Les robes de mariée de Victoria Romanovna : 6 mètres de traîne, tradition et prestige

Le 24 septembre 2021, le grand-duc Georges Mikhaïlovitch de Russie épousera civilement Victoria Romonavna à Moscou. Le 1e octobre prochain, ils se marieront religieusement à Saint-Pétersbourg. Du 30 septembre au 2 octobre, trois jours de célébrations sont prévus. Autant d’occasions pour la mariée de porter différentes robes. Le Bureau impérial a partagé avec nous les détails des différentes robes que portera Victoria.

Lire aussi : Les détails du mariage du grand-duc Georges de Russie : nombreuses royautés invitées, 3 jours de fête,…

Une robe Reem Acra pour la cérémonie réligieuse

La robe que tout le monde attend est évidemment la robe de mariée du 1e octobre. Ce jour-là, ils seront des centaines d’invités à découvrir la robe de Victoria Romanovna, connue avant sa conversion à la religion orthodoxe comme Rebecca Bettarini. Le grand-duc Georges sera sans nul doute ému en apercevant Victoria entrer dans la cathédrale Saint-Isaac de Saint-Pétersbourg dans une robe blanche suivie d’une traine de six mètres.

C’est à la créatrice libanaise Reem Acra que Victoria Romanovna a confié la création de sa robe. La couturière est célèbre dans le monde entier et a réalisé des tenues pour de grandes actrices hollywoodiennes. «Reem Acra a un goût exquis et ses robes sont conçues de manière holistique, comme si elles étaient un chef-d’œuvre de l’architecture», nous explique la mariée, qui n’avait que deux exigences : une robe raffinée et moderne. Il s’agira d’une robe en mikado de soie italien, un classique des robes de mariées italiennes des années 60.

Le grand-duc Georges Mikhaïlovitch et Victoria Romanovna Bettarini lors de leurs fiançailles. (Photo : Hand out/Chancellerie impériale)

Reem Acra a réussi à confectionner une robe légère et volumineuse malgré le poids et la rigidité des tissus. Bien qu’il faudra attendre le grand jour pour découvrir la robe, on peut s’attendre à une robe complexe et sophistiquée. La robe sera à la fois moderne et classique. Il s’agit d’un robe à longues manches avec une traine de 6 mètres et une cape créées par la couturière russe Elina Samarina.

«La robe est un classique qui est conçue pour donner un clin d’œil à la pureté de la symbolique du mariage. Fabriquée en tissu européen et conçue à New York, et portée en Russie, c’est une combinaison de 3 mondes et un hommage à nos racines communes», explique la créatrice Reem Acra.

Elina Samarina, fondatrice de la marque Sergio Marcone, a réussi à ajouter des éléments symboliques et culturels en broderie. La broderie est un art traditionnel ancien en Russie. Il était important pour la mariée, qui entre en même temps dans l’histoire de la famille impériale, de rendre hommage à son nouveau pays d’adoption. La broderie effectuée sur le voile est de style Torzhok et est directement réalisée à travers le tulle. Il a fallu cinq semaines pour les réaliser.

Des broderies dans le style de Torzhok ont été réalisées par Elina Samarina (Photo : Hand out/Chancellerie impériale)

Les motifs brodés sur le voile représentent des symboles «avec lesquels chaque Russe peut s’identifier. Le voile exprime la continuité entre le présent et le passé, et il est issu d’une collaboration de haut niveau entre nos pays».

Lire aussi : Le rôle de la famille impériale de Russie depuis son retour d’exil

La robe de gala de Victoria Romanovna

Après la cérémonie religieuse, les convives du monde entier seront invités à la réception du mariage. La mariée a confié la réalisation de sa deuxième robe au même duo de créatrices. Reem Acra et Elina Samarina ont collaboré pour fournir une robe digne des contes de fées. Des motifs seront à nouveau brodés sur la robe, qui comprend une cape en soie.

Elina Samarina explique que « les Romanov ont toujours fasciné et inspiré l’imagination des gens grâce à leur interprétation unique des traditions russes de la mode. Ils étaient les ambassadeurs de la culture, de l’opulence et des traditions russes à l’étranger, c’est pourquoi, pour une occasion si spéciale, j’ai voulu faire revivre les traditions de fabrication uniques de la Russie. C’est un privilège pour moi d’avoir pu travailler sur ce projet extraordinaire.»

Lire aussi : Victoria Romanovna : «Moscou est la ville où nous voulons éduquer nos enfants»

La robe du mariage civil

Avant le mariage religieux, le grand-duc Georges Mikhaïlovitch se sera déjà uni civilement à Victoria Romanovna Bettarini à Moscou. Le 24 septembre, Victoria se présentera à l’hôtel de ville dans une robe réalisée par la créatrice Chiara Boni. La robe sera d’un bleu givré avec des broderies en fil d’or. Ces broderies sont inspirées des motifs folkloriques traditionnels de Khokhloma.

La couleur bleu givré du cordon de l’ordre de Saint-André a inspiré la robe du mariage civil. Des motifs de style Khokhloma sont brodés au fil d’or (Photo : Hand out/Chancellerie impériale)

Le Bureau impérial nous rappelle que ce bleu est aussi la couleur de l’Ordre impérial de Saint-André, qui est l’ordre dynastique le plus important de la Maison impériale russe. Le ruban bleu clair de l’ordre de Saint-André, ordre fondé par Pierre le Grand en 1698, a servi d’inspiration pour la tonalité de la robe du mariage civil.

Photos de la robe portée par Rebecca lors de son mariage civil (Photos : David Nivière/Abacapress)

Voir ici l’article complet concernant le mariage civil du grand-duc Georges

La robe de cocktail portée avant le mariage

La veille du mariage religieux, le 30 septembre, les invités sont conviés à un cocktail. Lors de ce cocktail, la future mariée a choisi de porter une robe aux couleurs de la Maison impériale. Le drapeau de la dynastie est noir, jaune et blanc. La mariée a choisi une robe en velours noir et en tulle. La robe de la créatrice libanaise Gatti Nolli by Marwan est brodée avec des fils dorés. La robe est une combinaison d’un bustier en velours avec une jupe en tulle transparent.

La robe du cocktail sera noire et dorée, aux couleurs des Romanov (Photo : Hand out/Chancellerie impériale)

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr