Le duc d’Édimbourg critique les Néo-Zélandais qui considèrent les Maoris « comme des animaux domestiques »

Dans les années 50, la reine Elizabeth II et son époux, le prince Philip, duc d’Édimbourg, ont réalisé une tournée royale de 6 mois, faisant une halte de quelques semaines en Nouvelle-Zélande. Suite à ce voyage, l’époux de la reine a envoyé une lettre de 11 pages à Sir Harold Hartley, un député australien, pour lui faire part de ses impressions. Le duc d’Édimbourg y critique la gestion politique du pays ainsi que la condition des Maoris, une culture qui lui est particulière chère à son cœur.

En 1954, le prince Philip et la reine Elizabeth II ont réalisé une tournée de 6 mois dans les différents pays du Commonwealth, dont la Nouvelle-Zélande. ici le couple royal salue la foule dans un parc de Wellington (Photo : The Times/News Licensing/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Une descendante de la famille royale maorie au gouvernement néo-zélandais

Le prince Philip écrit un rapport sur son voyage en Nouvelle-Zélande

Aujourd’hui âgé de 99 ans, le duc d’Édimbourg avait 32 ans, quand en 1953 et 1954 il a effectué une tournée royale de 6 mois avec son épouse. Début 1954, la tournée passe par la Nouvelle-Zélande. Suite à ce séjour à l’autre bout de la terre, le prince Philip a pris sa plume et a écrit une lettre de 11 pages à un député du Queensland pour lui rapporter son point de vue sur la situation dans le pays.

« La Nouvelle-Zélande a très bien organisé la tournée », écrit le prince Philip, qui se dit heureux d’avoir « vu au moins un peu de tout » dans un temps imparti limité. Si l’accueil réservé par les Néo-Zélandais n’est pas remis en question, et que le peuple est qualifié d’« universellement charmant », le duc d’Édimbourg est nettement moins élogieux quant il s’agit d’analyser la politique du pays.

La lettre de 11 page du duc d’Édimbourg est mise aux enchères (Photo : Dominic West)

Lire aussi : Le secrétaire du roi des Maoris condamné pour avoir financé son opération de chirurgie avec les caisses royales

La condition des Maoris choque le duc d’Édimbourg

« J’ai visité le musée, qui est très bien agencé. J’ai été particulièrement fasciné par la partie sur les Maoris ». Avant son voyage le prince Philip avait voulu se préparer à la visite et il avait lu le livre de Peter Buck, un dirigeant et intellectuel maori dont il admire les actions. Fasciné par son histoire et celle de son peuple, il fut déçu de voir qu’il « ne semble pas y avoir de Maoris de son calibre pour le moment et le résultat est que la population maorie croissante grandit sans être dirigée de façon appropriée ».

Selon lui, la faute revient à la politique en place : « Les Néo-Zélandais semblent les considérer quelque part entre des pièces de musée et des animaux domestiques. Il ne semble y avoir aucune politique officielle pour eux », déplore le prince Philip. « La Nouvelle-Zélande dans son ensemble m’a semblé sur-gouvernée avec peu de marge d’initiative… l’État providence parfait en fait! ».

Les 11 pages sont mises en vente en Angleterre par la maison de vente Dominic West. La vente aux enchères aura lieu en ligne ce 11 novembre. Le prix est estimé entre 200 et 300 livres sterling.

Le duc d’Édimbourg a été impressionné par l’accueil mais regrette le sort réservé aux Maoris (Photo : The Times/News Licensing/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Apparition du duc d’Édimbourg pour transférer une fonction à la duchesse de Cornouailles

Sources : Dominic West et Newshub

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr