Pourquoi Zara Tindall est un peu une princesse grâce au prince Charles

Ce 15 mai 2021, nous célébrons les 40 ans de Zara Tindall, la fille de la princesse Anne. Zara Phillips est née le 15 mai 1981. Elle est la première petite-fille de la reine Elizabeth II. En 2011, la vice-championne olympique a épousé le champion du monde de rugby Mike Tindall. Ils sont les parents de trois enfants. Mais pourquoi Zara Phillips n’est-elle pas princesse ? Et d’où lui vient ce prénom atypique ?

D’où vient le prénom Zara ? Pourquoi Zara Phillips n’est pas princesse ? Zara est photographiée avec son époux, Mike Tindall (Photo : Splash News/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : La famille Phillips : la branche non-titrée de la famille royale britannique

Pourquoi Zara Phillips n’est pas une princesse ?

Zara Phillips et son frère ainé, Peter Phillips, sont les seuls petits-enfants de la reine Elizabeth II à ne pas pouvoir prétendre au titre de prince et princesse du Royaume-Uni. Selon les Lettres Patentes de 1917 de George V, qui régissent les règles de transmission des titres royaux, seuls les enfants et petits-enfants du souverain peuvent avoir le titre de prince du Royaume-Uni.

En ce qui concerne les petits-enfants, ceux-ci doivent descendre en ligne paternelle du souverain et non maternelle, la transmission étant impossible par une femme. Zara et Peter étant les enfants de la princesse Anne, ils ne peuvent donc prétendre au titre. Une exception existe aussi pour l’ainé des enfants de l’héritier (en l’occurence le prince Georges de Cambridge). En 2013, Elizabeth II a modifié ces Lettres Patentes pour y inclure tous les enfants du fils ainé de l’héritier (tous les enfants du prince William).

Autre exception, lors de son mariage en 1999 avec Sophie Rhys-Jones, le prince Edward a décidé que ses enfants ne feraient pas usage de leur titre de prince ou princesse, même s’ils y ont droit. À leur majorité, s’ils le souhaitent ils seraient en droit de le revendiquer. Il s’agit plutôt d’un choix de modestie que l’on respecte par usage. Seules les Lettres Patentes ayant un effet officiel pour régler cette question, les enfants du prince Edward sont bel et bien prince et princesse de facto.

En 1973, au mariage de la princesse Anne avec son premier époux, le champion olympique d’équitation Mark Phillips, ce dernier a refusé d’obtenir un titre de noblesse de la part de sa nouvelle belle-mère. En lui conférant un titre de noblesse, quel qu’il soit, son fils ainé aurait pu en hériter et ses autres enfants (fille ou garçon) auraient été considérés comme nobles et seraient au moins Lord et Lady. Ce fut par exemple le cas au mariage de la princesse Margaret, qui a épousé le photographe Antony Armstrong-Jones, qui pour l’occasion avait été anobli en tant que comte Snowdon. Ses enfants sont Lord et Lady, puis son fils a hérité du titre de comte à sa mort. C’est aussi le cas du prince Edward, comte de Wessex. Bien que ses enfants puissent prétendre au titre de prince et princesse, pour l’heure ils se contentent d’être fille et fils d’un comte et sont donc Lady Louise et Lord James. Ce dernier peut même faire usage du titre subsidiaire de son père, celui de vicomte Severn avant d’hériter de celui de comte de Wessex.

La fille de la princesse Anne est vice-championne olympique d’équitation (Photo : Wikimedia Commons)

Lire aussi : Elizabeth II a-t-elle réellement privé Archie de titres ? Explications

D’où vient le prénom Zara ?

La princesse Anne a choisi d’appeler sa fille Zara, 3 ans et demi après avoir donné le prénom classique de Peter (Pierre, en français) à son fils. La famille royale britannique a pourtant tendance à choisir des prénoms chrétiens et qui rappellent un ancêtre. Zara est un choix surprenant, d’autant plus surprenant qu’il n’a pas été choisi par la princesse Anne mais par son frère, le prince Charles.

La princesse Anne a expliqué à Hello Magazine que son frère «pensait que Zara serait un prénom approprié». Selon Anne et Charles, Zara voudrait dire «lumière de l’aube» en grec ou «éclat de lumière». Le prénom ferait donc référence à la lueur jaillissante tôt le matin, comme «l’arrivée positive et soudaine du bébé».

Bien que nous ne souhaiterions pas remettre en question l’érudition du prince de Galles, personne n’a pu pour l’instant confirmer que zara avait une telle signification en grec ancien.

Par contre, en arabe zahra veut dire «fleur» et il s’agit aussi du mot utilisé pour désigner la planète Vénus. La signification la plus répandue du prénom Zara est qu’il s’agit d’un dérivé du prénom hébreu Sarah. Habituellement, la signification donnée pour le prénom Zara est donc le même que celle de Sarah, à savoir «princesse».

Grâce à son prénom signifiant «princesse», Zara est un peu princesse malgré elle. Un titre qu’elle ne porte pas officiellement (nous venons de le voir) mais que cache tout de même son prénom. Royal Central rappelle la réaction de la fille de la princesse Anne lorsque The Telegraph l’avait qualifiée de princesse. «Je ne suis pas une princesse de toute façon donc je trouve ça bizarre qu’on me qualifie de la sorte». Au Times, en 2015, Zara avait déclaré : «Princesse ? Je suis très chanceuse que mes deux parents aient décidé de ne pas utiliser de titre».

Zara a choisi d’appeler ses filles Mia et Lena. Mia est le diminutif de Marie, un prénom bien plus classique pour un membre de la famille royale. Quant à Lena, il s’agit du diminutif du prénom Hélène. Ce qui est étonnant, c’est que la signification du prénom Hélène en grec veut dire «éclat de soleil», une signification très proche de celle que le prince Charles a voulu attribuer à Zara en choisissant son prénom. Depuis quelques semaines, Zara est devenue maman d’un petit garçon, Lucas.

Enfin, Peter Phillips, le frère de Zara, a lui aussi choisi des prénoms particuliers pour ses filles. Peter Phillips et Autumn Kelly, qui sont en procédure de divorce, ont choisi d’appeler leurs filles Savannah et Isla.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr