Premier jour du procès entre la princesse Haya et l’émir de Dubaï

Lors de ce procès, il est estimé que 4,5 milliards de dollars sont en jeu. C’est la somme estimée de la fortune de l’émir de Dubaï, qui est en train de divorcer de l’une de ses épouses, la princesse Haya de Jordanie. Aujourd’hui a commencé le procès très médiatisé de l’actuel émir de Dubaï, Mohammed ben Rachid Al-Maktoum, également vice-président des Émirats arabes unis. Le divorce sera prononcé au Royaume-Uni, là où se femme vit recluse depuis des mois, ayant fui son mari et son pays. Elle a notamment fait valoir le droit à une ordonnance restrictive à son égard l’accusant de mariage forcé et de violences. Actuellement, la princesse Haya vit dans une demeure qu’elle a achetée avec son propre argent, dans l’une des rues les plus chères de Londres, à deux pas du palais de Kensington.

La princesse Haya, deux gardes du corps et son avocate sont arrivées au tribunal aujourd’hui

Le procès du divorce de l’émir de Dubai vient de commencer

Aujourd’hui a commencé le premier des cinq jours de procès prévus pour statuer sur le divorce de l’émir de Dubai avec sa sixième épouse, la princesse Haya. La princesse est entourée de Fiona Shackleton, l’avocate qui a représenté le prince Charles lors de son divorce. Si la princesse Haya a fait le déplacement jusqu’au tribunal aujourd’hui, habillée dans une robe émeraude, l’émir de Dubaï n’était pas présent. Seule lady Helen Ward, l’avocate des célébrités et des footballeurs anglais, était présente. Deux gardes du corps entouraient la princesse et son avocate.

Lire aussi : La reine Elizabeth II empêtré dans le divorce de l’émir de Dubaï

La princesse Haya vit en sécurité à Londres, alors qu’elle a fui les Émirats arabes unis et son mari, en passant par l’Allemagne. Elle aurait demandé l’asile politique dans les deux pays. L’émir de Dubaï a profité du jour du mariage commun de trois de ses trois fils pour débarquer en Angleterre, là où il possède plusieurs résidences et des écuries, afin de prendre sa femme en flagrant délit. L’émir accuse la princesse Haya, fille de l’ancien roi de Jordanie, d’avoir entretenu une relation avec Russell Flowers, l’un de leur garde du corps. De son côté, la princesse Haya aura semble-t-il fui son mari, alors qu’elle en aurait appris plus sur les disparitions soudaines et inexpliquées des princesses Latifa et Chamsa. En danger, la princesse Haya est restée plusieurs semaines portée disparue. Finalement, c’est par le biais de leurs avocats respectifs que la procédure de divorce a été entamée. La princesse Haya vit actuellement en Angleterre avec les deux enfants qu’elle a eu avec l’émir. Lui, demande une extradition. Pour protéger ses enfants, la princesse Haya a demandé, lors d’audiences préliminaires, qu’une ordonnance restrictive soit accordée à l’encontre de son mari.

Lire aussi : Le prince Hamzah de Jordanie papa d’un garçon pour la première fois

La Cour royale hachémite, également impliquée dans cette histoire a été contrainte d’intervenir. Cela ne fait pas les affaires du roi de Jordanie, demi-frère de la princesse Haya de se mêler de cette histoire, alors qu’il doit gérer les relations tendues avec les pays du Moyen-Orient. Si dans un premier, seul le prince Ali montré son soutien à sa sœur, le roi de Jordanie, Abdallah II a fini lui aussi par trouver un moyen de soutenir sa demi-sœur sans déclencher de scandales diplomatiques. Depuis quelques semaines, la princesse Haya a été désignée comme Première secrétaire de l’ambassade de Jordanie à Londres. Ce statut lui permet de bénéficier d’un passeport diplomatique et d’une immunité, la protégeant elle et ses enfants de toute possibilité d’extradition.

No Comments Yet

Leave a Reply