La vie extraconjugale de Gustave V et Victoria de Suède : Axel Munthe et Kurt Haijby

Les mariages arrangés ont de tous temps existé au sein des familles royales. Certains ont malgré tout fonctionné, d’autres furent de véritables désastres. Et puis il y a les monarques, résignés par la raison d’État, qui ont fini par accepter leur sort marital. Bien qu’ayant un très grand respect l’un pour l’autre, le roi Gustave V de Suède et son épouse Victoria, font partie de ces couples royaux qui acceptaient tacitement les incartades. Les décennies passées en Italie auprès de son médecin laissent peu de doutes quant à la nature de la relation entre la reine de Suède et son très « bon ami ». Quant au roi Gustave V, qui aurait eu des tendances homosexuelles, il est compliqué de tirer le vrai du faux dans l’affaire Haijby, qui l’oppose à son prétendu amant.

Lire aussi : Les enfants illégitimes des rois des Belges : qui sont les cousins illégitimes du roi Philippe ?

Victoria de Bade fait couler du sang Vasa dans la nouvelle famille royale

En 1818, monte sur le trône de Suède un certain Jean-Baptiste Bernadotte, sous le nom de règne de Charles XIV Jean. Bien que fait Maréchal d’Empire par Napoléon, ce Français originaire d’une famille roturière de Pau, manquait de prestige aux yeux des autres cours européennes. Son petit-fils, le roi Oscar II préparait sa propre succession, voulant enfin que la dynastie des Bernadotte soit liée à l’historique dynastie des Vasa, qui régna sur la Suède à partir du 16e siècle et dont tous les rois successifs ont eu au moins un Vasa pour ancêtre.

Par un jeu de mariages et de coïncidences, l’héritière des Vasa était la princesse Victoria de Bade, fille du grand-duc Frédéric 1e de Bade et de Louise de Prusse. En effet, la mère du grand-duc de Bade était Sophie de Suède, la fille de l’ancien roi déposé, Gustave IV Adolphe (qui lui n’était pas un Bernadotte mais bien de l’ancienne dynastie des Holstein-Gottorp-Vasa). Comme si personne n’avait rien retenu de l’histoire (le mariage arrangé de Sophie de Suède a tourné à la catastrophe), le grand-duc de Bade a imposé à sa fille, Victoria, d’épouser le prince héritier Gustave, futur Gustave V. C’est lors du mariage de l’empereur Guillaume II avec Augusta-Victoria de Schleswig-Holstein, que les familles de Victoria et Gustave firent les présentations.

Le prince héritier Gustave et sa fiancée la princesse Victoria de Bade en 1881 (Photo : Domaine public)

Lire aussi : La famille Bernadotte : ces Français qui règnent sur la Suède depuis 1818

La pauvre Victoria de Bade était pourtant éprise d’un membre de la famille impériale russe, une union impossible à cause de leurs liens de parenté. Victoria accepta alors son destin et épousa le 20 septembre 1881, le prince héritier Gustave de Suède et de Norvège. Elle deviendra duchesse de Värmland à son mariage. Le mariage donna rapidement un enfant, Gustave-Adolphe, puis Guillaume, et enfin Erik. Le contrat était rempli ! En 1907, le roi Oscar II meurt et Gustave monte sur le trône. Victoria devient reine de Suède… à distance. Elle était en Italie ce jour-là !

Lire aussi : Eugénie de Montijo : la dernière femme à avoir gouverné la France

La vie de la reine Victoria de Suède en Italie

L’influence de la Reine d’origine allemande se reflètera dans la politique pro-germanique du Roi. La population est méfiante vis-à-vis du couple germanophile et la reine Victoria, perçue comme une femme rude (elle a été éduquée à la méthode prussienne par sa mère), est en privée de santé précaire. Durant ses grossesses, la future reine de Suède a traversé plusieurs épreuves compliquées. Souffrant notamment de problèmes respiratoires, elle sera envoyée en Italie, sur ordre des médecins, où le temps est plus doux. Elle n’a jamais réussi à s’habituer au climat suédois et attrapait des bronchites à répétition. Ses voyages en Italie sont de plus en plus longs et ses retours en Suède sont de moins en moins fréquents.

La princesse Victoria de Bade, devenue reine de Suède, souffrait de problèmes de santé la poussant à vivre en Italie durant l’hiver (Photo : Domaine public)

Elle fait son premier voyage en Italie en 1892, après la naissance de son dernier fils, Erik. Son médecin personnel, Axel Munthe, l’accompagne, vivant lui-même une partie de l’année là-bas. Il lui conseille de ne plus passer ses hivers en Suède et de venir s’installer à Capri. Ce qu’elle fera en 1910. Au fil des ans, les mois d’hiver à Capri s’allongent, sauf durant la Première Guerre mondiale, où elle ne se rendra pas en Italie. En décembre 1907, en plein hiver, lorsque son époux monta sur le trône, et qu’elle devint reine de Suède, elle n’assista même pas à la cérémonie d’intronisation, puisqu’elle se trouvait en hiver en Italie.

La reine Victoria finit par s’acheter une ancienne ferme sur l’île. Elle fait rénover la bâtisse, la Casa Caprile, et habite non loin de son médecin, qui veille sur elle, depuis sa Villa San Michele. Victoria et Axel Munthe se voient quotidiennement. Balades, lectures et soirées au piano sont au programme. Le médecin, tout comme la Reine, est un passionné d’animaux et d’oiseaux. Ils vont fonder un sanctuaire pour oiseaux sur l’île et leur proximité a laissé place à de nombreux fantasmes. Étaient-ils amants ? Les livres d’histoire préfèrent écrire de « bons amis ». À Capri, à une époque où peu d’insulaires vivaient sur l’île, il est évident que leur relation était bien gardée. Notons qu’Axel Munthe, un brillant Suédois d’origine familiale flamande, éduqué à Paris, était marié à cette époque à sa deuxième épouse. Munthe vivait lui aussi l’été en Suède et l’hiver dans sa Villa San Michele.

Axel Munthe promène son singe et son chien à Capri, photographié par le reine Victoria qui vivait sur l’île avec lui durant l’hiver (Photo : Domaine public)

Lire aussi : Le jour où Sydney a appris que Victoria était devenue reine… depuis près de 4 mois

Le palais Solliden : un souvenir de Capri en Suède

L’île de Capri manquait-elle à ce point à la reine Victoria ? Pour ne pas être trop dépaysée lors de ses séjours d’été en Suède, elle fit construire un palais, sur l’île d’Öland, au large de la ville de Kalmar. Appelé palais Solliden, cette bâtisse construite par l’architecte Torben Grut, fut une commande un peu particulière. En effet, l’architecte eut pour consignes de reproduire la Villa San Michele d’Axel Munthe. La reine Victoria avait même son semblant de coin de Capri en Suède. Le palais Solliden est toujours la résidence d’été de la famille royale où est célébré publiquement l’anniversaire de l’actuelle princesse héritière Victoria.

Le palais Solliden (à gauche) a été construite en Suède, sur le modèle de la villa Sann Michele d’Axel Munthe à Capri, en Italie (Photos : WikiCommons, Anders Lindström)

La reine Victoria s’installa un petit temps au palais Solliden, Axel Munthe lui conseillant de ne plus trop voyager. Sa santé déclinait à vue d’œil et les voyages risquaient d’aggraver sa condition. Finalement, dans les années 20, elle retournera vivre en Italie, à Rome, cette fois-ci, dans la Villa Svezia. Durant cette décennie, elle remettra une seule fois les pieds sur le territoire suédois, en 1928, à l’occasion des 70 ans de son époux. Victoria mourra à Rome le 4 avril 1930, à 67 ans. Axel Munthe mourra en 1949 et le roi Gustave V en 1950.

Lire aussi : La Miss France devenue l’épouse de l’Aga Khan III

Kurt Haijby raconte sa relation intime avec le roi Gustave V

Le roi Gustave V, qui vouait une passion très forte pour le tennis, acceptait cette relation à distance avec son épouse. Selon plusieurs sources, certaines décriées d’autres plus sérieuses, le roi de Suède et son épouse avaient convenu d’un accord tacite, leur permettant de vivre leur vie comme bon leur semblait et pour le Roi, cela voulait dire en présence d’hommes.

Le roi Gustave V en 1938, durant la période pendant laquelle il aurait eu une relation avec Kurt Haijby (Photo : Domaine public)

En 1947, 3 ans avant sa mort, Gustave V est impliqué dans l’affaire Haijby. Un homme surnommé Kurt Haijby (qui s’appelait en réalité Kurt Johansson) a publié un livre dans lequel il raconte sa relation avec le Roi. Les propos de Haijby peuvent cependant être remis sérieusement en question. Tout d’abord, cet homme était un truand, avait fait de la prison, tué un policier, erré entre la France et l’Allemagne avant de vouloir démarrer une vie normale. Il se marie une seconde fois et avec sa nouvelle épouse, il veut ouvrir un restaurant. Son statut d’ancien prisonnier l’empêche d’obtenir la licence pour vendre de l’alcool et réussit à obtenir un rendez-vous avec le Roi pour qu’il l’aide à l’obtenir.

Dans ce livre, dont la cour de Suède fera interdire à plusieurs reprises sa publication, Kurt Haijby y raconte que le roi Gustave V a tenté de le séduire lors de cette rencontre, en 1933. Notons qu’à cette époque, le roi était déjà âgé de 75 ans. La femme de Kurt demande le divorce, en apprenant la prétendue relation entre son mari et le roi. Les papiers du divorce mentionnent alors la cause exacte et la cour s’en empare, faisant changer la raison du divorce et payant une rente à l’épouse pour lui acheter son silence.

Plus étonnant encore, Haijby raconte qu’avant cette rencontre en 1933, il avait déjà croisé la route de Gustave V. C’était en 1912, il n’avait que 14 ans, lorsqu’il fut invité au palais pour apporter les traditionnels pins pour une association de lutte contre la tuberculose. L’homme prétend avoir déjà eu un rapport avec le roi.

Il racontera ensuite que sans le sou, malgré les différentes rentes reçues du Palais et sa tentative de vivre aux Etats-Unis, il rentrera en Suède et continuera sa relation avec le Roi. En 1938, Kurt Haijby est arrêté pour avoir eu des relations sexuelles avec deux garçons. Il fera des séjours en hôpital psychiatrique, puis sera prisonnier de la Gestapo pendant la Seconde Guerre mondiale.

En 1948, une affaire éclate en Suède, celle de « l’infiltration » d’homosexuels dans les hautes sphères du pouvoir, au point que l’on pense à l’existence d’une mafia gay. Une sorte de paranoïa autour d’un complot anti-gay nait en Suède. Pour apporter sa pierre à l’édifice, Kurt se confie à un procureur général de Suède et témoigne de son terrible sort. Un journaliste accède aux documents confidentiels et les publie. L’histoire fait l’effet d’une bombe. Kurt Haijby est condamné à des travaux forcés pour chantage. C’est dans ce contexte qu’il publie son livre en 1950, qui est aussitôt interdit. Il sera à nouveau publié en 1952, après la mort du roi Gustave V. En 1965 Kurt Haijby se suicide.

En 2002, un ensemble de document confidentiels sont déclassifiés et on peut y lire des rapports des entrevues entre le roi de Suède et les jeunes scouts venus lui offrir des pins. Ces documents confirment que le roi Gustave n’a pas pu approcher Kurt lorsqu’il avait 14 ans, l’entrevue ayant eu lieu en public. Cependant, différentes sources pensent qu’il est tout à fait possible qu’ils aient bien entretenu une relation dans les années 30. La santé mentale trouble de Kurt aurait pu l’amener à se venger en publiant un livre, voulant révéler l’homosexualité du Roi.

Lire aussi : Zsuzsi Starkloff : La petite amie divorcée du prince William est décédée

Le roi Gustave V était-il homosexuel ?

Les rentes envoyées par la cour, le divorce réglé par la cour et différents éléments indéniables qui lient le roi Gustave V à Kurt Haijby laissent penser que l’entourage du roi a tenté à de multiples reprises d’interférer dans la vie de Kurt Haijby et surtout, a essayé de le payer pour le faire taire. On dit que le roi est intervenu auprès de l’Allemagne nazie pour que Kurt ait un traitement correct durant sa captivité par la Gestapo, qui contrairement aux autres détenus ne fut jamais torturé. Tout comme le roi est intervenu pour faire libérer son ami et partenaire de tennis, le champion Gottfried von Cramm.

Le fils du baron Burchard von Cramm, Gottfried, était un ami proche du roi. Il avait été arrêté en 1938 par la Gestapo, accusé d’avoir une relation homosexuelle avec un juif israélien. Une pétition émanant du monde du tennis, envoyée à Hitler, finira par permettre au tennisman d’être libéré, non sans compter sur l’insistance du roi de Suède, qui en fit un cas personnel. Après la guerre, Gottfried von Cramm retourna vivre avec son amant. Le magazine Allt om Historia, a publié un article à ce sujet en 2011, expliquant que « plusieurs employés masculins du palais, dont des chauffeurs et un valet, ont témoigné plus tard qu’ils avait été payés pour se taire au sujet de leurs relations intimes avec le roi ».

Le roi Gustave VI Adolphe succéda à son père en 1950. À la mort de Gustave VI Adolphe, c’est son petit-fils, Carl XVI Gustaf qui lui succéda à sa mort en 1973. Le fils ainé de Gustave VI Adolphe est mort dans un accident d’avion alors qu’il était prince héritier. Victoria de Bade et Gustave V sont donc les arrière-grands-parents de l’actuel roi de Suède.

Lire aussi : Les rois de Suède également Grands Maîtres francs-maçons

Sources : Allt om Historia 9/2011, Skalman

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr