Léopold II perd son héritier

En 1859, la Belgique est en liesse, et le vieux roi Léopold 1e est soulagé. Son fils aîné, Léopold, devient père d’un garçon, Léopold. Trois Léopold sont appelés à se succéder sur le trône belge. Léopold 1e mourra en 1865, ce qui lui évitera d’assister à la poursuite de la malédiction réservée aux ainées de la famille. Le jeune Léopold, héritier de Léopold II, mourra à l’âge de 9 ans.

YouTube video

Lire aussi : Léopold II : Une enfance bousculée

L’unique fils de Léopold II

Lorsque le jeune Léopold nait en 1859, cela tient du vrai miracle. Son père, le prince hériter Léopold, duc de Brabant et sa mère, Marie-Henriette de Habsbourg-Lorraine forment un couple arrangé et mal assorti. Déjà parents d’une petite fille, Louise, née un an auparavant, Léopold sera suivi par Stéphanie en 1864.

Le prince Léopold est le seul fils du roi Léopold II et de la reine Marie-Henriette, décédé à l’âge de 9 ans en 1869 (Image : domaine public)

Depuis des décennies, une terrible malédiction s’abat sur les aînés de la famille. Léopold 1e, alors qu’il n’était encore que le prince Léopold de Saxe-Cobourg, perdit sa première épouse, la fille du prince de Galles, en donnant naissance à son premier enfant, un garçon mort-né. Lorsque Léopold 1e deviendra roi des Belges et qu’il épousera Louise d’Orléans, celle-ci lui donnera bien vite un garçon, Louis-Philippe, surnommé Babochon, mort à 9 mois, emporté par une maladie.

C’est le troisième fils de Léopold 1e, également appelé Léopold, qui sera le premier à survivre. Lorsque Léopold, fils du duc de Brabant nait, son grand-père, Léopold 1e est âgé de 68 ans. Il mourra 7 ans plus tard, en 1865, apaisé de savoir que sa dynastie qu’il avait eu tant de mal à construire allait perdurer. Léopold II monte sur le trône.

À la fin de l’automne 1868, le jeune Léopold, devenu à son tour duc de Brabant, âgé de 9 ans, se rend en forêt avec son professeur d’équitation, Albert Donny. L’enfant a hérité de cette passion pour les animaux de sa mère, la reine Marie-Henriette. Il s’arrête au bord d’un lac pour observer la nature. Imprudent, l’enfant tombe dans l’eau. Il est repêché par son professeur mais le froid le transperce jusqu’aux os. Les semaines puis les mois suivants, l’état du jeune Léopold s’empire. Il décède d’une pneumonie le 22 janvier 1869.

Le prince Léopold dans les bras de sa mère, la reine Marie-Henriette de Belgique (Illustration : Martine Castagne/Histoires Royales)

Léopold II perd son fils unique. Déjà très distant de son épouse, il la prendra pour responsable et tentera d’avoir un nouvel héritier. Marie-Henriette finit par retomber enceinte et accouche en 1872… d’une fille, Clémentine. La reine Marie-Henriette est déjà âgée de 36 ans, et se délaisse peu à peu de ses fonctions officielles, préférant se retirer dans la station thermale de Spa, où elle vivra entourée de ses animaux.

Lire aussi : Le Chalet norvégien : Le QG de Léopold II caché derrière le Palais royal d’où il dirigeait le Congo

La malédiction des fils aînés s’abat aussi sur le comte de Flandre

Clémentine, faute de pouvoir être l’héritière, jouera le rôle de Première dame à la place de sa mère, aux côtés de son père lors des événements protocolaires. Depuis la mort de son fils unique, c’est son frère, le prince Philippe, comte de Flandre, qui est l’héritier de Léopold II. Lorsque Philippe aura son premier fils, Baudouin, Léopold II pense que l’avenir de la dynastie se perpétuera à travers son frère et Baudouin.

Le prince Baudouin, héritier présomptif en tant que fils ainé du comte de Flandre, meurt à 21 ans (Photo : domaine public)

La malédiction des ainés s’abat une nouvelle fois sur la famille lorsque Baudouin meurt en 1891 d’une pneumonie à 21 ans. Par chance, Philippe était aussi père d’un second fils, Albert. Philippe meurt en 1895 et Albert devient l’héritier du trône. Léopold II, ironie du sort, a deux fils en 1906 et 1907 avec sa maitresse, qu’il épouse quelques jours avant sa mort, en 1909. Albert 1e succède à son oncle, les deux derniers fils du roi étant non dynastes.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr