Emmanuel-Philibert de Savoie et Aimone de Savoie-Aoste : la querelle dynastique mise de côté au mariage du grand-duc Georges de Russie

Ce 1e octobre, le grand-duc Georges Mikhaïlovitch épousait Victoria Romanovna à Saint-Pétersbourg, la veille et le lendemain de la cérémonie, les convives étaient invités à différents événements festifs. Lors de la soirée de bienvenue, deux princes rivaux se sont retrouvés dans la bonne humeur. Le prince Emmanuel-Philibert de Savoie et son cousin, le prince Aimone de Savoie-Aoste ont passé quelques moments ensemble, en toute décontraction.

Lire aussi : Emmanuel-Philibert de Savoie, Louis de Bourbon et le duc de Bragance au mariage du grand-duc Georges de Russie

Le prince de Venise et le duc d’Aoste se retrouvent à Saint-Pétersbourg

Est-ce la fin d’une guerre dynastique ? Le 30 septembre 2021, le prince Emmanuel-Philibert de Savoie, prince de Venise, et le prince Aimone de Savoie-Aoste, duc d’Aoste, se sont retrouvés ensemble au palais Vladimir de Saint-Pétersbourg, où le grand-duc Georges Mikhaïlovitch de Russie avait invité ses proches à participer à un cocktail de bienvenue, la veille de son mariage religieux avec Victoria Romanovna à la cathédrale Saint-Isaac.

Le duc d’Aoste et le prince de Venise réunis au mariage du grand-duc Georges Mikhaïlovitch. Ils posent ensemble lors du cocktail de bienvenue au palais Vladimir, la veille du mariage (Photo : David Nivière/Abacapress)

Le prince Emmanuel-Philibert est le petit-fils d’Humbert II, dernier roi d’Italie. Son père, le prince Victor-Emmanuel est l’actuel prétendant au trône d’Italie. Une prétention également revendiquée par le prince Aimone de Savoie-Aoste, récemment titré duc d’Aoste depuis la mort de son père, le prince Amédée, en juin dernier. Amédée et Victor-Emmanuel sont rivaux depuis des années.

La prétention au trône d’Italie du prince Amédée de Savoie-Aoste n’était pas claire jusque dans les années 2000. Profitant des nombreux scandales et affaires dans lesquelles est empêtré le prince Victor-Emmanuel, le duc d’Aoste revendique être l’héritier du trône. Les partisans de Victor-Emmanuel quant à eux, continuent à clamer sa légitimité. Le duc d’Aoste avance que Victor-Emmanuel a perdu sa prétention au trône lors de son mariage, qui n’aurait pas été consenti par le roi Humbert II.

Le prince Aimone de Savoie-Aoste et son épouse, la princesse Olga de Grèce et de Danemark au palais Vladimir (Photo : David Nivière/Abacapress

Quant aux partisans de Victor-Emmanuel, ils avancent que le consentement du roi Humbert II était tacite. Si dans un premier temps il aurait été réticent à l’idée que son fils épouse Marina Ricolfi-Doria, il aurait fini par accepter sa belle-fille. La preuve est que le roi Humbert II a même reconnu le seul fils de Victor-Emmanuel et Marina, le prince Emmanuel-Philibert, né en 1972 et il lui a même conféré le titre de prince de Venise.

Lire aussi : Simeon II de Bulgarie au mariage du tsarévitch Georges de Russie

Une querelle dynastique apaisée au mariage du tsarévitch

La mort du 5e duc d’Aoste le 1e juin dernier a ravivé la querelle dynastique entre les deux branches de la famille de Savoie. La branche d’Aoste descend d’Amédée, titré duc d’Aoste, fils cadet de Victor-Emmanuel II, premier roi d’Italie. Les rois d’Italie suivants descendent d’Humbert 1e, fils ainé de Victor-Emmanuel II.

La famille royale d’Italie et la branche d’Aoste (Image : Histoires Royales)

La branche d’Aoste a clamé sa légitimité au mois de juin, profitant de la médiatisation pour dégainer des documents qui mettrait à mal la légitimité des descendants du dernier roi d’Italie. Une guerre par média interposée qui a mis en colère le prince Emmanuel-Philibert, petit-fils d’Humbert II. «Assez maintenant avec ces absurdités, il est temps d’arrêter», écrivait en colère le prince de Venise sur ses réseaux sociaux. «Arrêtons de faire parler les morts et respectons leur repos !». Le prince Emmanuel-Philibert affirmait alors : «Le Roi, mon grand-père, a reconnu sans équivoque mon père comme le futur chef de la Maison royale de Savoie, avec ma mère à ses côtés lors de sa dernière rencontre avec les Italiens en France».

Pour prouver que son grand-père avait approuvé le mariage de ses parents, le prince Emmanuel-Philibert a rendu publique une lettre inédite, écrite par Charles-Guibert d’Udekem, l’exécuteur testamentaire de son grand-père. Les deux autres exécuteurs testamentaires sont le roi Siméon II de Bulgarie et Maurizio Langravio d’Assia. La lettre écrite à Cascais, au Portugal, est datée au 5 décembre 1983, quelques mois après la mort du roi.

Dans cette lettre, les exécuteurs testamentaires indiquent que les héritiers du roi Humbert II «reconnaissent le prince Victor-Emmanuel, chef de la Maison royale de Savoie». Les héritiers en question ont également signé le document. Il s’agit des héritiers légaux, à savoir la veuve du Roi, la reine Marie-José, et leurs deux filles, les princesses Marie Gabrielle et Marie Beatrice.

Aimone de Savoie-Aoste, Georges Mikhaïlovitch Romanov, Emmanuel-Philibert de Savoie et Charles-Philippe d’Orléans (Photo : David Nivière/Abacapress)

Malgré cette querelle qui brouille la famille, la tension semblait apaisée ce 30 septembre lorsque le prince Emmanuel-Philibert et le prince Aimone se sont rencontrés et ont accepté d’être pris ensemble en photo au palais Vladimir de Saint-Pétersbourg. Le lendemain, le 1e septembre, ils ont assisté au mariage impérial à la cathédrale Saint-Isaac. En soirée, ils se sont retrouvés au Musée ethnographique où était organisée la réception du mariage.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr