La vie cachée du prince héritier de Thaïlande : Dipangkorn deviendra Rama XI

Depuis quelques mois, la vie cachée du roi Maha Vajiralongkorn en Allemagne, n’a plus rien de secrète. Le roi de Thaïlande, qui vit avec une vingtaine de maitresses dans un hôtel de Bavière, a fait les gros titres de la presse internationale, seule en Thaïlande l’information n’est pas (ou presque pas) arrivée. Outre le roi Maha Vajiralongkorn et son épouse la reine Suthida, qui vivent séparément, l’un dans un hôtel allemand, l’autre dans un hôtel en Suisse, il y a également le prince Dipangkorn Rasmijoti, qui vit loin de son pays d’origine. L’adolescent, atteint de troubles comportementaux de type autistique, est appelé à devenir un jour Rama XI. Quelle est la vie du prince héritier ?

Le prince héritier Dipangkorn Rasmijoti est traité pour autisme en Suisse

Lire aussi : La secte militaire du roi de Thaïlande : l’enfer de l’hôtel de Bavière où Maha Vajiralongkorn vit avec son harem

Le roi de Thaïlande, la reine et le prince héritier vivent en Allemagne et en Suisse

La crise du coronavirus aura eu pour effet positif de faire prendre conscience à certains Thaïlandais que leur souverain les avait quelque peu délaissés. Le roi de Thaïlande a continué à vivre dans le luxueux hôtel Sonnenbichl, en Bavière, au lieu de gérer la crise dans son pays. Peu d’informations arrivent à ce sujet jusqu’en Thaïlande, alors que critiquer le roi est considéré comme un crime de lèse-majesté et peut mener à une lourde peine de prison. Malgré tout, depuis quelques jours, suite à la médiatisation récente du roi, un groupe d’activistes proteste devant l’hôtel allemand pour demander que la justice du pays s’intéresse aux conditions de vie perturbantes des maitresses du souverain, qui vivent dans son harem installé au quatrième étage de l’hôtel. Mais qu’en est-il de son entourage ? La reine Suthida, ancienne maitresse du roi qui avait atteint le rang de favorite et qu’il avait épousé trois jours avant le début des festivités de couronnement, vit en Suisse, dans un autre hôtel. Le fils du roi, le seul garçon légitime et désigné comme héritier, Dipangkorn Rasmijoti, vit lui aussi en Allemagne, dans une autre station alpine. En Thaïlande, c’est la sœur aînée du roi, la princesse Sirindhorn qui assure la présence royale dans le pays, au quotidien.

Le roi et la reine de Thaïlande lors du couronnement en 2019. Le prince héritier a fait une rare apparition publique à cette occasion

Lire aussi : Le roi de Thaïlande destitue la reine consort pour déloyauté !

Le prince Dipangkorn Rasmijoti traité pour des troubles du comportement

Le prince Dipangkorn Rasmijoti est né le 29 avril 2005. Il est le fils de Maha Vajiralongkorn et de sa troisième épouse, Srirasmi Suwadi. De ses trois premières épouses, le roi de Thaïlandee a eu 7 enfants. Néanmoins, seuls le prince Dipangkorn et la princesse Bajrakitiyabha sont légitimes, les 5 enfants qu’il a eus avec sa deuxième épouse sont nés hors mariage. Comme nous l’avions déjà expliqué dans un précédent article, le prince Dipangkorn souffre de troubles du comportement, ce qui est l’une des raisons qui a poussé le roi de Thaïlande à s’installer en Allemagne, alors que la clinique appelée Villa Medica propose des traitements alternatifs à diverses maladies.

Lire aussi : Le roi de Thaïlande fait du vélo incognito en crop top en Suisse

En 2007, encore prince héritier, Maha Vajiralongkorn effectue quelques voyages de plus en plus fréquents en Allemagne. Sa vie en Allemagne fait même l’objet de courriers diplomatiques en 2009, qui indiquent que le prince héritier a passé 75% de son temps en Allemagne pour suivre des traitements médicaux. Ces courriers font partie des échanges diplomatiques dévoilés par WikiLeaks. Si le futur roi a choisi les montagnes bavaroises comme lieu de prédilection, c’est à la fois pour la discrétion du lieu mais aussi pour la présence de la très décriée Villa Medica. Cet institut médical, tenu par un médecin d’origine thaïlandaise, propose des soins révolutionnaires, notamment pour soigner le VIH et l’autisme. La Villa Medica propose également des cures de jouvence, en injectant des cellules de fœtus d’agneaux.

La plupart des chefs d’État rendent publics leurs bilans de santé, lorsque ceux-ci sont affectés par une pathologie pouvant mettre en péril la fonction. Ce n’est pas le cas du roi de Thaïlande, qui aurait le VIH depuis de nombreuses années, et dont aucune information ne filtre à ce sujet dans son pays. On parle parfois d’une maladie du sang ou de l’hépatite C. Le roi Maha Vajiralongkorn bénéficie de soins dans la clinique de la Villa Medica pour lui, et son fils. Son fils y serait suivi pour son autisme. Bien que la Villa Medica soit très décriée, elle est réputée en Thaïlande. De nombreuses célébrités et influenceurs en font la publicité sur leurs réseaux sociaux. La Villa Medica utilise une substance appelée Ukrain pour traiter le VIH. En plus de la discrétion et des traitements médicaux qu’il recherchait en Allemagne, le roi de Thaïlande cherchait aussi à l’époque à éviter sa troisième épouse, la mère du prince Dipangkorn.

Le prince Dipangkorn et son père, le roi Maha Vajiralongkorn, devant la princesse Sirivannavari, une autre fille du roi

Lire aussi : Pour son anniversaire, le roi de Thaïlande s’exempte d’impôts fonciers

Le prince héritier parle mieux l’allemand que le thaïlandais

Le prince Dipangkorn vit en Allemagne, dans une villa à quelques dizaines de kilomètres de l’hôtel de son père, depuis que sa mère a renoncé à ses droits sur son enfant, en échange d’un peu plus de 5 millions d’euros. Selon le magazine allemand Bild, l’adolescent est scolarisé à l’école Waldorf de Wolfratshausen et parle aujourd’hui mieux l’allemand (avec un accent bavarois, précise Bild) que le thaïlandais. Bien qu’il soit indépendant, le jeune homme vit entouré d’un vingtaine de serviteurs, avec tout le confort que l’on peut imaginer. Il sera appelé à devenir roi, à la mort de son père, le roi Maha Vajiralongkorn, aujourd’hui âgé de 67 ans. Il portera le nom de règne de Rama XI, en tant que 11e souverain de la dynastie Chakri, et s’il n’est pas capable d’assumer seul ses fonctions, ce sont ses tantes qui joueront le rôle de régentes.

Source : Bild

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.