La femme que le prince Andrew rencontrait en cachette chez Epstein, est la fille de l’ancien Premier ministre australien

L’étau se resserre autour du prince Andrew, impliqué dans l’affaire Epstein. Bien qu’il se dise « consterné » par les allégations, comme Buckingham l’a rapporté, de nombreux éléments prouvent que le prince Andrew fréquentait les soirées de Jeffrey Epstein. Une vidéo du prince Andrew chez Epstein à Manhattan a fait son apparition. On le voit entrouvrir la porte et saluer une jeune femme, qui quitte le domicile. Selon les recherches du tabloïd Daily Mail, cette jeune femme, âgée de 29 ans à l’époque, est Katherine Keating, la fille de l’ancien Premier ministre australien, Paul Keating.

Que faisait Katherine Keating au domicile de Jeffrey Epstein avec le prince Andrew ?

Daily Mail a réussi à identifier la mystérieuse femme qui quitte le domicile du milliardaire Jeffrey Epstein au 9 East 71st Street. Il s’agit de Katherine Keating, aujourd’hui 37 ans, connue pour être une activiste. À l’époque, la jeune femme venait d’emménager à New York, quittant l’Australie pour s’installer avec son compagnon, André Balazs, un homme d’affaires propriétaire de complexes hôteliers et ami de Jeffrey Epstein. Il est notamment le propriétaire du Sunset Beach Hotel où les célébrités comme Jazming Grace Grimaldi aiment se retrouver en été. Contactée à de multiples reprises par Daily Mail, Katherine Keating n’a pas voulu répondre aux questions du journal ni expliquer si elle était au courant des activités illégales d’Epstein. Rappelons que cette vidéo a été filmée le 10 décembre 2010. À cette époque, le milliardaire avait déjà été condamné à 18 mois de prison pour prostitution de mineures et inscrit dans un registre d’agresseur sexuel en Californie. Le prince Andrew a déjà présenté ses excuses pour son ancienne amitié avec Epstein. Mais son implication dans l’affaire pourrait être plus importante, surtout depuis qu’on appris que le duc d’York avait accueilli une soirée d’Epstein au château de Balmoral, résidence d’été de la reine.

La personnalité de Katherine Keating intrigue

La présence de Katherine Keating est d’autant plus intrigante que de nombreuses filles ont été filmées faire des va-et-vient de cette maison, ce jour-là. Aujourd’hui, Katherine Keating est une activiste environnementale engagée. Auparavant, elle a travaillé dans un magazine féministe et son père fut le Premier ministre de l’Australie de 1991 à 1996, d’un parti de centre-gauche. Sa présence dans la demeure d’Epstein devait donc être tenue secrète. Elle avait travaillé pour son père, en tant que consultante dans son parti. Elle travaille actuellement pour Maverick une agence qui représente des artistes engagés. Elle a écrit plusieurs articles, dont certains ont été publiés par le Huffington Post. L’un d’eux est une interview de l’héritière britannique Ghislaine Maxwell, qui n’est autre que la petite amie de Jeffrey Epstein, accusée de complicité dans le trafic sexuel de mineures.

Devenue une personnalité en vogue dans différents milieux mondains, Katherine Keating a été photographiée aux côtés des nombreuses célébrités qu’elle a côtoyées. Elle est amie avec Misha Nonoo, la créatrice de mode qui s’associe avec Meghan Markle pour sa prochaine collection et qui d’ailleurs faisait partie des invités de Meghan à Ibiza, il y a deux semaines, pour célébrer son anniversaire. Sur une photo retrouvée dans des archives, on découvre qu’elle a rencontré la princesse Eugenie d’York, fille du prince Andrew, en 2014.

De gauche à droit : Mickey Sumner (fille du chanteur Sting), Misha Nonoo (créatrice amie de Meghan), la princesse Eugenie d’York et Katherine Keating.

La fille de l’ancien Premier ministre australien connait aussi la fille du duc d’York

Pour la petite histoire, le père de Katherine Keating n’était pas vraiment un grand supporter de la famille royale. Pire, Paul Keating a fait campagne pour que l’Australie devienne une république et que le pays abandonne la Couronne du Commonwealth, dont la reine Elizabeth II en est la souveraine. En 1992, lorsqu’il était Premier ministre, Paul Keating avait fait la une des magazines en commettant une rupture de protocole, en posant son bras autour des épaules de la reine lors d’une réception.

Katherine Keating aujourd’hui, âgée de 37 ans

Des documents révèlent que le prince Andrew se trouvait à plusieurs reprises au même endroit que Virginia Roberts

Daily Mail a également fait d’autres révélations. Le journal s’est procuré les documents de vol du jet privé du milliardaire Jeffrey Epstein, confirmant la présence à bord de Virginia Roberts à des dates précises. Ces dates correspondent aux déplacements du prince Andrew ou à sa présence à New York, à Londres ou même sur l’île privée du milliardaire, au même moment. Virginia Roberts Giuffre est la source du scandale Epstein. C’est elle qui s’est présentée à la police en 2014, en tant qu’esclave sexuelle du milliardaire. Malgré sa plainte et les nombreux documents d’auditions et preuves présentés à la justice, sa plainte a été classée « irrecevable ». L’affaire s’étouffe et un arrangement à l’amiable a peut-être été conclu entre elle et Epstein. En juillet 2019, Epstein est arrêté à son domicile new-yorkais et placé en détention provisoire. Le dossier est rouvert et la justice demande de rendre publics les documents d’audition mis sous scellés jusqu’ici. Le 9 août les documents sont publics et le monde entier découvre la liste des personnalités que Victoria Roberts affirme avoir croisées lorsqu’elle servait d’esclave sexuelle, âgée de 17 ans, dans des parties fines avec les amis d’Epstein. Le prince Andrew fait partie des personnalités avec lesquelles elle affirme avoir eu des relations sexuelles à trois reprises. Le 10 août, le milliardaire Epstein se suicide par pendaison dans sa cellule de prison.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr