Victoria de Marichalar ne respecte pas les règles sanitaires ? La nièce du roi d’Espagne semble en faire à sa tête

On a frôlé l’incident diplomatique entre la Belgique et l’Espagne lorsqu’on a appris, il y a quelques jours, que le prince Joachim de Belgique, neveu du roi Philippe, s’était rendu en Andalousie pour rejoindre sa compagne, Victoria Ortiz Martinez-Sagrera, enfreignant alors un certain nombre de règles sanitaires. Pour ne rien arranger, il a en plus été testé positif au covid-19. Mais il semblerait qu’en Espagne, la nièce du roi Felipe, Victoria Federica de Marichalar, n’ait pas un comportement des plus irréprochables non plus. Le neveu de Philippe et la nièce de Felipe sont-ils à ex-æquo en la matière ?

Victora Federica et son petit ami, le DJ Jorge Bárcenas, avant le confinement

Lire aussi : La nièce de Felipe VI assiste au grave accident de son petit ami torero

Victoria de Marichalar se confine à la campagne… sans trop respecter les règles

La fille de l’infante Elena, Victoria Federica de Marichalar y Borbón, 19 ans, 5e dans l’ordre de succession au trône d’Espagne, est totalement amoureuse de Jorge Bárcenas, un DJ qui est venu la consoler après sa séparation avec le torero Gonzalo Caballero, qui s’était fait encorner l’entrejambe devant elle lors d’un combat. Lorsque l’état d’urgence a été proclamé, Victoria et son petit ami Jorge, ont pris un peu de temps à se décider, puis on rejoint la petite ville de Villacarrillo, dans la province de Jáen, en Andalousie.

Victoria Federica, Jorge et leur ami, ont tous les trois vécu le confinement comme des vacances, partageant leurs journées de balade sur les réseaux sociaux (Photo : capture Instagram)

Le problème est que depuis le 13 mars, l’état d’urgence était déclaré et il était normalement impératif de rester confiné en famille à son domicile. Première entorse au règlement, Victoria Federica de Marichalar et son petit ami Jorge sont allés vivre dans une maison de campagne d’un ami, une très chic ferme au milieu des oliviers, appartenant à l’homme d’affaires Ángel Rodríguez-Avial López-Dóriga, père de leur ami. « Victoria Federica choisit de se confiner comme s’il s’agissait de vacances et d’échapper ainsi au stress de la grande ville. Les autorités lui infligeront-elles une amende pour avoir enfreint la loi? », écrivait un média espagnol au mois de mars.

Victoria et son ami Angelilo chez qui elle a passé le confinement :

Lire aussi : Tatiana de Grèce retrouve son chien après 2 mois de confinement

Malheureusement, les infractions se sont accumulées. Ainsi, ils ont été reconnus à deux dans un supermarché de la petite ville, alors que les courses ne pouvaient se faire qu’individuellement. Très en colère, Crónica Directo écrivait : « Non contente d’avoir quitté Madrid pendant le confinement, Victoria Federica a également choisi de contourner les règles établies par les supermarchés. Dans les grands magasins, depuis quelques jours, on nous répète que les gens doivent faire leurs courses individuellement, avec des gants, payer par carte et garder une distance de sécurité d’au moins un mètre. Des précautions que la fille de l’infante Elena ne prend pas. Victoria Federica plaisante-t-elle sur la crise des coronavirus ? » Pour dénoncer les agissement de la fille de la duchesse de Lago, des habitants de la ville ont discrètement pris des photos du couple très proche, qui faisait ses courses ensemble.

Victoria et son ami photographiés au supermarchés ensemble pendant le confinement (Photo : Capture Twitter)

Un déconfinement qui décoiffe…

Une fois la première phase de déconfinement annoncée et la réouverture des coiffeurs annoncée, Victoria Federica s’est empressée d’aller au salon de coiffure. Jusque là, tout va bien. Sauf que Victoria, connue dans les médias espagnols pour sa tignasse indomptable, n’a pas voulu se faire couper les cheveux. Victoria a visiblement horreur des coiffeurs, arborant souvent une grosse tresse lorsqu’elle doit assister à des événements officiels, mais les laissant naturels habituellement. Alors que faisait-elle chez un coiffeur ? Elle accompagnait simplement des amis.

Plusieurs règles ont été enfreintes. Non seulement, elle se rendait chez un coiffeur inutilement, sachant le nombre de précautions que prennent les coiffeurs actuellement pour organiser des rendez-vous privés. Pourtant, Federica s’est bien rendue chez un coiffeur, juste pour accompagner un ami. Pire, la coiffeuse, fière d’avoir la nièce du roi dans son salon, a pris une photo qu’elle a partagée sur Instagram. Pas de chance, les deux femmes sont collées l’une à l’autre, ce qui est une infraction de plus, ne respectant pas les mesures de distanciation sociale, lorsque l’on ne porte pas de masque.

Victoria Federica et la coiffeuse n’ont pas respecté les règles de distanciation sociale (Capture Instagram)

Lire aussi : Francesca Thyssen-Bornemisza et sa famille en confinement dans le monastère croate de l’île de Lopud

Que Victoria se rassure, bientôt, elle ne devra plus respecter aucune de ces règles. D’ailleurs, elle vient tout juste de rentrer à Madrid, comme le prouvent les Story de ses amis. Elle apparait dans des vidéos postées sur le compte Instagram d’une amie, alors qu’elles partageait un repas dans un restaurant de sushis dans la capitale. Une fois de plus, elle ne porte ni gant ni masque, même si cela n’est pas obligatoire. Vanitatis précise tout de même que le retour dans son domicile est considéré comme un déplacement autorisé, bien qu’il faille normalement détenir les papiers nécessaires pour le prouver. Mais si Victoria Federica et son petit ami avaient été contrôlés, ils auraient alors dû expliquer pourquoi dans un premier temps, ils se sont confinés à Villacarrillo à 345 kilomètres de Madrid.

Dès le confinement terminé, Victoria et ses amis sont allés manger des sushis (Capture Instagram)

Lire aussi : Victoria Federica de Marichalar sort avec le DJ Jorge Bárcenas : elle a rompu avec le torero Gonzalo Caballero

Sources : Vanitatis et Crónica Directo

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.