Alice Keppel : l’arrière-grand-mère de Camilla maitresse d’Édouard VII

Alors que le prince de Galles est aujourd’hui marié avec celle qui fut pendant des décennies sa maitresse, un autre prince de Galles, arrière-arrière-grand-père du prince Charles, a connu une histoire d’amour avec l’arrière-grand-mère de la duchesse de Cornouailles. Alice Keppel, maitresse du prince de Galles, qui deviendra Edouard VII à la mort de la reine Victoria, est l’aïeule de Camilla Parker Bowles, née Camilla Shand. L’histoire se répète…

Alice Edmonston, connue comme Alice Keppel, est l’arrière-grand-mère de Camilla, la duchesse de Cornouailles et épouse du prince Charles. Alice fut aussi la maitresse du prince de Galles, futur Edouard VII (Image : NPG)

Lire aussi : Sol Bacharach : la maitresse de Juan Carlos pendant sa relation avec Corinna Larsen

Bertie et ses maitresses

La réputation du prince Albert, dit Bertie, n’est plus à faire. « Dirty Bertie » était un homme à femmes. Ses mœurs sexuelles et son appétit sexuel étaient connus de tous, particulièrement dans sa maison close préférée à Paris, Le Chabanais. Le prince Albert épousa comme sa mère l’avait décidé la princesse Alexandra de Danemark, fille du roi Christian IX, en 1863. Il avait 21 ans et elle 18 ans. Malgré ce mariage arrangé, Alexandra donnera naissance à 6 enfants. Le dernier ne vécut qu’un jour. Le premier, désigné comme l’héritier, mourut à 28 ans. C’est donc leur deuxième fils, George, grand-père de l’actuelle reine Elizabeth II, qui monta sur le trône par la suite.

Le prince Albert à son mariage avec la princesse Alexandra de Danemark en 1863 (Photo : Domaine public)

Le prince Albert fut pince de Galles pendant 59 ans, sa mère, la reine Victoria mourut à l’âge de 81 ans et il lui succéda sous le nom de règne d’Édouard VII. Un record de longévité en tant que prince de Galles, que son descendant, le prince Charles a largement battu. Ce dernier porte le titre réservé à l’héritier depuis bientôt 69 ans.

Pendant ses longues années à attendre le trône, Bertie eut le temps de vagabonder et de connaitre plusieurs maitresses. Parmi celles-ci, il y eut Lillie Langtry, Lady Randolph Churchill et Daisy Greville, comtesse Warwick. On lui prête également une relation avec l’actice Sarah Bernhardt ou la chanteuse Hortense Schneider. Prostituées, aristocrates, personnalités publiques et bourgeoises mariées, en tout, le généalogiste Anthony J. Camp répertorie une liste d’au moins 55 femmes qui furent des conquêtes officielles d’Edouard VII.

Le roi Edouard VII (Photo : Domaine public)

Lire aussi : Qui est Marta Gayá ? La maitresse de Juan Carlos depuis 30 ans

La dernière maitresse d’Edouard VII

Parmi la liste de ses maitresses, certaines étaient plus qu’une amourette. Il y a notamment Alice Keppel, qui fut la dernière maitresse connue d’Edward VII. Alice Keppel fut très proche de Bertie à partir de 1898, et continua à le fréquenter une fois monté sur le trône. Sa relation avec le prince de Galles, devenu roi, dura plus d’une décennie.

C’est elle qui fut à ses côtés lors des dernières années de sa vie, alors que sa santé et son humeur se dégradaient. Alice Keppel fut le dernier amour d’Edouard VII. Aujourd’hui, son nom refait surface, alors que la série The Crown, diffusée sur Netflix fait à nouveau mention de son existence. Dans l’épisode 10 de la saison 4, Camilla Shand rappelle au prince Charles que l’histoire se répète, car comme son arrière-grand-mère Alice Keppel, elle aussi est la maitresse du prince de Galles.

Edouard VII, dit Bertie, connut de nombreuses maitresses, dont Alice Edmonstone, épouse Keppel (Photo : Domaine public)

Lire aussi : Que devient James Hewitt ? Photos de l’amant de Diana en 2020

Qui est Alice Keppel ?

Alice Frederica Edmonstone, surnommée Freddie en famille, est née le 29 avril 1868. Elle fut la fille du baronet Sir William Edmonstone et de Mary Elizabeth Parsons. Outre sa fonction politique en tant que baronet, William Edmonstone était également un ancien amiral de la Royal Navy, petit-fils d’ancien gouverneur des îles Ioniennes, lorsqu’elles furent administrées par les Britanniques.

Alice Edmonstone était la fille de Sir William Edmonstone (Image : Domaine public)

Bien née, Alice a grandi dans le château familial de Duntreath, où vivait la famille Edmonstone depuis le 15e siècle. Le château fut offert par le roi Robert III d’Écosse à sa fille Mary Stewart, à l’occasion de son mariage avec son quatrième époux, Sir William Edmonstone de Culloden, en 1425.

En 1891, à 23 ans, Alice Edmonstone épousa George Keppel, fils du 7e comte d’Albermale. La famille Keppel, d’origine néerlandaise, était proche de la famille royale, depuis que l’un de leurs ancêtres avait accompagné Guillaume III, stathouder de Hollande et prince d’Orange jusque sur les îles britanniques où il deviendra roi d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande en 1689. Cette proximité avec la famille royale et de nombreuses familles aristocratiques permit à Alice Keppel et à son époux, de fréquenter les hautes sphères britanniques. Alice et George ont eu deux filles, Violet et Sonia Rosemary.

La beauté d’Alice Keppel fut mise à profit du couple. Elle commença a entretenir des relations avec des hommes fortunés et plus âgés. George Keppel, financièrement en difficulté, acceptait que son épouse fréquente autant d’hommes qu’elle le souhaite, « tant qu’à la fin, elle revient chez moi », peut-on lire dans le livre Royal Affairs de Carroll Leslie.

En 1989, à 29 ans, Alice Keppel, qui était connue avec son époux pour organiser des soirées de la haute société, finit par rencontrer le prince de Galles, âgé de 56 ans. Bertie, qui tomba également sous le charme d’Alice, débuta une relation plus sérieuse avec elle, la retrouvant fréquemment au 30 Portman Square, où elle habitait. Comme à son habitude, George Keppel laissait son épouse seule lorsqu’elle rencontrait le prince de Galles.

Lire aussi : Les enfants illégitimes des rois des Belges : qui sont les cousins illégitimes du roi Philippe ?

La relation entre Alice Keppel et Edouard VII

Alice eut un effet positif sur le caractère du prince de Galles, une fois devenu roi. Même la reine Alexandra appréciera Alice et l’entourage d’Edouard VII remarquera le changement d’humeur positif du souverain depuis qu’il fréquente Alice. Certaines biographies royales expliquent que seule Alice Keppel était capable de le comprendre, de l’apaiser. Plus qu’une maitresse, elle était son amie, sa confidente.

Alice Keppel (7) et le roi Edouard VII (3) avec leur groupe d’amis, connus comme le « Marlborough House Set ». On y retrouve Mme Vyner (1), Beatrix Jane, comtesse de Cadogan (2), Gertrude Violet, Lady Savile (4), Lady Sarah Spencer-Churchill (5), Jane Thornewill (6), John Lumley-Savile, 2e baron Savile (8), Lewis Harcourt, 1e vicomte Harcourt (9), Sir Hedworth Williamson, 9e baronet (10), Mary Ethel, vicomtesse Harcourt (11), et Sir Harry Charles Legge (12) (Photo : National Portrait Gallery)

En échange, Edouard VII permit à la famille Keppel de se refaire financièrement. Outre les cadeaux que le roi fit à sa maitresse, il demanda à son conseiller financier de gérer les finances du couple. Au lieu de donner une rente à Alice, Edouard VII préféra lui acheter des parts dans une entreprise de caoutchouc. Cet investissement lui permit de gagner beaucoup d’argent, l’équivalent de plusieurs millions de livres aujourd’hui. Également, le roi fit fonctionner ses connexions pour trouver un travail bien payé à George, le mari de sa maitresse. Enfin, il fit d’Archie, le frère d’Alice, son aide de camp attitré.

Alice Keppel était très attentionnée envers le roi et bien qu’elle eut une influence très positive sur lui, il ne parvint pas à lui faire arrêter de fumer. Elle savait que la cigarette le tuait à petit feu. Elle écrira plusieurs lettres à des amis hauts placés du roi, des hommes politiques, et même au premier ministre portugais pour leur demander de l’aide, afin qu’ils poussent eux aussi le roi à se soigner.

À la mort d’Edouard VII en 1910, la Cour britannique a connu de profonds changements sous le règne de George V. Les Keppel et les proches du défunt roi n’étaient plus les bienvenus. Tombés en disgrâce, les Keppel vont voyager, s’installer un temps au Ceylan, rentreront à Londres, puis partiront en Italie en 1925. Au début de la Seconde Guerre mondiale, ils retourneront en Angleterre, où vivaient leurs deux filles, puis retourneront en Italie à la fin de la guerre.

Le 11 septembre 1947, Alice Keppel mourut d’une cirrhose du foie. Bien qu’ayant vécu une union libre, le couple était inséparable. George Keppel, dont on dit qu’il n’a pas supporté la perte de sa femme, est mort deux mois plus tard. Ils reposent aujourd’hui tous les deux dans un cimetière de Florence, en Toscane.

La tombe d’Alice et George Keppel en Italie (Photo : WikiCommons)

Lire aussi : Les maitresses du défunt marquis de Bath bientôt expulsées de Longleat ?

Alice Keppel : l’arrière-grand-mère de Camilla Parker Bowles

Il y eut des rumeurs selon lesquelles Sonia Rosemary Keppel, la deuxième fille d’Alice et George, née en 1900 était en réalité la fille d’Alice avec le prince de Galles, qu’elle avait commencé à fréquenter deux ans plus tôt. Bertie n’a jamais reconnu aucun enfant illégitime dont il a fréquemment été présenté comme étant le père. De plus, Sonia Keppel ressemblait physiquement à George. Néanmoins, Edouard VII se montra très généreux envers les Keppel et a même agi comme un père adoptif pour Sonia, qu’il a vu naitre.

Camilla, aujourd’hui connue comme la duchesse de Cornouailles depuis son mariage avec le prince Charles en 2005, est également connue sous le nom de son premier époux, en tant que Camilla Parker-Bowles. Son nom de naissance est Camilla Rosemary Shand, portant comme deuxième prénom, le même que sa grand-mère, Sonia Rosemary Keppel.

Sonia Rosemary Keppel épousa en 1920 Roland Cubitt, 3e baron d’Ashcombe. Sonia et Roland sont les parents de Rosalind Cubitt, qui épousa en 1946 le major Bruce Shand. Bruce et Rosalind sont les parents de Camilla, née en 1947, qui épousa en premières noces en 1976 le major Andrew Parker Bowles avec qui elle eut deux enfants, Tom et Laura. Ils divorceront en 1995. Dix ans plus tard, Camilla épousera l’homme qu’elle aimait depuis les années 70, le prince Charles.

Sources : Royal Central, Geneanet, WARGS

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr

No Comments Yet

Comments are closed