Cette jeune princesse détient le record du nombre de titres de noblesse : Qui est la discrète duchesse de Medinaceli qui porte 43 titres ?

La princesse Victoria Elisabeth de Hohenlohe-Langenburg est détentrice de 43 titres de noblesse espagnols, ce qui en fait la personne la plus titrée au monde. Son titre principal, celui de duchesse de Medinaceli, rappelle qu’elle a pour aïeul le roi Aphonse X de Castille. Victoria a fêté ses 25 ans cette année.

Lire aussi : Le duc et la duchesse de Huéscar au dernier mariage aristocratique de 2021 au château d’Almodóvar

Une princesse hispano-germanique détentrice d’un record du monde

Cayetana Fitz-James Stuart, (entre autres) duchesse d’Albe, était mondialement connue comme la femme la plus titrée au monde. Son record de 57 titres avait été homologué par le Livre Guinness des records. À son décès, en 2014, plusieurs de ses titres ont été concédés et répartis entre ses différents héritiers, ayant pour effet qu’aucun d’entre eux ne puisse prétendre à un record aujourd’hui.

Le nouveau record du monde est toujours en Espagne. La personne la plus titrée est la princesse Victoria Elisabeth von Hohenlohe-Langenburg, 20e duchesse de Medinaceli. Comme l’ancienne duchesse d’Albe, la duchesse de Medinaceli porte un nom étranger.

La princesse Victoria porte un nom allemand, appartenant à la famille princière de Hohenlohe-Langenburg par son père. La princesse est l’arrière-arrière-arrière-arrière-petite-fille du premier prince de Hohenlohe-Langenburg. Le comté de Hohenlohe-Langenburg a été élevé au rang de principauté par l’empereur François 1e du Saint-Empire en 1767. Louis de Hohenlohe-Langenburg a régné sur ce territoire, situé autour de la ville de Langeburg, dans le Bade-Wurtemberg actuel, pendant 50 ans. La princesse Victoria descend d’un fils cadet du prince Louis et n’appartient pas à la branche principale, qui fut souveraine jusqu’en 1806, date de sa médiatisation (intégration) au royaume de Wurtemberg.

La duchesse de Medinaceli se rend au mariage du duc de Huéscar, héritier du duc d’Albe, en 2018 (Photo : Europa Press/Europa Press via Getty Images)

Lire aussi : La comtesse d’Osorno au mariage glamour et secret de son frère Borja à Séville

Victoria de Hohenlohe-Langenburg a hérité des nombreux titres de son père, lui-même hérités de sa grand-mère

Les titres de noblesse espagnols de la princesse allemande ont été hérités de son père, Marco de Hohenlohe-Langenburg. Marco est né à Madrid en 1962, fils d’un père prince allemand et d’une mère aristocrate espagnole. Sa mère, Ana de Medina y Fernández de Cordoba, 13e marquise de Navahermosa et 10e comtesse d’Ofalia, n’était autre que la fille de Victoria Eugenia Fernández de Cordoba, 18e duchesse de Medinaceli. Ana de Medina est décédée en 2012, avant sa propre mère. La duchesse de Medinaceli est décédée en 2013 à 96 ans.

Depuis 2006, les titres de noblesse se transmettent en Espagne selon la règle de primogéniture absolue, ce qui veut dire, sans distinction de sexe. Par conséquent, Ana était l’héritière principale des titres de sa mère. Étant décédée peu de temps avant sa mère, l’héritier de la duchesse de Medinaceli fut le fils aîné d’Ana, Marco de Hohenlohe-Langenburg.

Marco de Hohenlohe-Langenburg avait épousé en 1996 Sandra Schmidt-Polex, avec qui il a eu deux enfants, Victoria Elisabeth et Alexander Gonzalo, avant de divorcer en 2004. Marco est décédé d’une longue maladie en 2016, faisant de son aînée, sa fille Victoria, sa principale héritière.

Le roi Felipe VI assiste aux funérailles de Marco, 19e duc de Medinaceli, à la basilique de Jésus de Medinaceli à Madrid, à côté du prince Pablo et de la princesse Flavia de Hohenlohe, frère et sœur du défunt. Flavia est à côté de sa nièce et de son neveu, la princesse Victoria et le prince Alexander, enfants du défunt. À droite, se tient María del Prado Muguiro, l’épouse de Pablo (Photo : Gtres/Alamy/Abacapress)

Lire aussi : Fastueux mariage de la fille de l’ex-mari de Caroline de Monaco avec le marquis de Cubas

La transmission des titres de noblesse n’est pas automatique en Espagne et doit faire l’objet d’une demande de la part de ceux qui prétendent être les héritiers. Entre mai 2017 et juin 2018, le gouvernement espagnol a confirmé au compte-gouttes la succession des nombreux titres de noblesse de Marco en faveur de Victoria. Le titre principal, celui de duchesse de Medinaceli, a été confirmé par l’ordonnance du ministre de la Justice du 8 mai 2017, repris dans le Bulletin officiel (OBE) du 22 mai.

Le titre de duc de Medinaceli est l’un des plus prestigieux titres en Espagne. Il s’accompagne de la Grandesse d’Espagne, la plus haute qualité qu’un noble peut porter, excepté le titre d’infant, réservé aux enfants du souverain. Le titre a été créé par le roi Henri II de Castille en 1368 pour Bernard de Béarn, fils illégitime de Gaston III de Foix, comte de Foix et seigneur de Béarn, aussi connu comme Gaston Fébus. Le titre était alors un titre comtal qui faisait référence à la bourgade castillane de Medinaceli. Bernard de Béarn avait obtenu ce titre pour le récompenser de sa fidélité au combat, en faveur du roi Henri II.

Lire aussi : Trois générations de Cadaval : la complicité intergénérationnelle des duchesses

Bernard de Béarn, 1e comte de Medinaceli, a épousé en 1370 Isabel de La Cerda. Isabel était la petite-fille d’Alfonso de La Cerda, à la fois petit-fils du roi Louis IX de France et petit-fils du roi Alphonse X de Castille. Gaston de Béarn devint le 2e comte de Medinaceli à la mort de son père en 1381, lui-même suivi par son fils, Louis. Louis, 3e comte de Medinaceli, fit changer son nom. Il adopta le nom de sa grand-mère, La Cerda, le reliant directement à cette branche issue de la famille royale. Le surnom de « Cerda » avait été donné à l’infant Ferdinand (1255-1275), fils d’Alphonse X, en raison d’une pilosité importante (« Cerda » veut notamment dire « crin » en espagnol). Ses descendants ont gardé ce surnom comme patronyme.

En octobre 1459, le couple royal des Rois catholiques, Ferdinand II d’Aragon et Isabelle de Castille, élève le 5e comte de Medinaceli au rang de duc. En 1520, la Grandesse d’Espagne est associée au titre.

En 1711, Luis de la Cerda, 9e duc de Medinaceli, vice-roi de Naples et ambassadeur auprès du Saint-Siège, décède sans enfant. Sa succession passe par la descendance de sa sœur, Feliche Maria de la Cerda, qui avait épousé Luis Mauricio Fernández de Córdoba, marquis de Priego et duc de Feria. Nicolas Fernández de Córdoba hérite donc du titre de duc de Medinaceli de son oncle. Le titre appartient désormais à la famille Fernández de Córdoba.

Le titre restera dans la famille Fernández de Córdoba jusqu’à Victoria Eugenia Fernández de Córdoba, 18e duchesse de Medinaceli. Victoria Eugenia avait reçu ce prénom car sa mère fut dame de compagnie de la reine Victoire-Eugénie d’Espagne. Victoria Eugenia avait elle-même hérité des titres de son père, qui n’avait eu que des filles de ses deux mariages.

Lire aussi : Communion de la princesse Isabelle d’Orléans avec la croix des Asturies offerte par le roi Felipe VI à son cou

Au fil des générations, la famille de la Cerda puis Fernández de Córdoba a hérité d’une multitude de titres provenant d’autres familles, grâce à des transmissions en lignes féminines. À ces titres sont aussi associés des biens patrimoniaux parfois conséquents. Le titre de duc de Medinaceli a quitté la famille Fernández de Córdoba à la mort de la 18e duchesse. Celle-ci avait épousé Rafael de Medina y Villalonga, lui-même issu d’une famille titrée, qui fut maire de Séville. Le couple a eu 4 enfants, dont Ana de Medina, qui épousa le prince Maximiliano de Hohenlohe-Langenburg. Ana est décédée avant sa mère, et c’est son propre fils, Marco, qui devint le 19e duc de Medinaceli. Sa fille, Victoria de Hohenlohe-Langeburg est la 20e duchesse depuis 2017.

L’héritage culturel et historique qui repose sur les épaules de la jeune femme est conséquent et peut attirer les convoitises, comme le rapporte El País. Au sein de la famille, son grand-oncle, actuel duc de Segorbe, était candidat pour hériter d’une bonne partie des titres de sa mère, n’appréciant pas le changement de règle imposé en 2006 par la suppression de la préférence agnatique.

« La jeune héritière, à qui la législation donne raison et accorde un titre après l’autre, a été élevée à Munich pendant des années sous la garde de sa mère, Sandra Schmidt-Polex, qui a été mariée à Marco Hohenlohe de 1996 à 2004 », explique El País. Le duc de Segorbe, quant à lui, travaille à la préservation du patrimoine familial, étant d’ailleurs, ironie du sort, le président de la Casa Ducal de Medinaceli, rapporte El Mundo. Malgré les demandes du duc de Segorbe, le ministère de la Justice a toutefois suivi la règle de succession légale.

Malgré cet éloignement avec l’Espagne, Victoria et son frère Alexander ont passé leurs vacances à Séville, avec leur père et elle a toujours ressenti un lien fort avec le pays. Depuis qu’elle est adulte, Victoria a décidé de s’installer en Espagne et a intégré l’Instituto de Empresa de Madrid, où elle étudie les relations internationales.

Habillée comme toutes les filles de son âge, personne ne peut se douter que la princesse Victoria de Hohenlohe est la personne qui détient le plus de titres de noblesse au monde (Photo : Europa Press via Getty Images)

Lire aussi : Photos du somptueux mariage du comte d’Osorno et la robe Empire de la nouvelle comtesse

Un record du monde des titres de noblesse à un certain prix

Quand on la croise dans la rue, habillée comme toutes les jeunes de son âge pour se rendre à l’université, jamais on ne pourrait imaginer qu’il s’agit de la noble la plus titrée du pays et du monde. Elle a pourtant dû débourser une petite fortune pour valider tous ces titres. En effet, plusieurs critères sont pris en compte par le ministère de la Justice pour valider la transmission du titre, dont l’un est l’acquittement des droits d’enregistrement. Chaque titre s’accompagne d’une cotisation de 2726 euros précise Europapress. Un rapide calcul, confirmé par l’agence de presse, permet de dire qu’elle a déboursé très exactement 117 218 euros pour faire valider ses 43 titres.

Victoria possède 10 titres qui s’accompagnent de la Grandesse d’Espagne. Elle est donc 10 fois Grande d’Espagne en tant que 20e duchesse de Medinaceli, 17e duchesse d’Alalá de los Gazules, 15e duchesse de Camiña, 5e duchesse de Denia, 5e duchesse de Tarfia, 15e marquis d’Aytona, 18e marquise de Camarasa, 12e marquis de la Torrecilla, 18e marquis de Priego, 19e comtesse de Santa Gadea.

Elle possède 33 autres titres de noblesse qui ne s’accompagnent pas de la Grandesse d’Espagne, à savoir : 20e marquis de Tarfia, 17e marquise de Montalbán, 15e marquis de Malagón, 18e marquis de las Navas, 20e marquis de Denia, 17e marquise de Comares, 15e marquis d’Alcalá de la Alameda, 15e marquis de Cilleruelo, 10e marquise de San Miguel das Penas y la Mota, 16e marquise de Villafranca, 13e marquise de Villa Real, 11e comtesse d’Ofalia, 5e comtesse de San Martín de Hoyos, 20e comtesse du Risco, 26e comtesse de Prades, 23e comtesse d’Ossona, 13e comtesse de Castrogeriz, 16e comtesse d’Amarante, 20e comtesse d’Alcoutim, 14e comtesse d’Aramayona, 25e comtesse de Buendía, 21e comtesse de Cocentaina, 20e comtesse de Medellín, 21e comtesse de los Molares, 12e comtesse de Moriana del Río, 18e comtesse de Valenza y Valladares, 15e comtesse de Villalonso, 47e vicomtesse de Bas, 45e vicomtesse de Cabrera, 13e vicomtesse de Linares et 43e victomtesse de Villamur. Par ailleurs, le titre de comtesse de los Molares s’accompagne de la qualité d’adelantada mayor d’Andalousie.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr