Opération Menai Bridge : Quels sont les noms de code des funérailles des membres de la famille royale ?

Dans l’épisode 9 de la saison 4 de la série The Crown sur Netflix, les spectateurs ont pu découvrir que le prince de Galles avait été victime d’une avalanche lors de vacances au ski en Suisse, avec un groupe d’amis. Alors que le prince Charles est porté disparu, la reine Elizabeth apprend que l’Opération du pont Menai est prête à être déployée. Qu’est-ce que l’Opération Menai Bridge ? Quels sont les noms de code pour les funérailles des membres de la famille royale ?

Qu’est-ce que l’Opération du pont de Menai ? Opération London Bridge, Opération Forth Bridge, à quoi consiste les codes pour les funérailles des membres de la famille. Ici, les funérailles de la reine-mère en 2002, après avoir déployé l’Opération Tay Bridge (Photo : Melville Toby/PA Photos/ABACA)

Lire aussi : La reine Elizabeth II morte du virus : l’énorme bourde d’une radio française

Les noms de codes des funérailles des membres de la famille royale

Des noms de code ont été mis au point pour déclencher le protocole militaire et civil de funérailles royales. Un nom de pont a été attribué à chaque membre de la famille. Un pont a été choisi pour désigner ces opérations car les funérailles symbolisent un passage. Quand un membre de la famille royale meurt, et en particulier le souverain, il est automatiquement remplacé par un autre sur le trône. Quant il s’agit d’un héritier ou d’un autre membre de la famille, il est remplacé dans l’ordre de succession et cela s’accompagne parfois d’un transfert de titres, de fonctions ou de responsabilités. Le pont est donc la transition entre les deux règnes, les deux héritiers ou les successeurs.

La reine Elizabeth porte le nom de code bien connu d’Opération London Bridge. Le pont de Londres a été choisi pour désigner la reine. La reine-mère Elizabeth avait elle aussi son nom de code pour ses funérailles en 2002. Il s’agissait de l’Opération Tay Bridge, un modèle qui fut déjà utilisé en 1997 pour les funérailles de Diana. Le prince de Galles porte le nom de code d’Opération Menai Bridge et depuis 2017, les funérailles du duc d’Édimbourg sont connues sous le nom de code d’Opération Forth Bridge.

Les noms des ponts ne sont pas choisis au hasard. Forth Bridge, pour le prince Philip, est un pont situé en Écosse, qui fait référence à son titre de duc d’Édimbourg. Le pont de Menai est un pont suspendu inauguré en 1826 qui relie l’île d’Anglesey au Pays de Galles. Il traverse le détroit de Menai. Le pont fait donc écho à son titre de prince de Galles.

Le pont de Menai au Pays de Galles a été choisi pour désigner le prince Charles au cas où il venait à décéder (Photo : WikiCommons)

Lire aussi : La Royal Navy révèle être à l’origine de la rumeur de la mort de la reine Elizabeth II

Pourquoi donner un code pour des funérailles ?

Les codes d’opérations ont commencé à être utilisés dans les années 60. Bien que la reine Elizabeth II, son fils ou son époux soient toujours vivants, les opérations sont déployées régulièrement pour des répétitions. Les plans sont également aménagés, en fonction de l’évolution du temps et du protocole de chacune des administrations qui sont impliquées dans le plan. L’opération prévoit le déroulé exacte de tout ce qui va être déclenché à partir de la mort du membre de la famille et pendant les jours suivants. L’opération se terminera aux funérailles.

Lire aussi : Les funérailles de George VI le 15 février 1952

Quel est le plan prévu pour l’Opération London Bridge ?

Si un membre de la famille ou un membre du personnel trouve la reine Elizabeth II inanimée, il doit immédiatement en informer son secrétaire particulier. C’est lui qui est officiellement en charge de faire sortir la nouvelle du décès hors du Palais. Il appellera tout d’abord le Premier ministre et lui dira via une ligne sécurisée : « London Bridge is down », « le pont de Londres s’est effondré ». Les gouverneurs-généraux, représentants de la reine dans les royaumes du Commonwealth, seraient informés de la nouvelle dans la foulée, les ambassadeurs britanniques aux quatre coin du monde également. C’est en principe Press Association (PA) qui sera le premier média informé, puis la BBC.

Le plan prévoit le déploiement de différents services publics, nécessitant de mettre au courant les responsables des transports publics londoniens, les forces armées et la police londonienne, avant que l’annonce ne soit rendue publique. C’est le comte-maréchal, qui est à la tête du Collège des Hérauts, qui est censé organiser les funérailles. Le comte-maréchal actuel, depuis 2012, est Edward Fitzalan-Howard, 18e duc de Norfolk.

L’Operation London Bridge, qui a déjà été répétée maintes fois, et qui a déjà causé des couacs lorsque certains officiers ont appris la nouvelle sans savoir qu’il s’agissait d’un exercice, prévoit que le corps de la reine soit envoyé à Buckingham. Si elle décède en Écosse, elle aura d’abord droit à un office religieux sur place, avant d’être envoyée à Londres en train. Si elle décède à Windsor ou ailleurs en Angleterre, elle sera là aussi envoyée à Buckingham, où elle y reposera pendant 4 jours. Ensuite, son cercueil reposera 4 jours supplémentaires à Westminster Hall, afin que le public puisse lui rendre hommage devant le cercueil exposé. Le neuvième jour auront lieu les funérailles à l’abbaye de Westminster, puis elle sera inhumée dans la chapelle Saint-Georges de Windsor.

Sources : The Guardian, The Independant

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr