxique de Juan Carlos avec sa maitresse

Un proche du couple raconte : « Au fil des nombreuses années, leur histoire a traversé différentes phases, dont Corinna. Mais il n’y a rien à comparer ! Il y a une grande différence entre les deux : l’ambition. Alors que Marta ne voulait être à ses côtés que dans les moments intimes, sans que personne ne le sache, l’Allemande voulait être à ses côtés, mais aussi assise sur le trône ». Après la révélation de l’existence de Corinna, le roi et son amante ont gardé contacté, puisqu’en 2012, il lui fera un très généreux don pour elle et son fils Alexander.

Juan Carlos et Marta Gayá se sont retrouvés ces dernières années

Corinna et Juan Carlos ne seront plus amants après leur rupture. Juan Carlos abdique en 2013 et en 2019, il se retire de la vie publique. Il n’avait plus que ses filles, une poignée d’amis et sa sœur, l’infante Pilar (décédée début 2020) sur qui compter. Sa relation avec Marta s’est donc intensifiée ces dernières années. « Maintenant, ils sont dans la phase de deux personnes qui se réfugient ensemble. Il a besoin du soutien de gens qui ne le jugent pas, qui le connaissent ». Contrairement à Corinna Larsen, qui a profité de sa relation avec Juan Carlos comme d’une carte de visite, Marta Gaya aime la discrétion.

La dernière fois qu’ils ont été aperçus ensemble, c’était en Irlande, à Dublin, en juillet 2017. Juan Carlos et Marta logeaient à Clonmellon, au château de Killua, chez son ami Allen de Jesús Sanginés-Krause, un ami dont il avait d’ailleurs fait la connaissance via Corinna. Ensemble, ils se sont rendus à l’inauguration d’une église, dont Marta avait été chargée de la décoration. Malgré leur discrétion, un cliché est sorti dans la presse. On y voit l’ancien souverain dans l’église irlandaise, et on devine le visage de Marta à ses côtés.

Le roi Juan Carlos a été aperçu lors d’un voyage privé en Irlande, accompagné par son amante, Marta (Photo : DR)

Lire aussi : L’héritage familial auquel la reine Sofía a renoncé en Grèce

Une autre vraie passion de Juan Carlos, outre la voile, la chasse et les femmes, est voyager. Véritable globe-trotter, avec Marta, ils ont parcouru le monde, invités ensemble chez les frères Fanjul en République dominicaine et à Miami. Ils profitent d’amis et de connaissances discrets pour les héberger aux quatre coins du monde.

Maintenant qu’ils sont tous les deux à la retraite et qu’ils semblent s’être retrouvés pour de bon, il ne leur reste plus que de s’installer paisiblement quelque part. La presse espagnole évoque même le divorce entre Juan Carlos et Sofía. Ce divorce permettrait à Sofía de définitivement couper les ponts avec l’ancien souverain, être écartée de tout soupçons de connivence avec Juan Carlos et de continuer à servir la Couronne, elle qui a clairement choisi son camp en se montrant fidèle à son fils, Felipe VI. Quant à Juan Carlos, bien que son image en prendrait à nouveau un coup, il pourrait enfin vivre son histoire d’amour sans que celle-ci soit considérée comme de l’adultère.

Sources : El Español, Informalia/El Economista, Marie-Claire España

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr