Le roi Carl XVI Gustaf s’adresse aux Suédois en période de crise du coronavirus : « Je pense à tous les enfants qui risquent de perdre leurs grands-parents »

Quelques minutes avant que la reine Elizabeth ne prononce son discours historique, c’est le roi Carl XVI Gustaf qui s’est adressé aux Suédois, en cette période de crise du coronavirus. Lui et la reine Elizabeth étaient les deux seuls monarques à ne pas encore avoir prononcé de discours concernant la pandémie. Le discours du roi Carl XVI Gustaf a été enregistré depuis le château de Stenhammar, où il est confiné avec la reine Silvia depuis quelques jours. Bien que la Suède soit l’un des rares pays à avoir opté pour la stratégie d’immunité de groupe, le confinement est tout de même obligatoire pour les personnes jugées à risque, comme les personnes âgées. Le roi de Suède, 73 ans, et son épouse, 76 ans, entrent dans cette catégorie.

Tout savoir sur : Les royautés et le coronavirus

Le discours du roi Carl XVI Gustaf de Suède du 5 avril 2020

« La semaine précédant Pâques est communément appelée la Semaine Sainte.

Aujourd’hui, dimanche des Rameaux, marque le début de cette semaine solennelle. Et dans de nombreux endroits, l’ambiance est plus solennelle que jamais.

Le covid-19 a la Suède et le monde sous sa coupe. Les rues et les places sont presque vides et calmes. La pandémie frappe également durement les entreprises, les emplois et l’économie suédoise, oui, il frappe l’ensemble de la société suédoise.

Une mobilisation civile a commencé. Je pense principalement aux soins de santé. Les employés et les bénévoles travaillent maintenant ensemble pour sauver le plus de vies possible. C’est une tâche importante. Il faut du courage. Et cela exigera de la persévérance. À tous ceux qui participent à cet important travail, je voudrais adresser mes remerciements les plus sincères.

À vous qui veillez à ce que les personnes âgées reçoivent les soins dont elles ont besoin, vous qui veuillez à ce que nous puissions acheter de la nourriture, que les transports publics continuent de fonctionner, ainsi que tout ce que nous pensons si facilement acquis… Mes remerciements les plus chaleureux à vous tous.

Comme je l’ai mentionné, la Semaine Sainte nous amène à Pâques. Pour moi et pour de nombreuses personnes dans notre pays, il s’agit d’une célébration importante et que nous attendons avec impatience.

Pour moi, et pour beaucoup dans notre pays, Pâques est un week-end important et très attendu. C’est un moment où l’on aimerait voyager et peut-être passer du temps avec sa famille et ses amis. Beaucoup vont à l’église. Mais une partie de cela ne sera pas possible à Pâques. Nous devons l’accepter. Nous devons repenser, nous préparer à rester à la maison.

Cela peut sembler ennuyeux. Mais il y aura d’autres vacances de Pâques ! Après tout, pour la plupart d’entre nous, il s’agit de très petits sacrifices. Surtout si vous comparez cela à une maladie grave, à la perte d’un ami ou d’un membre de la famille. Aujourd’hui, je pense en particulier à tous les enfants de notre pays qui risquent maintenant de perdre leurs grands-parents. »

Nous avons tous cette obligation dans notre pays. Chacun de nous. Ai-je pensé aux autres ? Où me suis-je mis dans la première pièce? Nous allons devoir vivre longtemps avec les choix que nous faisons aujourd’hui. Ils affecteront tellement de gens.

La fête de Pâques arrive bientôt. Et que nous les célébrions ou pas, je pense que l’on peut suivre ce message :

Le chemin sera long et difficile. Mais à la fin, la lumière triomphera sur l’obscurité et nous pourrons ressentir de nouveau de l’espoir.

Dans quelques semaines, j’aurai 74 ans. C’est déjà un âge important ! Mais cela signifie également que j’ai vécu bon nombre des crises que notre pays a traversées.

J’ai vu comment les crises nous aident à réévaluer ; faire la distinction entre ce qui est important et ce qui ne l’est pas. Comment la peur se transforme en une compréhension de la gravité des problèmes et comment les résoudre.

Et une chose que j’ai apprise : quelle que soit la profondeur ou la durée de la crise, elle se termine tôt ou tard.

Et quand c’est le cas, oui, alors nous bénéficierons tous de la pensée et du pouvoir que le peuple suédois a à offrir. Ce pouvoir sera un atout pour notre pays, pour l’avenir.

Avec ces mots, je vous souhaite, ainsi qu’à tout le monde en Suède, un bon week-end de Pâques, malgré tout.

Et même si cela peut sembler difficile, souvenez-vous : vous n’êtes pas seuls. »

Une allocution très attendue par les Suédois, qui a tardé à venir

Ce dimanche 5 avril, le discours du roi de Suède (diffusé à 19h20) passera malheureusement quelque peu au second plan, auprès de la presse internationale, balayé par le discours historique de la reine Elizabeth, diffusé à 20 heures (heure de Londres). C’était également le même jour, plus tôt dans la semaine, à quelques minutes d’intervalle que le communiqué de la Cour suédoise d’abord, puis le communiqué de Buckingham après, avaient été envoyés, annonçant que ce dimanche, ils prononceraient tous les deux un discours. Le 15 mars dernier, le roi Harald fut le premier monarque à prononcer une allocution concernant l’épidémie du coronavirus. Tous les monarques ont à leur tour, un à un, prononcé un discours diffusé sur les chaines nationales de leur pays respectif.

À l’heure actuelle, environ 6500 Suédois ont été testés positifs au covid-19. Le pays déplore environ 400 morts, alors que les chiffres mondiaux explosent à plus d’1,2 million d’individus testés positifs pour plus de 65 000 morts.

Les allocutions des autres souverains concernant le coronavirus :

Avatar
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef - Rédacteur sénior

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés par passion. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales.