Le roi de Thaïlande cache un fils illégitime en Suisse

Le roi Maha Vajiralongkorn, connu sous le nom de règne de Rama X, est père de sept enfants, issus de trois de ses quatre mariages. Quatre sont répudiés. Il serait en réalité père de huit enfants. Un garçon, jusqu’ici inconnu, vivrait à Engelberg en Suisse, dans le même hôtel où vit habituellement son épouse légitime, la reine Suthida.

Le roi de Thaïlande avec la reine Suthida, sa royale noble consort et ses deux filles légitimes (Photo : Vichan Poti/Pacific Press via Zuma Wire/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Maha Vajiralongkorn vit-il ses derniers instants en tant que roi de Thaïlande ?

Le roi Maha Vajiralongkorn n’a pas d’enfant avec la reine Suthida

Trois jours avant son couronnement, le 1e mai 2019, le roi Maha Vajiralongkorn a épousé sa quatrième épouse, Suthida Tidjai, qui devient Reine à son mariage. Suthida, ancienne hôtesse de l’air, était sa maitresse préférée au moment d’assurer les cérémonies officielles de son couronnement, organisées deux ans et demi après être monté sur le trône en décembre 2016, suite à la mort de son père.

Le roi Maha Vajiralongkorn et la reine Suthida lors de la cérémonie de couronnement du roi en mai 2019, après deux ans et demi de règne (Photo : Committee coronation King Rama/POOL/DPPA/SPUS/ABACAPRESS.COM)

Depuis leur mariage, le roi Maha Vajiralongkorn, 68 ans, et la reine Suthida, 42 ans, vivent séparément. Le roi de Thaïlande vit avec son harem à l’hôtel Sonnenbichl, situé à Garmisch-Partenkirchen en Bavière, alors que la reine Suthida vit à l’hôtel Waldegg, en Suisse. Quelques mois après son mariage avec la reine Suthida, le roi de Thaïlande a nommé Sineenat Bilaskalayani noble royale consort. Suite aux tensions à la cour, après avoir décidé d’officialiser sa relation avec sa maitresse, cette dernière a été répudiée quelques mois plus tard et a été envoyée en prison pour déloyauté.

Le 28 juillet 2019, Sineenat “Koi” Wongvajirapakdi devenait “chao khun phra” (noble royale consort) lors d’une cérémonie en présence du roi Maha Vajiralongkorn et de la reine Suthida (Photo : capture YouTube)

Après une dizaine de mois en prison, la noble consort Sineenat Bilaskalayani a été relâchée de prison et a réintégré la cour royale. Elle a retrouvé tous ses titres dynastiques et militaires. Malgré les tensions, un ménage à trois semi-officiel a été mis en place, la noble consort acceptant de toujours se tenir un pas derrière le couple royal lors des engagements officiels. Depuis septembre 2020, le roi, la reine et sa cour vivent à nouveau en Thaïlande, suite à de vives critiques et aux mouvements anti-monarchiques qui dénonçaient notamment le fait que le souverain vivait en Allemagne. Le roi de Thaïlande n’a pas d’enfants avec sa seule épouse officielle, la reine Suthida ni avec sa noble royale consort surnommée «Koi».

Les trois seuls enfants légitimes et dynastes du roi de Thaïlande avec sa dernière épouse, la reine Suthida. La princesse Bajrakitiyabha, la princesse Sirivannavari, la reine Suthida et le prince Dipangkorn (Photo : PPE/Nieboer/SPUS/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Le gouvernement allemand met en garde le roi de Thaïlande

Les enfants reconnus mais répudiés du roi de Thaïlande

Le roi Maha Vajiralongkorn est officiellement père de 7 enfants, dont seuls 3 sont encore dynastes. Sa première fille, la princesse Bajrakitiyabha, 42 ans, est issue de son premier mariage arrangé avec l’une de ses cousines, la princesse Soamsawali.

L’arbre généalogique du roi de Thaïlande. Qui sont tous les enfants du roi de Thaïlande et de ses 4 épouses ? (Image : Histoires Royales)

Bien que ce mariage se soit terminé par un divorce, la princesse Soamsawali est la seule ex-épouse du roi à ne pas avoir été répudiée. Aujourd’hui lourdement handicapée depuis deux AVC, la princesse Soamsawali occupe des fonctions officielles. Sa position au sein de la Cour est notamment due aux pressions de sa tante, la reine mère Sirikit, qui l’a toujours soutenue.

Le roi de Thaïlande avec sa première ex-épouse et cousine, la princesse Soamsawali handicapée par deux AVC (Photo : Instagram/princess.soamsawali.907th)

La reine mère Sirikit a également fait en sorte que leur fille unique ait une position privilégiée. La princesse Bajrakitiyabha a fait de bonnes études et a assuré des postes diplomatiques importants. Elle est l’une des héritières potentielles de son père, bien qu’elle soit célibataire et sans enfants.

La deuxième épouse de Maha Vajiralongkorn, Yuvadhida Polpraserth, était une actrice avec qui il a débuté une relation alors qu’il était encore marié à sa cousine. Le couple a eu 5 enfants de 1979 à 1987, 4 garçons et 1 fille. En 1991, Maha Vajiralongkorn divorcera de sa première épouse pour épouser Yuvadhida Polpraserth. Celle-ci deviendra princesse et leurs cinq enfants seront légitimés.

Le prince héritier Maha Vajiralongkorn avec sa deuxième épouse, et leurs quatre fils légitimés après leur mariage en 1994. Une fille est également née de cette union (Photo : Facebook/VivacharawongseOfficial)

En 1996, la princesse prend la fuite au Royaume-Uni et embarque ses cinq enfants avec elle. Maha Vajiralongkorn parviendra à récupérer sa fille, Chakkrityabha Mahidol, connue aujourd’hui comme la princesse Sirivannavari. Grâce à une accusation d’adultère, il divorce et répudie sa seconde épouse ainsi que sa progéniture, à l’exception de la princesse Sirivannavari, qui aujourd’hui encore est une membre active de la famille royale. Yuvadhida Polpraserth et ses quatre fils vivent actuellement aux États-Unis.

L’ironie du sort est que Maha Vajiralongkorn a eu 4 garçons avec sa seconde épouse et seule leur fille est aujourd’hui dynaste. L’ainé des garçons, Juthawachara, qui aurait pu être le prince héritier de Thaïlande, a aujourd’hui 41 ans. Le second est Vacharaesorn, le troisième est Chakriwat, qui vient de fêter son 38e anniversaire. Vacharaesorn est médecin. La presse a révélé qu’il était atteint de neurofibromatose. Enfin, le quatrième garçon, Vatcharawee, est âgé de 35 ans.

Vient enfin le prince Dipangkorn Rasmijoti, âgé de 16 ans depuis ce 29 avril. Il est le cinquième fils du roi Maha Vajiralongkorn. Il est issu de son troisième mariage, avec Srirasmi Akharaphongpreecha. Dipangkorn a été conçu pour offrir un héritier mâle à Maha Vajiralongkorn, déjà âgé de 52 ans. Depuis les années 90, Maha Vajiralongkorn souffre d’une maladie immunodéficiente. Dans des câbles diplomatiques révélés par l’affaire WikiLeaks, on apprend qu’il aurait contracté le VIH. Le prince Dipangkorn aurait donc été conçu par insémination via une méthode de sélection pour éviter de transmettre sa maladie.

Le couple héritier de Thaïlande, le prince héritier Maha Vajiralongkorn et sa troisième épouse, la princesse Srirasmi à Buckingham Palace, invités par le prince de Galles et la duchesse de Cornouailles au diner de gala du Jubilé de diamant de la reine Elizabeth II en 2012 (Photo : Anwar Hussein/PA Photos/ABACAPRESS.COM)

Après de nombreux conflits internes, notamment avec la reine Sirikit, la troisième épouse, a été répudiée en 2014. Aujourd’hui, l’ancienne princesse vit dans une résidence surveillée le crâne rasé pour qu’on ne la reconnaisse pas. Plusieurs membres de sa famille et de son entourage ont été emprisonnés dans la foulée.

La mère du prince Dipangkorn vit recluse dans une résidence surveillée depuis sa répudiation en 2014 (Photo : Somsak Jeamteerasakul)

Le prince Dipangkorn Rasmijoti vit en Allemagne, bénéficiant de soins dans un centre spécialisé pour traiter ses troubles du comportement de type autistique. Le trouble exact dont souffre l’adolescent n’a jamais été révélé. Lors de ses rares apparitions publiques, il peine à s’exprimer. Selon le magazine allemand Bild, l’adolescent est scolarisé à l’école Waldorf de Wolfratshausen et parle aujourd’hui mieux l’allemand (avec un accent bavarois, précise Bild) que le thaï. 

Considéré comme l’héritier par certains, la possibilité d’avoir une femme sur le trône fait débat depuis peu, le roi n’ayant autour de lui que des sœurs et des filles qu’il a légitimées. Son seul fils légitime est Dipangkorn. Actuellement, une règle de primogéniture à préférence masculine semble en vigueur, ce qui veut dire que les femmes entrent dans l’ordre de succession mais les hommes ont priorité au sein d’une fratrie. En réalité, aucune règle de succession n’est imposée et à plusieurs reprises dans l’histoire, le souverain lui-même a imposé son successeur en nommant un frère ou un fils prince héritier.

Au vu du caractère particulier du seul fils légitime du roi, certains pensent qu’il ne pourra pas monter sur le trône. Outre ses problèmes de santé, le fait que sa mère ait été répudiée ne joue pas en sa faveur. D’autres au contraire pensent qu’un «roi marionnette» serait idéal pour le gouvernement militaire qui s’est emparé du pays et pourrait exercer un pouvoir plus important. Les deux autres filles du roi sont des héritières potentielles. La première serait la candidate idéale, mais son âge et son manque d’héritier jouent en sa défaveur. L’ironie est que le roi a 4 garçons, connus comme les frères Vivacharawongse, qui vivent aux États-Unis et mènent des brillantes carrières. Très populaires parmi certains royalistes, ils ont ouvert leur propre page Facebook pour donner de leurs nouvelles. Ceux-ci ne revendiquent pas le trône.

Juthavachara, Vacharaesorn, Chakriwat et Vatchrawee Vivacharawonse, les quatre fils répudiés du roi de Thaïlande qui auraient pu lui succéder (Photo : Facebook/VivacharawongseOfficial)

Le fils caché du roi de Thaïlande avec une maitresse de son harem

En Allemagne, le roi de Thaïlande aurait caché l’existence d’un fils en l’envoyant en Suisse. Dans son média Siam News, le journaliste Andrew McGregor Marshall révèle l’existence d’un garçon, né d’une relation avec l’une des maitresses de son harem.

Depuis des années, alors encore prince héritier, Maha Vajiralongkorn s’est installé d’abord dans l’hôtel de l’aéroport de Munich. Il a ensuite pris un étage complet de l’hôtel Sonnenbichl de Garmisch-Partenkirchen. Il est par ailleurs propriétaire d’une résidence à quelques kilomètres de là et d’une villa, dans laquelle vit son fils, le prince Dipangkorn. La reine Suthida vit en Suisse, alors que le roi Maha Vajiralongkorn vit avec son harem de son côté.

En 2007, encore prince héritier, Maha Vajiralongkorn effectue quelques voyages de plus en plus fréquents en Allemagne. Sa vie en Allemagne fait même l’objet de courriers diplomatiques en 2009, qui indiquent que le prince héritier a passé 75% de son temps en Allemagne pour suivre des traitements médicaux.

Si Maha Vajiralongkorn a choisi les montagnes bavaroises comme lieu de prédilection, c’est à la fois pour la discrétion du lieu mais aussi pour la présence de la très décriée Villa Medica. Cet institut médical, tenu par un médecin d’origine thaïlandaise, propose des soins révolutionnaires, notamment pour soigner le VIH et l’autisme. La Villa Medica propose également des cures de jouvence, en injectant des cellules de fœtus d’agneaux. Son fils unique légitime peut donc y suivre sa scolarité et lui, ses traitements en toute discrétion.

Suthida a rejoint l’hôtel Waldegg à Engelberg, en Suisse, avant même son mariage. Selon le journaliste Andrew McGregor Marshall, ces dernières années, une femme de son harem «avec un fils en bas âge» a rejoint le même hôtel. L’enfant a maintenant environ trois ans. «Selon des sources, l’entourage de Suthida à Engelberg sait que Vajiralongkorn est le père du garçon et que la mère a été renvoyée à l’hôtel Waldegg après être tombée enceinte. Selon une source, “la version officielle de l’histoire est qu’elle est tombée enceinte d’un soldat”, mais tout le monde sait qu’en fait, Vajiralongkorn a engendré l’enfant. Des sources affirment que le garçon ne bénéficie d’aucun traitement spécial apparent.»

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr