Le divorce en préparation d’Albert II et Charlène en une d’un magazine

Malgré les messages provenant du Palais princier qui se veulent rassurants, le magazine allemand Bunte fait sa une du divorce possible du prince Albert II de Monaco et de son épouse, la princesse Charlène. Le magazine détaille les différents indices qui poussent à croire que des changement s’annoncent sur le Rocher, comme l’acquisition de biens immobiliers en Afrique du Sud par des proches de Charlène.

Le magazine Bunte évoque une séparation en préparation entre Albert II et Charlène de Monaco (Photo : DPA/ABACAPRESS)

Lire aussi : Les surnoms que Charlène de Monaco donne à ses enfants

Malgré les propos rassurants de Charlène, Bunte donne une autre version

La princesse Charlène de Monaco a fait taire les rumeurs il y a quelques jours, en répondant à un média sud-africain. «Albert est mon roc et ma force et sans son amour et son soutien, je n’aurais pas pu traverser cette période douloureuse», assurait Charlène à News24, alors que de plus en plus de Monégasques se posaient des questions concernant son absence sur le Rocher.

Les allées et venues de la princesse Charlène entre l’Afrique du Sud et Monaco ne sont pas exactement connues. La dernière fois que la princesse Charlène a été aperçue à Monaco, c’était le 27 janvier 2021, alors qu’elle assistait à la cérémonie de la Sainte-Dévote avec son époux. Le 18 mars, la princesse Charlène se trouvait en Afrique du Sud pour assister aux funérailles du roi Goodwill Zwelithini. Selon Bunte, elle se trouvait déjà en Afrique du Sud depuis quelques temps, avant les funérailles.

La princesse Charlène, très émue aux funérailles du roi Goodwill Zwelithini (Photo : capture d’écran vidéo)

Étonnamment, quelques jours plus tard, la princesse Charlene a posté une photo pour Pâques à côté de sa famille. On suppose que cette photo a été prise dans leur résidence de Roc Agel mais rien ne permet de certifier que la photo a bien été prise ce jour-là. Elle a pu être prise bien avant et préparée pour être publiée à Pâques. C’est la seule image que l’on aura de Charlène en avril. Le magazine allemand défend d’ailleurs la thèse que la photo n’a pas été prise à Pâques à Roc Agel. Elle aurait été prise sait à la date évoquée mais en Afrique du Sud soit bien avant, en prévision.

Cette photo non datée a été publiée à l’occasion de Pâques, quelques jours après la présence de Charlène en Afrique du Sud et quelques jours après son retour en Afrique du Sud pour une cause humanitaire (Photo : Palais princier)

Le 8 mai, le prince Albert assiste au Grand Prix de Monaco avec le prince héréditaire Jacques et la princesse Gabriella, sans son épouse, un événement pourtant particulièrement apprécié par Charlène. Quelques jours auparavant, un communiqué avait été envoyé pour signaler son absence pour cause d’une infection ORL qui l’empêchait de prendre l’avion. Entretemps, on a découvert que la princesse Charlène a réalisé une sorte de mission de préservation des rhinocéros dans une réserve naturelle sud-africaine. Là encore, on ne sait pas combien de temps a duré la mission ni à quelle période elle s’est déroulée.

Des nouveaux achats en Afrique du Sud qui posent question

Dans le numéro de Bunte sorti en kiosque en Allemagne ce 15 juillet, les journalistes, habituellement bien informés sur ce qu’il se passe au sein du Palais princier, étaient les raisons qui les poussent à croire qu’un divorce est en préparation. Pour rappel, la princesse Charlène est officiellement retenue en Afrique du Sud depuis un certain temps pour raisons médicales. Elle a subi plusieurs interventions dans la zone ORL suite à une infection et son époux lui a rendu visite avec leurs enfants au début du mois de juin. Il y a quelques jours, Charlène a donné un signe de vie, indiquant qu’elle communiquait quotidiennement avec Jacques et Gabriella par visioconférence, alors qu’elle vit actuellement dans une villa à la Thanda Private Game Reserve, à environ 300 km au nord-est de Durban

La princesse Charlène parle avec ses enfants par visioconférence (Photo : Instagram/hshprincesscharlene)

Il n’est pas dans notre habitude de colporter des rumeurs. Nous rapportons ici le fait qu’un magazine très important en Allemagne consacre sa une à l’absence de Charlène. Il faut également savoir que Bunte a déjà révélé plusieurs scoops concernant la famille princière et semble bien informé auprès des Grimaldi.

Bunte affirme «que des choses étranges se passent à Monte-Carlo depuis plus d’un an». Il semblerait que Claude Palmero, en charge de gérer les biens de la famille princière, s’active à présent dans l’entourage de Charlène. C’est lui qui s’est notamment chargé de résoudre le dilemme financier concernant Alexandre Grimaldi-Coste, le fils illégitime du prince Albert II. C’est lui s’occuperait de gérer l’hébergement d’Alexandre et sa mère, Nicole Comte, à Londres et dans le sud de la France.

Bunte explique qu’une entreprise appartenant à Gareth Wittstock, le frère de Charlène, a été racheté via un réseau d’entreprises basées à Malte. La société voudrait notamment étendre ses activités en Afrique du Sud. «L’amie de Charlène et millionnaire autodidacte, Colleen Glaeser, 47 ans, a aidé à conclure l’accord de l’entreprise. La Sud-Africaine soutient la princesse dans les moments difficiles. Des confidents rapportent que Charlène cherche depuis longtemps une maison près de Johannesburg», continue Bunte, autant d’activités qui laissent penser que Charlène cherche à s’installer et étendre ses activités dans le pays où vit sa famille.

Les parents de Charlène et son frère Sean vivent dans la banlieue de Benoni. Son deuxième frère Gareth, 39 ans, a également déclaré une nouvelle résidence à Benoni l’année dernière, alors qu’il vit actuellement la plupart du temps à Monaco, où il gère la fondation de sa sœur. Cette maison fait partie du portefeuille d’un investisseur immobilier.

La princesse Charlène aurait également fait un achat en Afrique du Sud. Elle serait devenue propriétaire d’un cheval, Follow Me. Le cheval est considéré comme une étoile montante du circuit équestre sud-africain. «Il a remporté sa deuxième course samedi dernier et a déjà rapporté plus de 18 000 euros», écrit le magazine.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr