L’ancienne maitresse du roi Juan Carlos demande une injonction d’éloignement contre lui et porte plainte pour harcèlement

La saga de l’été reprend en 2021. Pour ce nouveau volet, Corinna Larsen, connue également comme Corinna de Sayn-Wittgenstein-Sayn depuis son deuxième mariage, s’en prend une nouvelle fois à l’ancien souverain espagnole. On apprend qu’en décembre dernier, l’ancienne maitresse de Juan Carlos a demandé une injonction d’éloignement à la justice britannique, se sentant menacée par l’entourage du père de Felipe VI.

Lire aussi : Qui est Marta Gayá ? La maitresse de Juan Carlos depuis 30 ans

Corinna Larsen veut interdire Juan Carlos de l’approcher de moins de 150 mètres

En décembre 2020, une plainte pour harcèlement et surveillance illégale a été déposée par les avocats de Corinna Larsen, à l’encontre du roi émérite Juan Carlos I, père de l’actuel chef d’État espagnol. La Haute Cour de justice de Londres vient rendre publique cette action de la consultante bien connue dans les hautes sphères monégasques.

Les sources proches du dossier indiquent que le roi Juan Carlos est au courant de la plainte de son ancienne compagne et aurait pris connaissance du dossier de 20 pages à sa charge. La demande de Corinna porte sur la nécessité d’exiger une injonction d’éloignant. L’ordonnance restrictive a pour but d’interdir le roi émérite de la contacter, de la suivre, de la diffamer ou de s’approcher à une distance de 150 mètres.

L’ancienne épouse du prince Casimir de Sayn-Wittgenstein-Sayn poursuit Juan Carlos devant la justice britannique (Photo : Action Press/ABACAPRESS.COM)

Dans sa plainte, Corinna accuse le roi émérite de « surveillance secrète et manifeste » qui aurait été exercée par des agents des services de renseignement espagnols du CNI autour de ses résidences à Londres et à Monaco, à partir de 201. Elle demande une compensation financière non spécifiée pour dommages et réparation.

Lire aussi : Juan Carlos régularise 4,4 millions € supplémentaires au fisc

Juan Carlos aurait tenté de récupérer l’argent envoyé

Pour rappel, le roi Juan Carlos a reçu un don de la part du défunt roi d’Arabie saoudite Abdelaziz al Saoud en 2008. Ce don de 100 millions de dollars a été transféré sur un compte en Suisse appartenant à la Fondation Lucum, une société panaméenne du roi Juan Carlos. En 2012, Juan Carlos aurait transféré la somme sur un compte de la banque Gonet & Cie au Bahamas, un compte appartenant à sa maitresse Corinna.

Le roi Juan Carlos a envoyé 100 millions $ à son ancienne maitresse puis aurait voulu les récupérer (Photo : Schroewig/DPA/ABACAPRESS.COM)

On apprend à travers cette plainte que le roi Juan Carlos aurait ensuite exigé récupérer cet argent, une information qui n’avait jamais été rendue publique jusqu’ici. On peut lire dans la plainte, que le souverain et son avocat ont organisé une rencontre avec Corinna le 16 septembre 2014 à l’hôtel Connaught. «Le désormais roi émérite a réitéré sa demande que le don de 100 millions de dollars lui soit restitué ou mis à sa disposition», peut-on lire au point 27 de sa plainte obtenue par El País.

Selon la plainte, Dante Canónica, avocat de Juan Carlos, qui a assisté à la rencontre, aurait lui-même été surpris par la demande de l’ancien souverain. «Canónica a dit à son client qu’il s’agissait d’un don irrévocable juridiquement parlant et que ces fonds ne pouvaient pas être utilisés à son profit». Plus tard dans la journée, mécontent que même son avocat ne le soutienne pas, le roi Juan Carlos aurait alors commencé ses intimidations. «Il m’a appelée et m’a dit que les conséquences “ne seraient pas bonnes”». Toujours selon la plainte, après son refus de rendre l’argent, Corinna a appris que Juan Carlos Ier avait répandu de fausses accusations selon lesquelles elle aurait volé de l’argent.

Dès le début de la plainte, Corinna rappelle le contexte de sa relation sentimentale avec le roi Juan Carlos. Lorsque l’argent a été transféré sur son compte, en 2012, ils n’étaient plus ensemble depuis plusieurs années. Corinna a rompu avec Juan Carlos en 2009, lorsqu’elle a appris qu’elle n’était pas sa compagne exclusive.

Elle est toutefois restée proche et amie avec lui, Juan Carlos ayant notamment agi comme un père pour son fils. En 2011, lorsque le roi était à l’hôpital, Corinna était à son chevet et ce dernier lui aurait fait part de sa volonté de la protéger elle et son fils en l’inscrivant sur son testament. Depuis lors, elle affirme faire l’objet de surveillances illégales du CNI, le service de renseignement et de contre-espionnage espagnol.

Juan Carlos et Corinna ont vécu en couple de 2004 à 2009 (Photo : Action Press/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Juan Carlos a reçu 1,9 million $ du roi de Bahreïn dans une valise

La relation entre le roi Juan Carlos et Corinna zu Sayn-Wittgenstein

Tous deux passionnés de chasses -Corinna organisait des safaris exclusifs-, c’est en février 2004, autour d’une arme défaillante que Corinna Larsen, deux fois mariée, deux fois divorcée et deux fois maman, a rencontré le roi Juan Carlos. Ils ont échangé leurs contacts puis ils ont « parlé au téléphone pendant quelques mois ». L’ancienne épouse du prince Casimir de Sayn-Wittgenstein-Sayn l’assurait à la BBC il y a quelques mois, leur histoire « s’est immédiatement transformée en une relation très forte, profonde et significative.»

Dès le début, le roi Juan Carlos lui a expliqué « qu’il venait de sortir d’une relation de près de 20 ans avec une autre femme qui occupait également une place très importante dans son cœur et sa vie. » Il s’agit ici de Marta Gayá, le grand amour de Juan Carlos. Durant la période où il a fréquenté Corinna Larsen (de 2004 à 2009), sa relation avec Marta Gayá s’était quelque peu étiolée. Corinna était également curieuse de savoir comment réagissait la reine Sofia aux infidélités de son époux. « Il m’a dit qu’ils avaient un accord pour représenter la Couronne, mais qu’ils avaient des vies totalement différentes et indépendantes. »

Après 5 ans de relation, Juan Carlos veut aller plus loin et rend visite au père de Corinna. Le roi s’est rendu au chevet du père de Corinna, malade en Allemagne, pour lui demander la main de sa fille. «J’étais très amoureuse de lui, mais je le sentais – je suis une stratège politique – que cela allait être très difficile. Et je pensais que cela aurait pu déstabiliser la monarchie. C’est pourquoi je n’ai jamais vraiment poursuivi l’idée du mariage.»

La même année, le père de Corinna était très affaibli par un cancer du pancréas. Elle choisit de s’occuper de lui pour les quelques mois qui lui restent à vivre et s’éloigne quelque peu du roi. À la mort de son père, c’est la douche froide. « À ma grande surprise, juste après les funérailles, le roi m’a dit qu’il était en couple avec une autre femme depuis trois ans. » Corinna pensait avoir une relation exclusive avec le souverain. « Je lui ai dit très clairement que je ne tolérerais pas qu’il ait des relations sexuelles avec d’autres femmes en même temps. Pour moi, c’était quelque chose que je ne pouvais pas surmonter. » Leur relation a pris fin en 2009 mais ils sont restés amis. Quelques mois plus tard, lorsque le roi se fait opérer d’une tumeur au poumon, c’est Corinna qui a veillé sur lui à l’hôpital.

Finalement, en avril 2012, alors qu’ils entretenaient une relation amicale, Juan Carlos a insisté pour offrir un voyage à Anastasia et Alexander, les enfants de Corinna. Il a organisé le fameux voyage au Botswana. Rapidement, les choses sont mal tournées puisque le roi s’est cassé la hanche et il a été nécessaire de le rapatrier en Espagne. Ce voyage privé, durant lequel le roi aurait tué un éléphant de 50 ans, a fait le tour du monde, révélant au passage qui était Corinna.

Une enquête est en cours en Suisse afin de déterminer la nature du don, qui coïncide avec différents accords commerciaux réalisés à la même période entre l’Espagne et l’Arabie saoudite. Le transfert d’argent ayant été réalisé alors que Juan Carlos était le chef d’État en Espagne, il ne peut être inquiété pour ces faits par la justice espagnole. Depuis l’été 2019, Juan Carlos vit à Abu Dhabi, préférant s’éloigner de la Couronne pour ne pas entacher le règne de son fils. Par ailleurs, Felipe VI, qui était le mandataire de Lucum à son insu, a exigé l’arrêt de l’octroi de la rente publique à son père et a décidé qu’il n’accepterait pas son héritage.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr