Résumé épisode 8 The Crown saison 4 : 48 contre 1

L’épisode 8 de la saison 4 de The Crown, diffusé sur Netflix depuis le 15 novembre, revient sur l’importance que porte la reine Elizabeth aux pays du Commonwealth. Elle se retrouve confrontée à sa Première ministre, Margaret Thatcher, qui elle ne voit aucune utilité au Commonwealth. Les désaccords entre la reine et la Première ministre deviennent de plus en plus évidents même aux yeux du public. Un article dans la presse vient mettre le feu aux poudres. Attention spoiler – Résumé complet de l’épisode 8 de la saison 4 de The Crown.

Lire aussi : The Crown : comparaison des acteurs avec la réalité (saison 4)

Le sommet du Commonwealth aux Bahamas

Surprise, l’épisode 8 de la saison 4 débute avec un flashback dans les années 50. On y retrouve Claire Foy qui interprète la reine Elizabeth en train d’enregistrer un message à la radio, depuis Le Cap, à l’âge de 21 ans, pour tous les citoyens du Commonwealth. Toujours dans le flashback, on découvre les années d’étude de la jeune Margaret Roberts, membre du club des conservateurs de l’université d’Oxford, qui sera plus tard connue comme Margaret Thatcher. Dans son message, la reine Elizabeth exhorte la population du Commonwealth à la soutenir et à lui faire confiance durant son règne à venir. Elle promet de toujours servir les pays membres du Commonwealth, dont elle est le chef d’État depuis la mort de son père.

Retour dans les années 80, en 1985. Michael Shea, chef du service de presse du Palais, refuse de donner l’opinion de la reine sur la politique de Margaret Thatcher concernant l’apartheid en Afrique du Sud. Le Royaume-Uni reste le seul des 48 pays du Commonwealth à ne pas sanctionner l’apartheid, ce qui pose problème car il faut l’unanimité totale des pays pour appliquer la sanction. La reine Elizabeth comprend le problème mais elle ne peut rien y faire. La Première ministre y est fortement opposée.

La reine Elizabeth apprend que Thatcher ne souhaite pas sanctionner l’apartheid (Photo : capture d’écran Netflix)

La Première ministre trouve que le Commonwealth est une perte de temps et est très mauvais pour l’image du Royaume-Uni. Elle cuisine chez elle, entourée de son cabinet qui l’observe dans sa cuisine. Pendant qu’elle prépare un plat indien, elle crache son venin concernant le Commonwealth.

De son côté, la reine Elizabeth s’apprête pour participer au sommet du Commonwealth et prend soin de dissimuler des symboles dans sa tenue, qui permettent d’indiquer sa position politique et son attachement au Commonwealth. Son fils Andrew l’interrompt et lui annonce qu’il a choisi son frère Edward comme témoin de mariage. Andrew a fait exprès de ne pas choisir son frère Charles afin de lui donner une bonne leçon : lui faire comprendre ce que ça fait de ne pas être le premier. Andrew se demande si sa mère veut vraiment le voir heureux. Elle le rassure : « Il y a deux familles qui m’intéressent. Ma propre famille et la grande famille du Commonwealth. Les garder tous unis est le travail de ma vie ».

La reine Elizabeth s’envole pour les Bahamas, où a lieu le sommet du Commonwealth. Dans son discours devant tous les gouverneurs généraux, la reine Elizabeth rappelle combien elle est attachée à cette union qui « valorise les compromis plutôt que les conflits » dans la paix et la bienveillance. Margaret Thatcher, qui assiste au discours, ne semble pas convaincue.

La reine Elizabeth au centre des représentants du Commonwealth (Photo : capture d’écran Netflix)

Lire aussi : Les décors de Buckingham Palace dans The Crown

Margaret Thatcher refuse de sanctionner l’apartheid en Afrique du Sud

Après la cérémonie d’inauguration, la reine Elizabeth reçoit la Première ministre dans ses appartements. Margaret Thatcher ne se montre pas ouverte à la discussion. Elle ose dire à la reine ce qu’elle pense vraiment du Commonwealth, qui selon elle n’est qu’une invention de la Couronne britannique pour se consoler d’avoir perdu l’Empire britannique. Thatcher met en avant l’excentricité de certains pays africains peu fréquentables, qui sont pourtant membres de cette union. La reine n’est pas d’accord et trouve que le Ghana ou la Zambie ont eux aussi une grande histoire et sont des grandes nations. La reine lui fait alors clairement comprendre qu’elle a intérêt à signer la lettre de sanction à l’égard du gouvernement sud-africain.

S’en suit un échange de textes, entre la reine, Margaret Thatcher et les autres membres du Commonwealth, qui doivent se mettre d’accord sur les termes à employer dans la lettre de sanction. Si Thatcher n’est pas d’accord avec l’ensemble de la lettre, elle ne la signera par. La reine fait alors appel à Michael Shea, le chef du service de presse, qui est également écrivain. Elle souhaite qu’un véritable écrivain s’attelle à la tâche pour écrire les termes de l’accord de façon plus diplomatique. Cette ruse fonctionnera, car Thatcher finira par signer l’accord dans les termes proposés par l’auteur.

Les tensions montent en Afrique du Sud. La presse comprend également qu’il y a un bras de fer qui se joue en coulisse entre la reine Elizabeth et sa Première ministre. Michael Shea propose à la reine de trouver une ruse pour parler publiquement en termes élogieux de la Première ministre, afin de faire taire les rumeurs. Mais la reine voit les choses autrement. Elle préférerait plutôt prendre la parole pour faire comprendre qu’elle désapprouve Thatcher. Mais Michael Shea lui déconseille de commettre cette erreur, qui pourrait définitivement compromettre l’entente avec la Première ministre. Michael Shea est tellement surpris par cette décision de la reine, qu’il demande à ce que figure sur un rapport le fait qu’il ait totalement désapprouvé cette manœuvre de communication.

Michael Shea déconseille à la reine de faire comprendre publiquement qu’elle désapprouve Thatcher. Pourtant, il fera fuiter l’information juste après la rencontre (Photo : capture d’écran Netflix)

Lire aussi : La robe de mariée de Diana dans The Crown : comparaison avec la réalité

Michael Shea fait fuiter l’avis de la reine dans la presse

Pourtant, Michael Shea prend les choses en main de son côté et décide de rencontrer des journalistes. Il fait lui-même fuiter les propos de la reine concernant Thatcher, alors qu’il lui avait déconseiller de parler publiquement. Dès le lendemain, le Sunday Times titre : « La Reine consternée par l’insensibilité de Thatcher ». La princesse Anne, la princesse Margaret, le prince Charles, le prince Andres et le prince Philip sont tous surpris en lisant le journal, car habituellement, le souverain ne parle pas de politique. La reine est moquée dans l’article, qualifiée de « grand-mère » et de « reine africaine ». Les journalistes jugent que ce n’est pas son rôle de parler de politique.

L’heure de l’audience entre la reine et la Première ministre a sonné. Les deux femmes se rencontrent comme à l’habituée. Elles sont toutes les deux déterminées et prêtes à la confrontation. « J’avais cru comprendre que Sa Majesté n’exprimait jamais ses opinions politiques en public », débute la Première ministre qui marche sur des œufs et qualifie leur différend d’ « anicroche ». La Première ministre est très en colère car elle a compris que la source de l’article provient du cercle proche de la reine. La Première ministre explique sa ligne de conduite et la reine également. La reine demande à Thatcher de la suivre pour une fois mais Thatcher est sauvée par le gong, contente que le temps de la réunion soit écoulé.   

Le prince Andrew est en colère car le jour de son mariage avec Sarah Ferguson, la presse ne parle que de la guerre entre la reine Elizabeth et Thatcher. Le prince Andrew est furieux et le fait savoir à Charles, Anne et Edward. Mais Charles ne le soutient pas et qualifie son frère de « marginal », lui rappelant qu’il n’est personne puisqu’une fois que William aura des enfants, il reculera dans l’ordre de succession.

La reine Elizabeth choisit de licencier Michael Shea. C’est un moyen de désigner un coupable aux fuites. Elle l’accuse d’être la source qui a parlé à la presse. Ce qui est vrai. En virant Michael Shea, la reine montre son désaccord et signifie qu’elle ne cautionne pas ce qui est dit dans la presse et les critiques concernant Thatcher.

< Lire le résumé de l’épisode 7 saison 4 Lire le résumé de l’épisode 9 saison 4 >

Source : Netflix

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr

No Comments Yet

Leave a Reply