La virée à Vienne du prince Albert II de Monaco et de la princesse Caroline de Hanovre

Le prince souverain Albert II de Monaco et la princesse Caroline de Hanovre, étaient de sortie ce week-end. Le chef d’État monégasque s’était programmé une petite virée entre frère et sœur dans la capitale autrichienne. Albert et Caroline souhaitaient simplement se détendre et profiter d’un peu de musique en soirée.

Lire aussi : La reine Máxima sensationnelle dans sa robe cape à rayures diagonales lors d’un concert à Vienne

Une production monégasque du Turc en Italie à Vienne

Pas de valses viennoises au programme mais bien de l’opéra italien. Le prince Albert II n’était pas non plus en visite officielle en Autriche mais bien en visite privée. Le souverain monégasque s’est rendu à Vienne uniquement pour profiter d’un peu de bon temps avec sa sœur. Albert et Caroline sont arrivés dimanche 3 juillet dans la capitale autrichienne, où ils se sont installés à l’hôtel Sacher, selon Kurier.

Le prince Albert II de Monaco et la princesse Caroline de Hanovre arrivent l’opéra d’État de Vienne (Photo : People Picture/Splash News/ABACAPRESS.COM)

Le prince Albert II, 64 ans, et la princesse Caroline, 65 ans, ont ensuite rejoint l’opéra d’État de Vienne (Wiener Staatsoper). Ce dimanche, ils ont assisté à une représentation du Turc en Italie (Il Turco in Italia). Cette œuvre de Rossini a été jouée pour la première fois à la Scala de Milan en 1814. Bien qu’il s’agisse d’une visite privée d’Albert et Caroline, les deux Grimaldi étaient surtout intéressés de soutenir une production monégasque.

Lire aussi : La princesse Sofia au concert du Chœur royal sous l’impressionnant dôme de l’Athénée roumain

Virée entre frère et sœur en Autriche

L’orchestre des Musiciens du Prince-Monaco et le chœur de l’Opéra de Monte-Carlo se sont déplacés à Vienne pour proposer leur version de cet opéra. Dans les rôles principaux, on retrouve la soprano Cecilia Bartoli qui interprète le rôle de Donna Fiorilla, et le rôle masculin de Sélim est confié à Ildar Abdrazakov. À la saison prochaine, Cecilia Bartoli prendra la direction artistique de l’opéra de Monte-Carlo.

Le prince Albert II et sa sœur devant la loge, avant la représentation du Turc en Italie (Photo : People Picture/Splash News/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Le prince Albert II et la princesse Charlène s’embrassent en public : le bisou inattendu en Norvège

Le prince Albert et la princesse Caroline ont assisté à la première de la pièce à Vienne mais la presse locale n’était pas certaine s’ils comptaient passer la nuit dans la capitale autrichienne. Si oui, ils avaient déposé leurs affaires à l’hôtel Sacher. Durant l’entracte, Albert et Caroline étaient conviés à une petite réception dans un salon privé. Deux représentations, le 5 et le 7 juillet, sont encore prévues à Vienne.

La princesse Caroline est la présidente du conseil d’administration de l’opéra de Monte-Carlo. Comme l’avait rapporté Le Point en 2019, la nomination de Cecilia Bartoli à la tête de l’opéra pour 2023, avait « réjoui » la princesse Caroline. Elle remplacera Jean-Louis Grinda, qui était encore le metteur en scène de cette pièce présentée ce dimanche à Vienne.

Ces derniers jours, l’agenda du prince était très chargé. Après avoir visité la Norvège en famille sur les traces d’Albert 1e, le prince Albert II a pris la direction de Lisbonne où il a assisté avec la princesse héritière Victoria à des conférences sur la préservation des océans. Le prince Albert a ensuite rejoint Oran, où il a assisté à plusieurs compétitions de Jeux méditerranéens, avant de rentrer brièvement à Monaco, le temps d’assister au jumping. Il s’est ensuite accordé cette escapade de détente avec sa sœur à Vienne.

La princesse Charlène n’était pas présente ni les jumeaux du prince Albert. La princesse Charlène a repris ses activités publiques mais reste toutefois discrète, pas encore totalement remise de sa période de convalescence. Quant à la princesse Caroline, séparée mais non divorcée du père de sa dernière fille, elle a très certainement appris il y a quelques jours le verdict dans l’affaire qui l’opposait à son fils. Le prince Ernst August de Hanovre souhaitait que son fils aîné et héritier soit jugé pour la gestion du patrimoine familial.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr