Le presbytère où vivent Albert II et Paola

Il y a environ 500 âmes à Villers-sur-Lesse. Ici, tout le monde se connait. Très vite, les villageois ont appris la présence parmi eux de nouveaux Villersois. La rumeur s’est confirmée lorsqu’ils ont aperçu deux octogénaires se balader discrètement dans les rues, suivis par un garde du corps. Le roi Albert II et la reine Paola vivent bien loin de leur château du Belvédère de Laeken, dans ce petit village de la province de Namur, dans un presbytère qu’ils ont rénové.

Le roi Albert II et la reine Paola ont été adoptés par les villageois et vivent tranquillement au presbytère de Villers-sur-Lesse (Photos : Google Maps, Abacapress)

Lire aussi : Albert II et Paola : Amour, déchirure et retrouvailles

Le presbytère secret du roi Albert II et de la reine Paola

Villers-sur-Lesse est un petit village de la commune de Rochefort, à la frontière avec la province de Luxembourg. À 3 km au nord, se trouve le château de Ciergnon, situé à Houyet et appartenant à la Donation royale. C’est ici que le roi Philippe, la reine Mathilde et leurs enfants viennent se reposer, lors de leurs weekends à la campagne. Ce château est mis à disposition des souverains, étant la résidence de vacances officielle du chef d’État.

La famille royale a toujours aimé la région. Dès 1837, le premier roi des Belges, Léopold 1e achète des terrains à Houyet pour y faire construire le château de Ciergnon pour son épouse, et lui, non loin de là, rachète une grosse ferme à la famille Orban sur le « domaine d’Ardenne », qu’il transforme en pavillon de chasse. Il y passera ses weekends jusqu’à la fin de sa vie. Quelques jours avant sa mort en 1865, il était encore au domaine d’Ardenne, malgré le froid hivernal, dont on dit que le séjour a empiré son état. Son fils, Léopold II fera bâtir un château à l’emplacement du pavillon de chasse de son père. Le château royal d’Ardenne devint plus tard un hôtel, victime ensuite de la Seconde Guerre mondiale, jusqu’à son incendie qui l’a achevé en 1968. Aujourd’hui, seules quelques ruines subsistent. Le domaine, appartenant toujours à la Donation royale, est devenu un terrain de golf, dont la seule tour du château encore debout, sert de club house.

Quelques kilomètres au nord du château de Ciergnon, il y a le château de Fenffe, lui aussi situé dans la commune de Houyet. Fenffe fut longtemps le refuge du prince et de la princesse de Liège. Ils venaient y fêter les anniversaires du prince Philippe pour profiter de la douceur du mois d’avril à la campagne. En 1993, lorsqu’Albert monte sur le trône, le château voisin de Ciergnon devient alors sa résidence de campagne officielle et il doit abandonner Fenffe. Depuis que Philippe est Roi, on pensait qu’Albert, 86 ans, et Paola, 83 ans, retrouveraient Fenffe, et vivraient dans ce château-ferme où ils ont tant de souvenirs. Surtout, la rénovation en 1968 aux goûts du couple suite à un incendie, a coûté pas mal d’argent à la Donation.

Le prince et la princesse de Liège avec le prince Philippe, la princesse Astrid et le prince Laurent au château de Fenffe en avril pour le 18e anniversaire du prince Philippe en 1978 (Photo : Abacapress)

Lire aussi : Combien coûte la famille royale aux Belges ?

Mais il faut dire la vérité, le roi Albert II pensait toucher une dotation plus importante, qui a été votée lors de l’ascension sur le trône de son fils. S’installer définitivement à Fenffe a un prix, et l’entretien des lieux à ses frais aurait été impossible. C’est alors que la reine Paola a mis la main au portefeuille. À une poignée de kilomètres de là, le long de la Lesse, Paola a acheté un bâtiment en colombage, bien connu des habitants de Villers-sur-Lesse. Il s’agit de l’ancien presbytère de l’église Saint-Lambert qui lui fait face, de l’autre côté de la rue.

Le presbytère est situé sur la commune de Rochefort, à une rue du château de Villers-sur-Lesse et à quelques kilomètres du château de Ciergnon et du château-ferme de Fenffe (Photos : Abaca, Wikimedia Commons, Google Maps, Montage : Histoires Royales)

Lire aussi : Margrethe II dans son vignoble français : aquarelle et repos avec ses chiens au Château de Cayx

Un achat pour les enfants du prince Laurent et de la princesse Claire

L’achat du presbytère par la reine Paola a été réalisé peu de temps après l’abdication du roi Albert II, comme l’annonçait déjà Sudinfo en 2014. En réalisant l’achat elle-même, la Reine évite des discussions d’argent qui fâchent. En effet, c’est bien son époux qui touche une dotation. Elle n’a droit à rien. Son argent est donc totalement le sien et aucune confusion n’est possible avec l’argent du contribuable. Jamais personne ne lui demandera des comptes. Depuis qu’Albert II est à la retraite, le couple aime retourner dans leur bastide Les Romarins à Châteauneuf-Grasse, où dans l’appartement dont Paola a hérité au décès de sa mère, à Rome.

Le presbytère en colombage face à l’église Saint-Lambert de Villers-sur-Lesse (Photo : Google Maps)

Les journalistes de Soir Mag affirment aussi que cette bâtisse, presqu’en ruines au moment du rachat à la paroisse, reviendra aux enfants du prince Laurent et de la princesse Claire : la princesse Louise, le prince Nicolas et son jumeau, le prince Aymeric. Le presbytère est donc aussi un investissement privé, dans le but de leur léguer un patrimoine privé, eux qui n’occuperont vraisemblablement aucune fonction officielle lorsque leur cousine Elisabeth succèdera à son père. Albert et Paola ont modifié plusieurs fois leur contrat de mariage, et cet achat par la Reine, permet évidemment uniquement à ses propres descendants d’y avoir droit.

L’ancien presbytère en 2009 et l’ancien presbytère aujourd’hui, rénové par la roi Albert II et la reine Paola (Photos : Google Maps, Montage : Histoires Royales)
Le presbytère avec sa porte de derrière qui donne sur l’église et le cimetière (Photo : Google Maps)

Lire aussi : Mohammed VI s’achète un palace au pied de la Tour Eiffel pour 80 millions d’euros

Avec le coronavirus et l’interdiction de voyager, Albert et Paola se sont retrouvés coincés en Belgique, eux qui pensaient voyager ou se reposer sur le yacht Alpa IV qu’ils possèdent et qu’ils utilisent pour flâner tranquillement de port en port sur la Méditerranée. La Belgique s’est imposée à eux.

Par chance, après des années de travaux, le presbytère de Villers-sur-Lesse est enfin terminé. Comme le révèle Soir Mag, c’est donc ici, que le couple d’anciens souverains vit reclus depuis des mois. Leur confinement a quelque chose de doux, à deux. Les heures sont égrainées par le son des cloches de l’église, quasiment au fond du jardin. Un jardin que la reine Paola passe des heures à aménager, entre deux promenades digestives dans les rues voisines, au bras de son époux.

Le jardin du presbytère, autrefois visible depuis la rue, est aujourd’hui entouré d’une haie

Le couple vit simplement. Ils ont néanmoins avec eux du personnel, un garde du corps, une femme de chambre, un cuisinier,… Et depuis une vue aérienne, on distingue une dépendance située à côté du presbytère.

Dans le village, les habitants les connaissent bien, même si Albert et Paola s’avèrent être des voisins très discrets. Les journalistes du Soir, qui ont tenté de soutirer quelques ragots aux voisins, ont été bien déçus de comprendre qu’ici leur discrétion était appréciée. Déjà adoptés comme des vrais Villersois, aucun n’a voulu médire. Seule une plainte d’une voisine avait été notifiée à la commune, celle-ci s’opposant au grand mur qu’a fait construire Paola autour de la propriété pour se protéger des regards. Cette voisine est décédée, et sa plainte est tombée avec elle.

Le roi Albert II et la reine Paola ont fait construire un mur entre le jardin du presbytère et l’église. Photos en 2009 et en 2019 (Photos : Google Maps)

Lire aussi : Une pouponnière nazie dans un château liégeois

Le presbytère est à deux pas du château de Villers-sur Lesse

Au bout de leur jardin, de l’autre côté de la rue, Albert et Paola arrivent dans le cimetière, qui fait le coin avec la salle Concordia, buvette et salle des fêtes du village reconnaissable avec son panneau aux couleurs de la bière Jupiler devant l’entrée. Au croisement de cette rue, prenez celle à gauche et en contournant l’église, vous arriverez au château de Villers-sur-Lesse. Contrairement au château de Ciergnon et au château-ferme de Fenffe, le château de Villers-sur-Lesse, reconnaissable parmi mille pour sa façade jaune, n’a jamais trouvé les faveurs de la famille royale. Le château appartient pourtant bel et bien à la Donation royale, mais n’est attribué à aucun membre de la famille. Le château est situé au milieu d’un immense parc de 37 hectares, attenant à plusieurs centaines d’hectares de forêt et de terrains qui s’étendent dans le village.

L’entrée du château de Villers-sur-Lesse à droite, appartenant à la Donation royale, et l’église à quelques mètres à gauche (Photo : Google Maps)

La bourgmestre, Corine Mullens confirme avoir rencontré le couple royal et avoir été invitée au presbytère, que « la Reine a d’ailleurs rénové et décoré avec un goût très sûr », dit-elle au Soir. Elle est informée des quelques visites d’invités spéciaux, comme lorsque les enfants de Philippe et Mathilde décident de rendre une petite visite à leurs grands-parents. La bourgmestre espère que cette présence royale sur ses terres, dont la majorité appartient déjà à la Donation royale, fera un joli coup de publicité au village. Pour l’heure, il est possible de se balader en touristes dans le village, d’autant plus que le jardin du presbytère jouxte un le gîte Chatodo où les touristes ignorent que pour le prix de la location, ils peuvent aussi profiter de la présence de voisins royaux.

La grande propriété (encerclée en blanc), face à l’église (en bas de l’image avec son cimetière) et le château (à l’extreme gauche en bas de l’image) (Photo : Google Maps)
L’entrée du domaine (Photo : Google Maps)

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr