La peine de prison du prince Ernst August de Hanovre confirmée mais il peut rentrer chez lui

Ce 24 novembre, le tribunal de Linz, en Autriche, a confirmé la peine d’emprisonnement avec probation du prince Ernst August, chef de la famille de Hanovre. L’époux de la princesse Caroline a été reconnu coupable d’avoir attaqué et blessé des policiers en état d’ivresse en 2020 et d’avoir menacé un couple qui travaillait pour lui dans sa propriété en Haute-Autriche. Le jugement en appel a confirmé la condamnation mais a levé l’interdiction de pouvoir rentrer chez lui.

Lire aussi : Ernst August de Hanovre loue une trottinette et passe du bon temps avec ses petits-enfants à Madrid

10 mois de prison avec sursis confirmés

Cela fait plusieurs mois que le prince Ernst August de Hanovre, 67 ans, erre dans les rues de Madrid avec sa nouvelle compagne, entourés des jumeaux de son deuxième fils, le prince Christian. En mars dernier, le tribunal de première instance de Linz, en Haute-Autriche, avait interdit au prince Ernst August, duc de Brunswick, de retourner vivre chez lui, à la villa Auerbach, un pavillon de chasse situé à Grünau im Almtal. C’est aussi le lieu où se sont déroulés les faits qui lui sont reprochés. Dès le prononcé du jugement, l’avocat s’était exclamé : « Impossible, il y habite depuis 50 ans ! ».

Le prince avait donc fait appel. Le tribunal régional supérieur vient de se prononcer sur son cas, ce mercredi. Le tribunal a levé plusieurs interdictions, suite au bon comportement de l’accusé, qui aurait débuté une psychothérapie et aurait arrêté de boire, tout comme il a respecté la consigne de ne pas contacter le couple qui travaillait chez lui et qui l’avait accusé de menaces.

Par contre, le tribunal régional supérieur a bien confirmé la condamnation initiale de 10 mois de prison avec sursis. «Le jugement est définitif. La période de probation commence aujourd’hui», a déclaré un porte-parole du tribunal à NDR. En outre, le duc de Brunswick doit verser 500 euros au couple et 500 euros au policier blessé. Le porte-parole du tribunal précise que les indemnités n’ont pas encore été payées et qu’un mandat d’exécution pourrait être émis s’il ne s’acquittait pas des sommes d’ici 14 jours.

Le prince Ernst August aurait dû, dans un tout autre dossier, retrouver son fils ainé au tribunal cette semaine. Le chef de la Maison royale de Hanovre demande la restitution des biens (plusieurs châteaux et palais) dont il avait confié la gestion à son fils ainé. Finalement, ce procès est reporté au 24 mars 2022 suite à l’abandon de dernière minute d’un représentant légal dans cette affaire.

Le prince Ernst August de Hanovre a été condamné à 10 mois de prison avec sursis ainsi qu’un ensemble de contraintes à respecter durant cette période de probation. Ici, le prince arrive par la porte arrière du tribunal de Welfs (Photo : Splash News/ABACAPRESS.COM)

Quels sont les faits reprochés à l’époux de Caroline de Hanovre ?

Dans la nuit du 14 au 15 juillet 2020, le prince Ernst August a appelé la police autrichienne, affirmant être menacé de mort. Selon son appel à la police, l’intendant de sa propriété refusait de lui porter secours, alors qu’il faisait une crise d’hypoglycémie et gisait dans un fossé.

Arrivée sur place, la police a découvert un couple alarmé et le prince Ernst August, qui se cachait, est apparu soudainement. La tension est montée jusqu’à ce qu’il blesse un agent avec un aiguiseur à couteau de 30 cm. Emmené en hôpital psychiatrique, il aurait montré de la résistance dans l’ambulance, malgré le fait qu’il était ligoté. « Il a menacé les officiers de tuer, d’exécuter et de mutiler leurs familles », rapporte un témoin à la barre, comme le cite BILD. Il sera rapidement libéré.

Dès le lendemain, la police s’est rendue à nouveau à son domicile, afin de contrôler s’il n’était pas en possession d’armes. Le prince les aurait accueilli en mimant le geste de tirer sur un pistolet. « Il a menacé de tirer sur les testicules et il a mimé un pistolet avec sa main ». Le prince aurait appelé à plusieurs reprises la police dans les jours suivants pour dénoncer les « passages à tabac des policiers ».

Le couple qui travaillait pour lui comme employés de maison a porté plainte pour maltraitance et coercition. Le 20 juillet, Ernst August de Hanovre voulait se venger de son traitement par la police et est arrivé au commissariat local avec une batte de baseball.

Le 7 septembre, la situation s’est finalement aggravée. Ernst August aurait appelé sa gouvernante à 3 h 30 du matin et l’a menacée de lui envoyer une bande de voyous si elle ne quittait pas sa propriété avant 9 h 15. Il aurait démoli une fenêtre de la Fondation du Duc de Cumberland avec un panneau de signalisation.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr