Le suicide d’Adolphe-Frédéric VI de Mecklembourg-Strelitz entraîne une crise successorale

Adolphe-Frédéric VI est le dernier grand-duc à avoir régné sur le grand-duché de Mecklembourg-Strelitz de 1914 à 1918, état souverain, fédéré au sein de l’Empire allemand. Adolphe-Frédéric est né le 17 juin 1882 à Neustrelitz et meurt dans la même ville le 23 février 1918. A la mort de son père, il monta sur le trône quelques semaines avant le début de Première Guerre mondiale. Le grand-duc s’est suicidé dans des circonstances mystérieuses quelques mois avant l’abolition de la monarchie en Allemagne. Suite à sa mort, une crise de succession dynastique éclata.

Histoire du dernier grand-duc de Mecklembourg-Strelitz. Adolphe-Frédéric VI photographié à 30 ans, en 1912, deux ans avant de monter sur le trône (Photo : Domaine public)

Lire aussi : Le duc héritier de Mecklembourg-Strelitz à la messe commémorative de la famille à Mirow

La jeunesse du prince héritier de la Maison de Mecklembourg

Adolphe-Frédéric est le fils aîné du grand-duc de Mecklembourg-Strelitz, Adolphe Frédéric V et de son épouse, la princesse Elisabeth d’Anhalt. Il étudie pendant toute ses études secondaires au gymnase de Dresde. Puis, il fait des études de droit à Munich avant d’intégrer l’armée prussienne où il est devenu major-général. À la suite du décès de son grand-père, Frédéric-Guillaume en mai 1904, son père commença à régner comme grand-duc. Quant à Adolphe-Frédéric VI, il devient prince héritier du grand-duché. En 1908, son jeune frère, Charles-Borwin est tué lors d’un duel avec le comte Georges Jametel à Metz. Malgré les tentatives d’union avec la princesse Patricia du Royaume-Uni, le prince ne s’est jamais marié et n’a pas eu d’enfants. Il y eut également des rumeurs d’un mariage morganatique avec la soprano d’opéra Mafalda Salvatini. Selon les dires, elle fut sa maîtresse de 1908 jusqu’à sa mort.

Lire aussi : Le château de Fürstenberg de la duchesse Dorothée Sophie de Mecklembourg-Strelitz bientôt rénové ?

Le suicide du grand-duc de Mecklembourg-Strelitz

Le 23 février 1918, le grand-duc de Mecklembourg-Strelitz se suicide dans sa ville natale. Le soir même, son médecin personnel, le docteur Wilda effectue une autopsie qui révèle que le souverain était tombé dans l’eau et s’était noyé. Toutefois, ce rapport s’avérait peu probable puisqu’il était connu que le grand-duc souffrait de dépression à cause de sa situation récente. Il fut inhumé sur l’île de l’Amour à Mirow dans une tombe conçue par les héritiers du grand-duc. Comme Adolphe-Frédéric n’avait pas d’héritier, il légua sa fortune au second fils de Frédéric-François IV de Mecklembourg-Schwerin, Christian-Louis. Dans son testament, il précise que la fortune s’élèverait à 30 millions de marks. Cependant, il ne le lèguerait à Christian qu’à condition qu’il devienne grand-duc de Mecklembourg-Strelitz et réside à Neustrelitz. Sinon, l’héritage se limiterait à 3 millions de marks. La fin de la monarchie, peu de temps après, a néanmoins annulé ces arrangements.

Frédéric-François IV de Mecklembourg-Schwerin à l’âge de 22 ans, en 1904 (Photo : Domaine public)

Lire aussi : Guillaume II : le dernier roi de Wurtemberg

Une crise de succession

Lorsque le grand-duc Adolphe-Frédéric s’est suicidé, sa mort entraîna une crise successorale au sein de la branche de Mecklembourg-Strelitz. Pour cause, il ne restait plus que son cousin, le duc Charles-Michel comme héritier au trône. Vivant en Russie et naturalisé russe, Charles-Michel avait cependant renoncé à ses droits de succession pour entrer dans l’armée impériale russe. Un autre successeur possible, le neveu de Charles-Michel, Georges, mais qui ne pouvait pas accéder au trône. En effet, il est né à la suite d’une union morganatique que son père, Georges-Alexandre aurait contracté. En attendant la résolution de cette crise successorale, c’est Frédéric-François IV de Mecklembourg-Schwerin qui assure la régence du grand-duché de Mecklembourg-Strelitz. Finalement, l’abolition de la monarchie de 1918 provoqua la chute des monarques allemands et le problème de succession fut résolu en 1928. En effet, le duc Charles-Michel adopta son neveu Georges, comte de Carlow qui obtint le titre de duc de Mecklembourg.

Tombe du grand-duc Adolphe-Frederic VI sur l’île du château de Mirow (Photo : WikiCommons)

Lire aussi : Louis III : le dernier roi de Bavière témoin de la chute de l’Empire allemand

Source : Le Parisien SensAgent

Avatar
Hervina

Hervina est une passionnée d'histoire et de familles royales. Elle partage avec Histoires Royales ses connaissances et ses anecdotes sur les têtes couronnées.