Zsuzsi Starkloff : La petite amie divorcée du prince William est décédée

L’histoire se répète, seules les fins diffèrent. En 1937, Edouard, duc de Windsor, ancien roi Edouard VIII, épousait Wallis Simpson, l’Américaine doublement divorcée pour qui il avait abdiqué. Si à l’époque cette union semblait inconcevable pour un membre de la famille royale britannique, en 2018, le prince Harry épousait également une Américaine divorcée, Meghan Markle, avec approbation de la reine Elizabeth cette fois-ci. Mais il y a une autre histoire, moins connue, qui concerne « l’autre prince William » de la famille.

Il s’agit de l’histoire d’amour entre Zsuzsi Starkloff et le prince William, cousin de la reine Elizabeth. L’amour entre le prince William de Gloucester et Zsuzsi était si fort, que le fils du duc de Gloucester envisageait de quitter ses fonctions royales pour elle. Rappelé à la raison par sa famille, il sacrifiera son amour pour endosser le rôle qui l’attendait, celui de duc de Gloucester. Mais le destin en aura voulu autrement… Le prince William mourra dans un accident d’avion à 30 ans, en 1972. Quant à Zsuzsi Starkloff, nous venons d’apprendre son décès à 83 ans, en mai 2020.

L’histoire d’amour entre le prince William de Gloucester et la Zsuzsi Starkloff (Photo : capture YouTube)

Lire aussi : Qui sont les ex du prince Harry et que sont-elles devenues ?

Le prince charmant qui devait devenir duc de Gloucester

Le prince William était très certainement l’un des meilleurs partis des années 60. Ce prince dans la vingtaine, célibataire, séduisant, formé militairement et prêt à parcourir le monde était également amené à devenir un membre important de la famille royale britannique. Il est le fils du prince Henry, duc de Gloucester et d’Alice Montagu-Douglas-Scott, appartenant à la noblesse britannique. Le prince William est le petit-fils de George V, comme la reine Elizabeth II et il était donc son cousin germain. Le prince William avait également un frère cadet, le prince Richard.

Le prince William bébé, avec sa mère Alice, et son père, le prince Henry, duc de Gloucester, frère du roi George VI (Photo : capture YouTube)

Lire aussi : Qui est Gustaf Trolle-Bonde ? L’ami intime de la reine Margrethe II de Danemark

À sa naissance en 1941, le prince William était 4e dans l’ordre dans l’ordre de succession. Il a vécu une bonne partie de son enfance en Australie, son père, le duc de Gloucester, frère de l’ancien roi Edouard VIII et frère du roi George VI, était gouverneur général d’Australie, c’est-à-dire, représentant du souverain dans le pays. William a ensuite étudié à Cambridge et il a commencé sa vie publique dans la famille royale à partir du mariage de sa cousine Elizabeth, puis plus sérieusement lors de son ascension sur le trône en 1952.

Le jeune prince William de Gloucester est éduqué pour un jour devenir un membre important de la famille royale (Photo : capture YouTube)

Lire aussi : Qui était Roddy Llewellyn, le petit ami de la princesse Margaret ?

Le prince William rencontre l’amour au Japon

Le jeune prince William travaille pour le Bureau des Affaires étrangères du Commonwealth et il sera en poste dans plusieurs pays du monde, notamment au Japon. En 1968, le prince William, qui joue au diplomate, rencontre une jeune femme lors d’une soirée costumée. Elle est belle, il la surnomme immédiatement « Cendrillon ». Ce soir là, il porte un masque et une cape, elle, est déguisée en princesse indienne. Cendrillon s’appelle en réalité Zsuzsana, dite Zsuzsi.

Le prince William, prince Charmant, et Zsuzsi, Cendrillon, déguisés le jour de leur rencontre en soirée (Photo : capture YouTube)

Zsuzsi Starkloff est une femme divorcée de nationalité américaine. D’origine hongroise, pays que ses parents ont fui lors de la prise de pouvoir des communistes, elle a vécu à New-York, est devenue mannequin, puis hôtesse de l’air et elle a épousé un pilote, Ed Starkloff. Il lui apprendra à piloter et elle deviendra elle-même instructeur de vol. Lorsqu’ils divorceront un peu plus tard, Zsuzsi souhaite changer de vie et elle s’installe au Japon, pays qu’elle avait découvert lorsqu’elle était hôtesse de l’air et devient professeure d’anglais.

Zsuzsana Starkloff, ancienne hôtesse de l’air divorcée, vivait au Japon (Photo : capture YouTube)

Lire aussi : La lettre de rupture de George IV à son épouse et les lettres enflammées qu’il envoyait à son amour de jeunesse rendues publiques

Ce soir de l’année 1968, un véritable coup de foudre s’est produit entre le prince charmant et Cendrilon. Comme le rapporte le journaliste Christopher Wilson, qui a eu la chance d’interroger Zsuzsi en 2013, c’est elle qui a pris les commandes, plus mature de 5 ans que le prince William. Ne connaissant rien au protocole, elle envoie une note à l’ambassade britannique afin de contacter celui qu’elle avait croisé la veille à la soirée. « Cher prince charmant, j’ai perdu ma pantoufle. Voudriez-vous m’accompagner à une soirée ? ».

La réponse fut immédiate et ils ne se sont plus quittés. Le couple est très amoureux et ils peuvent vivre leur histoire sans crainte, isolés dans leur paradis japonais, loin du devoir qui appelait le prince au Royaume-Uni. Zsuzsi Starkloff ne connaissait rien à la monarchie ni même sur l’Angleterre. Elle ne se rendait pas compte que son amoureux allait un jour hériter du titre de duc de Gloucester, ce qui incombe des responsabilités pour épauler sa royale cousine et pour gérer le patrimoine familial, le manoir Barnwell, dans le Northamptonshire.

(Photo : capture YouTube)

Lire aussi : Quand Philip Mountbatten fut le seul roturier Altesse royale : le prince qui a renoncé à ses titres par amour

Le véto de la famille royale sur la relation entre Zsuzsi Starkloff et le prince William

Le prince William sait que s’il veut donner une chance à sa relation, il doit l’officialiser et en faire part à sa famille. Il en parle dans des courriers échangés avec son père et sa mère, et rapidement le couperet tombe. « Ils étaient contre », explique Zsuzsi. « Totalement contre. Mais ce n’était pas une surprise ». Zsuzsi n’est pas la fiancée idéale. Cette juive américaine, divorcée, fille d’émigré hongrois, 5 ans plus âgé que lui, allait à l’encontre des attentes de la famille, qui quelques décennies plus tôt avait forcé un roi à abdiquer pour vivre son histoire d’amour.

Bien que l’idée du mariage n’ait jamais été évoquée, rien qu’officialiser la relation entre William et Zsuzsi a provoqué une onde de choc à Buckingham. Le prince William se détachait de plus en plus de sa famille pour vivre son amour comme il l’entendait. Alors, la reine Elizabeth, sa sœur la princesse Margaret et Alan Lascelles ont échafaudé un plan pour faire revenir le prince William à la raison et le contraindre à abandonner sa relation.

Envoyée en visite officielle au Japon, la princesse Margaret, accompagnée de Lord Snowdon, tente de gérer en privé l’affaire avec son cousin. Étonnamment, elle trouva Zsuzsi fort charmante, bien que celle-ci ne corresponde définitivement pas aux critères familiaux. Plus tard, après son voyage, Margaret écrira une lettre à son cousin pour lui demander de prendre son temps et de reconsidérer ses plans. Lors de son voyage au Japon, Margaret avait également secrètement convenu d’un accord avec l’ambassadeur, qui était techniquement le chef du prince William toujours en mission diplomatique, afin que celui-ci surveille la relation de William et en fasse rapport à Londres.

(Photo : capture YouTube)

« Nous étions amoureux, follement amoureux », se souvient Zsuzsi, qui raconte que l’ambassadeur a notamment eu une conversation sérieuse avec William pour lui expliquer ce que constitutionnellement parlant un mariage avec une étrangère impliquait. « Mais William n’allait pas être bousculé par un diplomate. Il voulait s’échapper, s’éloigner de la camisole de force que son travail était devenu ». Malheureusement, au même moment, on venait de diagnostiquer William atteint de porphyrie. La porphyrie est la maladie héritée des Hanovre, terriblement célèbre pour avoir provoqué la folie de George III. Le trouble nerveux est également caractérisé par l’apparition de cloques et de plaies sur la peau.

Lire aussi : Sophie Chotek : l’épouse de l’archiduc François-Ferdinand dont l’assassinat déclencha la Première Guerre mondiale

Rappelé par le devoir, William abandonne Zsuzsi pour sa famille

Le prince William reçoit un courrier de la reine Elizabeth, qui lui demande également de ne rien précipiter. Se sachant malade, vivant le grand amour, il décide d’abandonner son poste diplomatique au Japon et de découvrir le pays de sa belle. Ensemble, ils se lancent dans un road trip à travers les États-Unis. Il offre à Zsuzsi sa chevalière et elle la gardera toujours, enfilée à une chaine autour de son cou. « Nous avons fait beaucoup de choses merveilleuses ensemble pendant ces semaines, et la plupart du temps, on ne le reconnaissait pas. Il savourait l’anonymat. C’était merveilleux pour lui de ne pas être dérangé par les gens », raconte Zsuzsi.

Tous les deux passionnés par les avions, ils aspiraient à une vie à deux, en Californie mais le rêve a pris fin avec l’arrivée d’un câble diplomatique de la reine Elizabeth, qui a retrouvé sa trace au milieu du roadtrip. La famille royale sentant qu’ils étaient en train de perdre l’un des leurs, le rappela à l’ordre et lui confia une mission de représentation dans les Tonga, en Océanie. Le devoir appelle le prince William, qui s’exécute et les supplications de sa famille auront payé. Après le voyage dans les Tonga il rentre à Londres et c’est ainsi que s’achève son idylle avec Zsuzsi. La santé de son père, qui décline fortement, obligea le prince William à se concentrer sur la future tâche qui lui incomberait, une fois le décès du duc de Gloucester.

(Photo : capture YouTube)

Lire aussi : Le roi George VI est mort : le jour où Elizabeth est devenue reine alors qu’elle était au Kenya

L’accident d’avion mortelle du prince William et la mort récente de Zsuzsi Starkloff

Le prince William ne vit plus jamais Zsuzsi. Ils s’échangèrent néanmoins des lettres. Début des années 70, le prince William s’affiche aux côtés d’une nouvelle petite amie Nicole Sieff, née Nicole Moschietto, également divorcée et déjà mère. En 1972, le prince William, pilote chevronné, participe à un meeting aérien en Angleterre. Après avoir percuté un arbre au décollage, l’avion s’écrase devant 30 000 spectateurs. Il faudra 2 heures aux pompiers pour éteindre l’incendie. Ni lui ni son copilote n’ont survécu.

En 1974, c’est le prince Henry, duc de Gloucester, très malade et inconsolable de la mort de son fils, qui s’éteint à son tour. Le prince Richard, fils cadet et frère de William, devient le nouveau duc de Gloucester. Depuis 1974, il détient se titre et occupe les fonctions qui vont avec. Zsuzsi Starkloff ne se remariera jamais, bien qu’étant en couple. En 2015, elle raconte son histoire d’amour avec le prince William dans le documentaire The Other Prince William. Le prince William était proche de son petit-cousin, le prince Charles. Le prince de Galles avait pris pour modèle le prince William, le considérant comme un grand frère qui l’épaula à accomplir ses tâches officielles dans sa jeunesse. En mémoire du prince William, le prince Charles choisit d’appeler son premier fils William.

Zsuzsi Starkloff interviewée en 2015 pour le documentaire The Other Prince William (Photo : capture YouTube)

Zsuzsana Maria Starkloff, née à Budapest le 18 octobre 1936, est décédée dans le Colorado le 1e mai 2020. Dans son avis nécrologique, on apprend que Zsuzsi se battait depuis longtemps contre le cancer. On y apprend aussi qu’elle s’était installée dans la ville de Steamboat, dans le Colorado en 1985, travaillant dans l’immobilier. Elle y avait refait sa vie et vivait avec son conjoint Don Sundin. Zsuzsi ne s’est pas remariée et a toujours gardé sur elle la chevalière de son prince Charmant.

Regardez le reportage en anglais sur la vie du prince William :

Sources : Christopher Wilson, The Other Prince William

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.