L’amitié secrète entre Aiko du Japon et Amalia des Pays-Bas : deux filles de souverains unies face à des destins différents

La première photo que l’on ait de la princesse Aiko et de la princesse Amalia ensemble date de 2006. Cette année-là, le futur empereur du Japon emmenait son épouse se reposer aux Pays-Bas, prenant avec eux leur fille unique, Aiko. La jeune princesse Aiko a très vite sympathisé avec la princesse Amalia. Les fillettes ont grandi et durant l’adolescence, elles ont gardé contact et sont liées par des passions communes. Seul leur destin diffère : l’une d’elle règnera sur son pays.

Lire aussi : La princesse Amalia chipe un diadème à sa maman : l’héritière du trône est passionnée par les tiares

Deux jeunes princesses se rencontrent pour la première fois en 2006

En 2006, la princesse héritière Masako, épouse de l’héritier du trône impérial du Japon et belle-fille de l’empereur Akihito, est en pleine crise d’angoisse. Masako souffre d’anxiété et certaines périodes de stress intenses l’empêchent d’assurer ses engagements publics. Le prince héritier Naruhito emmène alors son épouse hors du pays pour qu’elle puisse se ressourcer. Naruhito et Masako prennent avec eux leur fille unique, la princesse Aiko. Elle a alors 4 ans.

Masako n’a pas choisi de se ressourcer aux Pays-Bas par hasard. Ses parents, Hisashi Owada et Yumiko Egashira y vivent. Son père, Hisashi Owada est alors juge de la Cour internationale de justice de La Haye depuis 2003. En 2009, il sera même élu président. Pour Naruhito et Masako, ce voyage est exceptionnel, le couple n’ayant jamais quitté officiellement le Japon ensemble depuis leur mariage.

La reine Beatrix reçoit le couple héritier du Japon avec leur fille Aiko, qui tient la main de la princesse Amalia. Willem-Alexander et Máxima ont également déjà une deuxième fille, Alexia (Photo : Nieboer/DPA/Abacapress)

Aux Pays-Bas, c’est la reine Beatrix qui accueille le couple héritier du Japon au palais Het Loo, une résidence de la famille située à Apeldoorn, qui n’est pas l’un des palais de travail des souverains néerlandais, ce qui prouve le caractère plus informel de la visite. Le couple héritier néerlandais est également présent, et c’est Willem-Alexander et Máxima qui prendront soin de leurs visiteurs durant leur séjour aux Pays-Bas. Willem-Alexander présente alors sa fille Catharina-Amalia, à la jeune Aiko. Catharina-Amalia n’a que 2 ans.

La princesse Aiko, 4 ans, et la princesse Amalia, 2 ans, se rencontrent pour la première fois en 2006. Même leur tenue respective indiquait déjà qu’elles étaient faites pour s’entendre (Photo : DPA/Abacapress)

À l’époque, Willem-Alexander était encore prince d’Orange, l’héritier du trône. Et sa première fille, Catharina-Amalia (ou simplement Amalia), le suivait directement dans l’ordre de succession. Au Japon, la situation est différente. Le prince héritier Naruhito avait une fille unique, Aiko, et il semblait déjà évident que le couple héritier n’aurait pas d’autre enfant. Son frère, Fumihito le suit donc dans l’ordre de succession, la loi salique étant toujours d’application. Fumihito n’avait que deux filles. Sans héritier évident, le Japon avait entamé des discussions en vue d’abolir la loi salique afin de permettre aux femmes de monter sur le trône de Chrysanthème. La princesse Aiko était envisagée comme une héritière potentielle.

La princesse Aiko ne montera jamais sur le trône, ici avec ses parents lors de leur arrivée à Nagano pour quelques jours de vacances en 2019 (Photo : Pool/Jiji Press/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : La princesse Amalia serait prête à renoncer au trône par amour et pour ses principes

L’une est l’héritière l’autre ne montra jamais sur le trône

En 2014, Fumihito et son épouse Kiko ont finalement un troisième enfant, un fils, le prince Hisahito. Alors que les discussions sur l’abolition de la loi salique étaient déjà difficilement menées, la naissance d’un garçon mit un terme à tout espoir de voir cette loi abolie. Depuis lors, d’autres discussions du genre ont eu lieu, puis abandonnées en cours de route. Le prince Hisahito est toujours le potentiel héritier et il est le seul, à l’heure actuelle, encore capable de prolonger la dynastie. Derrière lui, dans l’ordre de succession, se trouve encore son grand-oncle, Masahito, âgé de 86 ans, sans enfant.

Arbre généalogique de la famille impériale du Japon (Image : Histoires Royales, Photo : Imperial Household/Pool)

En 2013, la reine Beatrix abdique en faveur de son fils ainé, Willem-Alexander. En devenant roi des Pays-Bas, sa fille ainée, Amalia, devient princesse d’Orange et officiellement l’héritière du royaume. Depuis lors, Amalia continue à mener un parcours discret, ses parents préférant privilégier son éducation comme toutes les autres filles du royaume. Ce 7 décembre 2021, la princesse Amalia sera majeure. Elle fêtera son 18e anniversaire en participant pour la première fois à un Conseil d’État exceptionnel où elle sera dorénavant invitée à siéger, en tant qu’héritière.

La princesse Catharina-Amalia, princesse d’Orange, deviendra reine des Pays-Bas (Photo : RVD – Martijn Beekman)

Lire aussi : Le Premier ministre japonais ne souhaite pas voir une femme sur le trône impérial

Une amitié qui s’entretient au fil des ans et des passions communes

Lors de l’intronisation du roi Willem-Alexander, Naruhito, Masako et leur fille Aiko se rendent aux Pays-Bas. Seuls les parents assistent à la cérémonie mais en coulisses, Aiko peut retrouver Amalia. En 2014, le roi Willem-Alexander et la reine Máxima effectuent leur première visite d’État hors d’Europe… au Japon. Une fois de plus, ils prennent avec eux leur fille Amalia (également peut-être leurs deux autres filles, Alexia et Arianne). Lors de cette visite au Japon, la princesse héritière Masako avait rendu hommage à ses invités en portant une tenue orange.

La première visite d’État en dehors de l’Europe pour Willem-Alexander et Máxima est organisée chez leurs amis japonais, en 2014 (Photo : Robin Utrecht/Abacapress)

Enfin, en 2019, c’est l’empereur Akihito qui abdique en faveur de son fils ainé, Naruhito. Lors de l’impressionnante cérémonie d’intronisation de l’empereur Naruhito, Willem-Alexander et Máxima sont aux premières loges. Dans le livre biographique publié le mois dernier à l’occasion du 18e anniversaire de la princesse Amalia, on découvre une photo inédite qui prouve qu’Amalia était également du voyage et qu’elle passait du temps avec la princesse Aiko, que l’on devine sur la photo.

Les princesses Aiko et Amalia ont plus de points communs qu’on pourrait le penser. En 2021, elles fêtent toutes les deux leur majorité. La princesse d’Orange fêtera ses 18 ans, alors que la princesse Aiko de Toshi fêtera ses 20 ans, âge de la majorité au Japon. Pour Aiko, ne pouvant pas accéder au trône, cet anniversaire signifie qu’elle pourra dorénavant assurer des engagements officiels au nom de la Maison impériale. Pour son anniversaire, elle recevra aussi son diadème (elle hérite du diadème de sa tante au lieu de recevoir une création originale, crise oblige) et portera pour la première fois sa tenue de gala blanche qu’elle portera dorénavant lors de toutes les cérémonies officielles. Aux Pays-Bas par contre, l’héritière du trône assistera à son premier Conseil d’État et on peut s’attendre qu’une fois son année sabbatique terminée, elle sera amenée à assurer plus d’engagements publics. Bien entendu, elle devient aussi légalement responsable et pourrait régner dès demain sans régence, s’il arrivait un malheur à son père.

Bien que leur destin public soit différent, les princesses ont une vie privée beaucoup plus semblable. Amalia a appris très jeune à skier sur les pistes de Lech, en Autriche, alors qu’Aiko a fait ses premières descentes à Nagano. Ensemble, il est probable qu’elles communiquent en espagnol. La princesse Amalia parle l’espagnol que lui a appris sa mère. La reine Máxima est d’origine argentine. La princesse Aiko étudie la langue et la culture japonaises à l’université de Gakushuin avec des options en anglais et en espagnol. Elle a d’ailleurs commencé à apprendre cette langue dès l’âge de 6 ans.

La princesse Amalia skie chaque année à Lech depuis qu’elle est toute petite, ici avec sa grand-mère et son père en 2020 (Photo : RVD)

Côté sport, la princesse Amalia a récemment dévoilé sa passion pour l’équitation. Elle possède un cheval prénommé Mojito. La princesse Aiko préfère le softball, comme l’expliquait Japan Today, mais aussi le tennis, sport préféré de la famille impériale. Souvenons-nous que l’empereur Akihito a rencontré sa future épouse sur un court de tennis. Selon la Maison royale des Pays-Bas, Amalia pratique aussi le tennis durant son temps libre.

La princesse Catharina-Amalia sur son cheval Mojito (Photo : RVD – Martijn Beekman)

Les princesses ont pratiqué de nombreuses activités en dehors de l’école et la musique ne leur a pas échappé. L’empereur Naruhito est lui-même un violoniste accompli. Il a transmis sa passion à sa fille, qui elle joue du violoncelle. En 2012, père et fille avaient même joué ensemble lorsqu’ils avaient intégré l’orchestre de Gakushuin le temps d’un concert. Aux Pays-Bas, l’héritière du trône est plus discrète côté musique, même si on sait qu’elle joue aussi du piano et aime le chant.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr