La moitié des Britanniques veut évincer le prince Harry de l’ordre de succession

Le prince Harry est actuellement sixième dans l’ordre de succession au trône britannique, derrière son père, son frère et ses neveux et sa nièce. Après la récente confirmation que le prince Harry quittait définitivement ses fonctions au sein de la famille royale et perdait ses honneurs militaires, un sondage a été réalisé par YouGov. Celui-ci indique que 49% des Britanniques sont favorables à l’idée de retirer le prince Harry de l’ordre de succession au trône.

Le prince Harry est actuellement 6e dans l’ordre de succession au trône britannique, ce qui semble, selon un sondage YouGov, ne pas convenir à 49% des Britanniques (Photo : capture d’écran YouTube/Spotify)

Lire aussi : Première apparition des Sussex depuis l’annonce de la grossesse de Meghan

Les Britanniques souhaitent sanctionner le prince Harry

L’organisme de sondages YouGov, spécialisé dans les questions politiques, et qui chaque année publie son sondage très attendu sur la popularité des membres de la famille royale, vient de réaliser une enquête sur le prince Harry. Plus de 4000 personnes ont participé au sondage sur l’éventualité d’évincer le prince Harry de sa sixième place dans l’ordre de succession au trône.

Les Britanniques ont répondu à 49% qu’ils souhaitaient le voir sanctionner et ne plus apparaitre dans l’ordre de succession. 28% des sondés pensent le contraire et trouvent qu’il a toute sa place dans l’ordre. 24% des sondés ont répondu ne pas avoir d’opinion sur le sujet.

Lire aussi : 62% des Australiens ne veulent plus d’Elizabeth II comme chef d’État

Les conservateurs et les plus de 65 ans sont les sévères envers le duc de Sussex

En analysant les réponses par catégories de répondants, on remarque que ce sont les conservateurs qui se montrent les plus rancuniers envers le fils cadet du Prince Charles. 68% des sondés qui se disent partisans du parti conservateur demandent à retirer le duc de Sussex de l’ordre. Ils ne sont que 33% du parti travailliste à le demander. On observe aussi que les jeunes de 18 à 24 ans sont seulement 28% à demander le retrait du prince Harry, contre 43% pour les 25-49 ans, 55% pour les 50-65 ans. Au-delà de 65 ans, ils sont 62% à vouloir le sanctionner.

Notons qu’une telle sanction est très peu probable. Pour l’heure, le prince Harry répond à tous les critères pour figurer dans l’ordre de succession. S’il se convertissait au catholicisme, il serait immédiatement évincé. Cette supposition totalement impensable serait pourtant la façon la plus simple d’en sortir. Pour l’évincer de sa place autrement, il faudrait évoquer une raison que l’on n’a encore jamais présentée jusqu’ici. On imagine également qu’il faudrait ratifier cette décision par l’ensemble des royaumes du Commonwealth.

Rappelons aussi que l’ordre de succession au trône britannique est potentiellement ouvert indéfiniment à toute personne qui répond aux critères. Par conséquent, certaines personnes sont même arrivées à obtenir des listes de succession allant jusqu’à la 5000e place et au-delà. Mais il ne faut pas nécessairement aller si loin dans l’ordre pour trouver des membres de la famille royale qui ne sont ni prince ni princesse, n’ont aucun titre ni prédicat d’Altesse royale, et ne travailleront jamais pour la famille royale. C’est notamment le cas des enfants et des descendants futurs de la princesse Anne. D’autres cas plus graves n’ont jamais été sanctionnés de la sorte. Le prince Charles-Edouard de Saxe-Cobourg, ami d’Hitler, avait été répudié de la famille royale britannique et avait perdu ses titres de noblesse britannique (celui de duc d’Albany et de comte de Clarence) mais n’a jamais été radié de l’ordre de succession.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr