Le successeur du roi Siméon II sera titré « Gardien de la Couronne »

Le petit-fils du dernier roi des Bulgares sera le Gardien de la Couronne, quand son tour viendra d’assumer le rôle de chef de la Maison royale de Bulgarie. Le prince Boris, héritier dynastique de la famille, portera donc un titre équivalent à celui en usage actuellement en Roumanie, autre monarchie orthodoxe déchue.

Lire aussi : Les 50 ans de la princesse Kalina : la nouvelle vie en Bulgarie de la fille du roi Siméon II

Le roi Siméon II a préparé sa succession dynastique

Le magazine Епархийски глас a réalisé une longue interview du roi Siméon II, dernier roi des Bulgares, retranscrite sur le site officiel de l’ancien souverain, également ancien premier ministre de la république de Bulgarie. Au cours de cette interview, le roi Siméon II, qui fêtera ses 85 ans dans un mois, revient sur sa vision de la monarchie, et sur la relation entre le Roi et l’Église orthodoxe.

À la fin de son interview, la question de la succession est abordée. Siméon II a succédé à son père, Boris III, décédé subitement en 1943. Siméon II n’avait que six ans. Son règne durera jusqu’en 1946, renversé par les communistes. Après de nombreuses décennies en exil en Espagne, il rentrera en Bulgarie et se fera élire Premier ministre en 2001, à l’âge de 64 ans. Retiré de la vie politique en 2009, cet Européen convaincu est toujours présent, bien que discret, dans la vie publique bulgare.

Le roi Siméon II et la reine Margarita en octobre 2021 (Photo : Histoires Royales)

Lire aussi : Les 4 derniers rois déchus toujours en vie en 2022

Le roi Siméon II et son épouse Margarita ont eu cinq enfants, quatre garçons et une fille, tous prénommés avec un prénom commençant par la lettre K. Le couple royal et leurs enfants ont vécu leur exil en Espagne. Leurs cinq enfants se sont mariés avec des citoyens espagnols. Siméon II est issu de la famille de Saxe-Cobourg-Gotha, ce qui a donné pour patronyme hispanisé Sajonia-Coburgo y Gotha. En Bulgarie, le patronyme civil est Sakskoburggotski.

En 2008, le prince Kardam, prince de Tarnovo, fils aîné de Siméon et héritier dynastique, fut victime d’un accident de la route avec son épouse, la princesse Miriam. Il est décédé en 2015. Depuis lors, son fils aîné, le prince Boris de Saxe-Cobourg-Gotha, est le premier dans l’ordre de succession et porte le titre de prince de Tarnovo.

Lire aussi : Trois rois et une reine qui ont 85 ans en 2022

Le prince Boris de Saxe-Cobourg-Gotha, futur Gardien de la Couronne de Bulgarie

Le prince Boris, artiste reconnu à Londres et à Paris, est âgé de 24 ans. Alors que l’ancien roi prend de l’âge, la question de la succession est déjà réglée, pour le plus grand soulagement des monarchistes. Aucune querelle dynastique n’est à prévoir dans la famille. Le roi a rappelé que son successeur était bien son petit-fils Boris, fils aîné de son défunt fils aîné, comme le veut la règle de succession par primogéniture masculine. « À notre grand chagrin, mon fils aîné est parti, donc son fils aîné est le prochain héritier », explique Siméon II.

Comme l’a aussi rapporté la Revue Dynastie, le roi Siméon a décidé que son successeur soit connu comme le « Gardien de la Couronne », une fois qu’il sera à la tête de la famille royale. Le titre est identique à celui porté par le chef de la Maison royale de Roumanie, à savoir, la fille aînée du dernier roi Michel 1e. En Roumanie, elle est stylisée « Sa Majesté Margareta, Gardienne de la Couronne ». Un titre et une position acceptés au sein de la république de Roumanie, où la famille royale assure des fonctions semi-officielles.

« Un jour, mon petit-fils, le prince Boris de Tarnovo portera le titre de Gardien de la Couronne. Comme c’est le cas en Roumanie ». Le roi Siméon II précise que cela a été « décidé après de longues discussions et réflexions » au sein de la famille. Pendant de nombreuses années, le roi Siméon II, ancien roi des Bulgares, le roi Michel 1e, ancien roi de Roumanie, et le roi Constantin II, ancien roi des Hellènes, étaient les trois seuls souverains orthodoxes en vie. Le roi Michel 1e est décédé en décembre 2017. La monarchie roumaine, son abolition et son évolution ont quelques similarités avec la monarchie bulgare. La famille royale de Bulgarie aura-t-elle un jour un rôle semi-officiel dans son pays ?

Siméon II de Bulgarie avec son petit-fils, Boris (de dos), et sa belle-fille, Miriam, au mariage du grand-duc Georges de Russie (Photo : Tass/ABACA)

Même si certains partisans monarchistes rêvent d’un retour à la monarchie en Bulgarie, cette idée n’est pour le moment pas majoritaire. Le roi Siméon II ne milite pas en ce sens, et son petit-fils artiste n’est pas encore très engagé publiquement dans les sphères royalistes. Il a toutefois été aperçu à l’automne dernier à Saint-Pétersbourg au mariage de l’héritier de la Maison impériale de Russie.

Le prince Boris de Bulgarie (derrière le marié), futur Gardien de la Couronne, était témoin du mariage du tsarévitch Georges Mikhaïlovitch (Photo : Histoires Royales)

Le prince Boris avait été choisi comme témoin de mariage du grand-duc Georges Mikhaïlovitch, aux côtés d’autres héritiers, comme l’héritier de la Maison Murat, l’héritier de la famille royale d’Égypte et le prétendant au trône d’Albanie.

L’arbre généalogique de la famille royale de Bulgarie issue d’une branche de la famille de Saxe-Cobourg-Gotha (Image : Histoires Royales)

La famille royale bulgare est issue d’une branche de la famille de Saxe-Cobourg-Gotha et les membres portent d’ailleurs toujours le titre de duc de Saxe. 

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr