Amalia des Pays-Bas porte des bijoux de famille pour la première fois

La reine Letizia aime prêter ses vêtements à ses filles déjà adolescentes, tout comme la reine Mathilde prête ses bijoux à sa fille ainée, Elisabeth. Ce 27 avril, on a pu voir que la reine Máxima prêtait volontiers ses sacs ou ses vêtements à ses trois filles. Mais jamais encore aucune jeune princesse de la génération d’héritières n’avait porté publiquement des bijoux de grande valeur, ayant traversé les générations. La princesse Catharina-Amalia a porté pour la première fois les boucles d’oreilles aigues-marines de son arrière-grand-mère.

La reine Máxima, la princesse Alexia, le roi Willem-Alexander et la princesse Ariane se tiennent à côté de la princesse Amalia, qui portait ce 27 avril 2021 les boucles d’oreilles aigues-marines de son arrière-grand-mère (Photo : Hollandse Hoogte-ANP/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Les bijoux de deuil de la reine Victoria mis en vente par les héritiers de Lady Mountbatten

La princesse Catharina-Amalia porte les boucles d’oreilles de la reine Juliana

Le 27 avril, jour de l’anniversaire du roi Willem-Alexander, qui fêtait ses 54 ans cette année, est l’événement durant lequel sa famille est la plus exposée de l’année. Le roi Willem-Alexander était entouré de son épouse et de leurs trois filles pour célébrer le Jour du Roi 2021 à Eindhoven. Les trois filles, âgées de 14 à 17 ans, sont toutes devenues de vrais demoiselles.

La princesse Amalia porte les aigues-marines de la reine Juliana aux oreilles (Photo : Hollandse Hoogte-ANP/ABACAPRESS.COM)

La princesse Catharina-Amalia, la princesse Alexia et la princesse Ariane étaient très élégantes pour cette journée importante. Un détail a sauté aux yeux du média Vanitatis, qui a repéré les boucles d’oreilles de l’ainée et héritière du trône. Pour accessoiriser sa tenue de chez Natan, la princesse d’Orange portait des boucles d’oreilles pendentifs aigues-marines. Ces bijoux ne sont pas inconnus aux spécialistes des royautés. Il s’agit d’un bijou de famille hérité de la reine Juliana, grand-mère du roi Willem-Alexander. Amalia avait assorti ses boucles d’oreilles à une chaine qu’elle portait autour du cou, à laquelle pendait une autre aigue-marine.

La princesse Catharina-Amalia, princesse d’Orange, porte autour du cou une aigue-marine, assortie aux boucles d’oreilles en pendentif. (Photo : Hollandse Hoogte-ANP/ABACAPRESS.COM)

Les boucles d’oreilles aigues-marines reçues de la mère du prince Bernhard

Comme l’explique Vanitatis, les boucles d’oreilles aigues-marines n’ont pas une valeur excessive car l’aigue-marine est une pierre semi-précieuse. La dénomination actuelle interdit d’utiliser le mot semi-précieux et est devenue une pierre fine. L’aigue-marine, une pierre très claire et bleutée se trouve au Brésil, en Afrique, au Pakistan et il existe même quelques gisements en France.

C’est en 1937 que la reine Juliana, encore princesse héritière, a reçu les boucles d’oreilles de sa future belle-mère. La baronne Armgard von Cramm, mère du prince Bernhard de Lippe-Biesterfeld, a offert les bijoux à Juliana à l’occasion de son mariage avec son fils. La reine Juliana sera très fidèle à cette pierre et portera tout au long de son règne des bijoux en aigue-marine.

La reine Maxima a porté les boucles d’oreilles aigues-marines à de nombreuses occasions, comme lors de cette visite à New Delhi, en Inde, en mai 2018 (Photo : Robin Utrecht/ABACAPRESS.COM)

Le bijou a été porté par le reine Máxima à plusieurs occasions. Mais il semblerait que les boucles d’oreilles aient été modifiées. Elles sont reconnaissables par l’attache en forme d’anneau et les aigues-marines qui pendent au bout d’une barrette sertie de petits diamants. Toutefois, ce bijou a été modifié à plusieurs reprises et il semblerait que l’on puisse interchanger l’attache. La reine Máxima les a déjà portées avec une attache comprenant une perle en son centre ou une autre pierre de valeur.

La princesse d’Orange est la première princesse de sa génération à porter des bijoux de famille

Le bijou n’atteint pas des prix astronomiques, étant donné que la pierre principale est une aigue-marine. Chacune des deux aigues-marines de ces boucles d’oreilles doivent valoir entre 1500 et 2000 euros. Le prix peut sembler élevé mais il n’est rien comparé aux prix des autres parures royales que peuvent porter certaines reines ou princesses lors de galas. Il s’agit surtout d’un bijou sentimental et symbolique.

Jamais encore la nouvelle génération de princesse n’avait porté de bijoux de famille de valeur, que ce soit aux Pays-Bas ou dans une autre monarchie européenne. Elles sont trois à être les héritières directes : Elisabeth de Belgique, Leonor d’Espagne et Catharina-Amalia des Pays-Bas. La princesse Ingrid Alexandra de Norvège est de la même génération, et est elle aussi appelée à devenir reine mais elle est encore la fille du prince héritier. Elisabeth est la plus âgée et a déjà porté des bijoux de sa mère, la reine Mathilde, mais jamais encore des bijoux de famille. Actuellement à l’armée, elle a peu d’occasions d’apparaitre en public avec des bijoux.

La princesse Amalia fêtera ses 18 ans au mois de décembre. Un récent sondage indique que les Néerlandais souhaiteraient qu’elle assume plus d’engagements publics à partir de son anniversaire. Elle bénéficiera dès sa majorité d’une dotation, ce qui lui permettra d’assurer des activités. La reine Máxima et le roi Willem-Alexander ont tout fait pour protéger leurs filles jusqu’ici. Elles ne participent officiellement qu’à la journée du 27 avril et sont présentes lors des deux séances photos officielles organisées à l’été et en hiver. Contrairement à l’Espagne, où la princesse Leonor prononce des discours depuis l’âge de 14 ans et a assuré son premier engagement seule à 15 ans, la princesse Amalia n’a pas encore accompagné ses parents lors d’événements publics officiels.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr