Le roi Philippe et la reine Mathilde au sultanat d’Oman pour commencer leur séjour au Moyen-Orient

Le roi Philippe et la reine Mathilde ont pris la direction du Moyen-Orient ce 2 février 2022. Les souverains seront de retour en Belgique le 5 février. Leur séjour les emmènera jusqu’à Dubaï, où ils sont attendus au pavillon belge de l’Exposition universelle. Avant d’entrer aux Émirats arabes unis, Philippe et Mathilde ont fait une halte au sultanat d’Oman.

Lire aussi : Elizabeth II rencontre le sultan d’Oman et son épouse à Windsor

Le roi et la reine des Belges arrivent à Mascate

Le roi Philippe et la reine Mathilde visitent Mascate, la capitale omanaise, et la ville de Duqm. Aux Émirats arabes unis, ils s’arrêteront dans la capitale, Abu Dhabi, puis ils rejoindront Dubaï. Le chef d’État est attendu à Dubaï pour célébrer la journée dédiée à la Belgique à l’Expo 2020.

Ce mercredi 2 février, le roi Philippe et la reine Mathilde sont arrivés au sultanat d’Oman. Ils ont été accueillis à l’aéroport par le prince héritier Theyazin, qui les a ensuite conduits jusqu’au palais de Mascate. Le prince héritier Theyazin a récemment fait la une de l’actualité royale. Quelques mois après avoir été désigné comme le tout premier prince héritier de l’histoire du Sultanat, le jeune homme s’est aussi marié.

Il s’agit de la toute première visite du couple royal en dehors des frontières européennes depuis le début de la pandémie. Le roi et la reine des Belges ont également annulé toutes les visites d’État depuis 2020. Malgré tout, le roi Philippe a déjà entretenu des relations avec le nouveau sultan d’Oman. Le roi Philippe s’était rendu à Mascate en janvier 2020, juste avant le début de la crise, où il avait salué le nouveau sultan élu qui recevait au palais tous les chefs d’État du monde entier.

Le roi Philippe et la reine Mathilde avec le prince héritier d’Oman à Mascate (Photo :  F.Andrieu/IsoPix/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Fin d’exil pour le sultan de Zanzibar qui peut vivre ses derniers jours sur la terre de ses ancêtres

Le prince héritier Theyazin reçoit les souverains belges

En janvier 2020, le sultan Qabus ibn Saïd est mort à 79 ans sans enfant, après près de 50 ans sur le trône. La succession au trône n’étant pas héréditaire dans le Sultanat, le nouveau sultan avait été élu suite à un conseil de famille. C’est Haithem ben Tarek, un cousin du précédent sultan, qui avait été choisi. Quelques mois après son ascension sur le trône, le sultan Haithem ben Tarek a modifié les règles de succession afin d’adopter un système de monarchie héréditaire. Son fils, Theyazin, a été désigné premier prince héréditaire de l’histoire.

Le roi Philippe lors de sa rencontre avec le nouveau sultan, Haithem ben Tarek, juste après son élection en janvier 2020 (Photo : Balkis Press/ABACAPRESS.COM)

La Belgique entretient de bonnes relations avec Oman, l’ancien sultan a par exemple choisi de se faire soigner dans un hôpital de Leuven, quelques semaines avant son décès. La princesse Astrid, qui préside les missions économiques au nom de son frère, le roi Philippe, s’est aussi rendue au Moyen-Orient en 2014. Elle avait alors fait une escale à Oman.

Lors de ce séjour à Oman, le roi Philippe et le sultan Haïthem inaugureront le nouveau port de Duqm. Le pont est situé à un endroit stratégique, offrant un accès aux bateaux aussi bien à l’Océan indien qu’à la Mer rouge et, partant, au canal de Suez. La Belgique a contribué à la construction du pont à travers une joint venture dans laquelle on retrouve le consortium formé par le port d’Anvers et le groupe Deme.

L’agence Belga explique que « la Belgique, à l’instar d’autres pays européens, mise sur l’hydrogène vert pour sortir des énergies fossiles. Elle ambitionne de devenir une plateforme d’importation et de transit de l’hydrogène renouvelable. »

« Un protocole d’accord a été conclu en septembre avec Oman qui se positionne en leader de cette énergie grâce à ses capacités solaires et éoliennes. Au port de Duqm est relié le “Hyport”, soit une unité de production d’hydrogène vert et de dérivés (méthanol vert ou ammoniac) qui disposera dans la première phase d’une capacité d’électrolyse de 250 à 500 MW et dont Deme est à nouveau l’un des partenaires. »

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr