Quel métier pourrait exercer la princesse Louise de Belgique selon le prince Laurent ?

La fille du prince Laurent est majeure depuis le 6 février 2022. Alors que la princesse Louise termine ses études secondaires, il est bientôt l’heure pour la jeune femme de commencer sa vie d’adulte. Contrairement à son père, la nièce du roi Philippe n’exercera vraisemblablement aucune fonction royale et elle devra se trouver un métier. Avec ses nombreuses passions, la princesse Louise n’aura certainement aucune difficulté à trouver sa voie. Ses parents ont déjà quelques idées des domaines dans lesquels leur fille pourrait s’épanouir.

Lire aussi : La princesse Louise de Belgique fête ses 18 ans : le roi Albert II a 9 petits-enfants majeurs

Pas de dotation prévue pour les enfants du prince Laurent

Le prince Laurent, 58 ans, est le deuxième fils du roi Albert II et de la reine Paola. Quand son frère, le roi Philippe, est monté sur le trône en 2013, le parlement a voté les lois concernant l’octroi des dotations royales (voir Loi sur la liste civile). À chaque nouveau règne, un certain nombre de questions relatives aux fonctions des différents membres de la famille royale doivent être réglées et celle des dotations en fait partie. Obtenir une dotation signifie que l’on doit exercer une fonction royale à plein temps, qu’on ne peut être rémunéré d’aucune autre manière.

La princesse Louise est 14e dans l’ordre de succession au trône et n’aura probablement pas droit à une dotation royale lorsque sa cousine Elisabeth montra sur le trône (Image : Histoires Royales)

En 2013, après l’abdication du roi Albert II, lorsque le roi Philippe a succédé son père sur le trône, le parlement a décidé d’octroyer une dotation au frère et à la sœur du nouveau roi, le prince Laurent et la princesse Astrid, ainsi qu’à l’ancien souverain. Le prince Laurent, qui a souvent critiqué le système des dotations car il ne respecte pas les Droits de l’homme en empêchant notamment l’obtention d’une sécurité sociale, sait que ses enfants n’auront pas de dotation à leur tour. Le prince Laurent et la princesse Claire sont parents de trois enfants : la princesse Louise, 18 ans, et des jumeaux, le prince Aymeric et le prince Nicolas, 16 ans.

Le jour où Elisabeth, fille aînée du roi Philippe et de la reine Mathilde, montra sur le trône, il est peu probable que ses cousins et cousines reçoivent une dotation. C’est d’ailleurs une situation dont le prince Laurent est totalement conscient et qui semble le réjouir. « Nos enfants vont exercer un métier qui, nous l’espérons, va les épanouir. C’est vrai, j’ai plus que l’impression d’avoir été la charnière entre deux générations », explique le prince Laurent à Sudpresse, à l’occasion du 18e anniversaire de sa fille aînée, la princesse Louise.

Les lois d’attribution de titres vont aussi dans ce sens, celui de restreindre le cercle de la famille royale autour des descendants du roi Philippe, et même, de mettre en avant la future famille de la princesse Elisabeth. À l’heure actuelle, le titre de prince et princesse de Belgique ne peut plus que se transmettre aux descendants potentiels de l’héritière du trône.

Le prince Laurent et la princesse Claire souhaitent que leurs enfants s’épanouissent dans leur vie professionnelle (Photo : Fondation Prince Laurent)

Quelles études et quel métier pour la princesse Louise de Belgique ?

Comme ses cousins, la princesse Louise devra donc se trouver un métier qui lui convient. Les enfants de la princesse Astrid ont tous une vie active, professionnelle ou aux études. Le prince Amedeo vient de succéder à son père à la tête de la banque suisse privée Gutzwiller, la princesse Maria Laura qui va se marier cette année, travaille comme analyste dans le secteur du changement climatique. Le prince Joachim a entrepris plusieurs cursus à l’étranger et a travaillé dans le secteur de l’investissement.

La princesse Claire, avant de devenir membre de la famille royale, exerçait elle-même un métier. Avant d’épouser le prince Laurent, Claire Coombs était géomètre. La princesse Louise, bien qu’ayant de nombreuses passions, ne semble pas attirée par ce genre de métiers. « Je la vois bien exercer un métier qui fait rayonner les autres. Dans le social ou dans le secteur de l’environnement… mais dirigé vers les relations humaines », explique le prince Laurent.

La princesse Louise accompagne parfois son père à des événements publics mais elle ne devrait toutefois pas exercer de fonctions royales à temps plein dans le futur (Photo : F. Andrieu/Agencepeps/ IsopixABACAPRESS.COM)

Lire aussi : La princesse Maria Laura dans une robe Valentino rouge passion photographiée par Régine Mahaux

Un métier dans le social mais pas de politique !

La princesse Claire ajoute que « ce n’est pas facile pour les jeunes, aujourd’hui. Il y a tellement d’issues possibles », alors elle tente d’aider au mieux sa fille qui « est en train de réfléchir et de prospecter ». De nature rassembleuse, tournée vers le social et le contact humain, la princesse Louise s’est longtemps épanouie parmi dans le scoutisme. La jeune femme est une bonne camarade. Très appréciée dans son école, elle est aussi à l’écoute des autres.

La princesse Louise est celle qui alimente les groupes WhatsApp privés de la famille royale belge pour maintenir les liens familiaux entre les différentes générations et les membres de la famille dont le statut peut parfois créer des barrières. Le prince Laurent, fier de sa fille aînée et en tant que grand ami des animaux, la compare « à un bouvier ou un berger. Un animal qui rassemble. Non, elle serait un border collie car ils sont en plus très gentils. »

Si la princesse Louise décidera dans quelques mois les études universitaires qu’elle poursuivra, une chose est certaine pour son père, elle ne se tournera pas vers la politique, taclant au passage une dernière fois les politiciens contre qui il a quelques griefs.  « Nos enfants ont observé qui étaient les personnes bienveillantes et celles qui nous ont fait beaucoup de tort. Nous ne pensons pas qu’ils soient un jour attirés par la politique… »

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr