La reine Elizabeth blanchie : ses lettres au gouverneur général d’Australie divulguées

Le 14 juillet était un jour qu’attendaient les partisans républicains australiens avec impatience. Les Archives nationales acceptaient enfin, sur décision de justice, de rendre public le courrier privé entre la reine Elizabeth II et son gouverneur général, Sir John Kerr, dans les années 70. La lecture de cette correspondance, que voulait pourtant gardée confidentielle Buckingham, indique que Sa Majesté n’avait aucune connaissance de la volonté de John Kerr de limoger le gouvernement australien en 1975, plongeant le pays dans la plus grande crise politique et constitutionnelle de son histoire.

La lecture du courrier du secrétaire particulier de la reine Elizabeth avec le gouverneur général d’Australie prouve que Sa Majesté n’était pas au courant du limogeage du gouvernement par John Kerr (Photo : capture ITV)

Lire aussi : Le courrier d’Elizabeth II écrit pendant la plus grosse crise politique en Australie sera rendu public

Sir John Kerr a limogé Gough Whitlam sans en informer la reine Elizabeth

« J’ai décidé de passer à cette étape, sans en informer le Palais », peut-on lire dans une lettre du gouverneur général australien Sir John Kerr, envoyée le jour où il a renvoyé le Premier ministre Gough Whitlam et a limogé son gouvernement. Ce passage de la lettre destinée à Martin Charteris, ancien secrétaire particulier de la reine Elizabeth, prouve qu’il a agit sans que la Reine ne soit au courant de sa décision.

« Il était préférable que Sa Majesté ne sache pas en avance, bien qu’il soit de mon devoir de lui dire immédiatement », continue le gouverneur général. Le gouverneur général est le représentant du souverain britannique dans les 15 pays du Commonwealth dont elle est le chef d’État.

Lire aussi : 62% des Australiens ne veulent plus d’Elizabeth II comme chef d’État

La reine Elizabeth n’était pas au courant de la décision de son gouverneur général

Cette semaine, un nouveau sondage indiquait qu’une majorité des Australiens étaient pour l’abolition d’une monarchie, souhaitant se séparer définitivement de la Couronne britannique. L’implication de la reine Elizabeth et son éventuelle connaissance du limogeage du gouvernement en 1975 jouaient en sa défaveur. Il est à présent certain, avec la publication du contenu de sa correspondance, que la reine Elizabeth n’avait aucune connaissance de ce que s’apprêtait à faire son gouverneur général.

Le contenu des lettres de la reine Elizabeth était attendu en Australie

En tout, ce sont 211 documents, de l’affaire des Palace Letters, qui ont été rendus publics ce 14 juillet, après des années de bataille juridique. En 2016, un groupe d’historiens avait fait la demande que ces documents confidentiels soient rendus publics, afin de peut-être mieux comprendre ce qui a entrainé cette crise constitutionnelle sans précédent à l’époque. Un tribunal avait jugé la demande irrecevable, car il s’agissait d’échanges privés. Au mois de mai 2020, la Haute Cour de justice a cassé ce jugement et a exigé la divulgation des lettres.

Les lettres divulguées concernent une période de deux mois précédant le limogeage du Premier ministre Gough Whitlam. Celui-ci a été renvoyé juste avant qu’il ne fasse approuver son budget au Sénat. Dans un courrier envoyé par le secrétaire particulier de la Reine au lendemain du limogeage, on peut lire qu’il félicite le gouverneur général de ne pas en avoir informé la Reine.

Lire aussi : Lire aussi : Il y a 100 ans, les Luxembourgeois votaient le maintien de la monarchie : commémoration avec le grand-duc Henri

Source : Reuters

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr