Célébrations du bicentenaire de la Grèce avec le prince Charles et Camilla

Le prince de Galles et la duchesse de Cornouailles ont passé leur deuxième journée à Athènes ce 25 mars 2021, jour de la fête nationale. Le prince Charles a représenté les autorités britanniques, lors de la cérémonie du bicentenaire de l’indépendance de la Grèce.

YouTube video

Lire aussi : La bourgade de Battenberg pour un prince répudié : l’origine des Mountbatten

Le prince de Galles et la duchesse de Cornouailles aux 200 ans de la Grèce

Hier, le prince Charles et Camilla ont visité la Pinacothèque et ont diné avec la présidente de la République hellénique. Ce 25 mars, une bonne partie du programme de la journée consistait à assister aux différentes cérémonies de commémoration de la libération des Grecs de l’Empire ottoman. Les représentants de Grèce, de Chypre, de France et de Russie étaient également présents, aux côtés du prince Charles et de son épouse, qui représentaient le Royaume-Uni.

Embed from Getty Images

Les différents représentants des pays ayant contribué à l’indépendance de la Grèce, il y a 200 ans, ont été invités à déposer une couronne de fleurs au pied du monument du Soldat inconnu, situé sur la place Syntagma. Le monument est dédié à tous les soldats grecs morts lors d’un conflit armé. Le premier ministre Mikhaïl Michoustine représentait la Russie.

Le président français Emmanuel Macron ne s’est pas déplacé, malgré l’invitation, à cause des mesures sanitaires en France. Également chef d’État d’Andorre, Emmanuel Macron a aussi fait faux bond au roi Felipe et de la reine Letizia qui effectuaient une visite d’État à Andorre au même moment.

(Photo : Victoria Jones/PA Photos/ABACAPRESS.COM)

Le prince Charles et Camilla ont ensuite assisté à une parade militaire sur la place, qui s’est conclue par le passage d’avion de chasse dans les airs.

Réunions avec la présidente, le premier ministre grec et le maire d’Athènes

Après la cérémonie du bicentenaire, le prince de Galles et la duchesse de Cornouailles ont été invités à prendre le thé à la résidence présidentielle, avec la présidente Katerina Sakellaropoulou et son compagnon Pavlos Kotsonis.

Embed from Getty Images

Pour conclure la journée, le prince Charles a participé à une réunion avec le premier ministre Kyriákos Mitsotákis.

Embed from Getty Images

Après sa réunion avec le premier ministre, le prince Charles s’est rendu à l’hôtel de ville d’Athènes. Il y a rencontré le maire Kostas Bakoyannis, qui à l’issue de leur réunion a remis au prince Charles la médaille d’or d’Athènes.

Embed from Getty Images Embed from Getty Images

En fin d’après-midi, le prince Charles et Camilla ont pris la direction de l’aéroport afin de retourner au Royaume-Uni. Il s’agissait du premier voyage à l’étranger de l’année de Charles et Camilla, et même le premier voyage pour un membre de la famille royale britannique, depuis les différents confinements successifs, qui ont débuté en mars 2020.

Embed from Getty Images

Commémoration du 25 mars 1821 

Le 25 mars est le jour de la fête nationale en Grèce. Il rappelle le 25 mars 1821, jour où l’indépendance fut proclamée par les Hellènes réunis au Sénat. Coïncidence, le 25 mars tombe 9 mois avant le 25 décembre, jour de Noël, et est donc le jour de l’Annonciation, une fête religieuse importante pour les Grecs de confession orthodoxe. Cette année, le 25 mars sera d’autant plus particulier, que l’on fêtera la bicentenaire de l’indépendance du pays. 

La France, la Russie et le Royaume-Uni seront mis à l’honneur, pour les remercier de leur aide apportée il y a deux siècles. Bien que le 25 mars 1821 soit symboliquement gardé comme date de l’indépendance, il faudra tout de même attendre 1827 pour que les trois puissances envoient leur aide navale, notamment lors de la bataille navale de Navarin, durant laquelle les alliés ont exterminé la flotte turco-égyptienne. Le 3 février 1830, les trois grandes puissances se réunissent et signent l’indépendance de la Grèce lors du Traité de Londres, un accord également autorisé par la Prusse et l’Autriche. Le prince Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha est choisi pour devenir le futur souverain.

Le prince Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha étudie la proposition et finit par la rejeter, alors que la stabilité dans la région est toujours incertaine et que la limite des frontières pose encore question. Finalement, c’est en 1832 que le Traité de Londres est modifié pour la dernière fois, fixant les frontières définitives. Le jeune prince bavarois Otto de Wittelsbach, encore mineur, est choisi pour régner sur le nouveau pays. Autoritaire et très critiqué, Otto 1e sera renversé en 1862, au bout de 30 ans de règne.

Le prince Charles est l’arrière-petit-fils du roi Georges 1e

Un nouveau souverain fut élu en 1863. C’est le prince Guillaume, l’un des fils du roi Christian IX de Danemark qui fut choisi. Il régna près de 50 ans sous le nom de Georges 1e. Les descendants de Georges 1e et la dynastie qu’il fonda, régna non sans tumultes sur le royaume de Grèce jusqu’en 1973, date de l’abolition de la monarchie. 

Le roi Georges 1e de Grèce, né prince de Danemark, est l’arrière-grand-père du prince Charles (Image : Domaine public)

Le prince Charles est bien entendu attendu en Grèce pour représenter Sa Majesté la reine Elizabeth II, qui ne peut plus se déplacer à l’étranger au vu de son âge. Mais derrière cette raison officielle, on peut également y voir un clin d’œil à la dynastie des Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Glücksbourg. Bien que Windsor sur les papiers, le prince Charles est de facto un membre de la famille d’origine germano-danoise ayant régné pendant un siècle sur la Grèce. Son père, le duc d’Édimbourg est né prince Philippe de Grèce et de Danemark. Le prince Philip est le petit-fils de Georges 1e, le prince Charles est donc son arrière-petit-fils.

Sources : Prince of Wales, Reuters

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr