Penny aux funérailles de son meilleur ami le prince Philip

Penny et Philip étaient devenus inséparables. L’aristocrate était devenue la digne héritière du nom des Mountbatten, ce nom que le prince Philip a choisi en adoptant la nationalité de son épouse. Penelope Knatchbull était si proche du duc d’Édimbourg, qu’elle figurait dans la liste des 30 privilégiés à avoir l’autorisation d’assister aux funérailles du prince Philip.

Penelope Knatchbull, comtesse Mountbatten de Birmanie, se rend aux funérailles de son meilleur ami, le prince Philip (Photo : Chris Jackson/PA Wire/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : L’imposant collier de perles symbolique porté par Kate Middleton aux funérailles du prince Philip

La fille de boucher devenue la meilleure amie du prince consort

La 3e comtesse Mountbatten de Birmanie est connue sous plusieurs noms. Penelope Eastwood est née le 16 avril 1953 à Londres. Son père, un simple boucher, est devenu un richissime homme d’affaires en fondant la chaine de restaurants Angus Steakhouse. Éduquée en Suisse puis détentrice d’un diplôme de commerce à Londres, Penelope épouse en 1979 Norton Knatchbull, lord Ramsey.

Son époux portait à l’époque le titre de lord Ramsey, le titre subsidiaire de son père, John Knatchbull, 7e baron Brabourne. Penny et son époux sont parfois connus comme Penelope et Norton Ramsey. En 2005, John Knatchbull décède et son fils, Norton, devient le 8e baron Brabourne. Penny est alors connue comme Penelope Brabourne ou Lady Brabourne dans la presse.

Si Lady Brabourne intéresse tant la presse, ce n’est pas pour le simple titre de baron de son époux mais pour sa proximité avec la famille royale et le prince consort, en particulier. En effet, la mère de Norton Knatchbull n’est autre que Patricia Mountbatten, fille du célèbre Louis Mountbatten, oncle tant adoré et admiré du prince Philip. Patricia Mountbatten, épouse Knatchbull, avait hérité du titre nobiliaire de son père à son assassinat en 1979 et était devenue la 2e comtesse Mountbatten de Birmanie.

Les héritiers de Louis Mountbatten

Le titre de comte Mountbatten de Birmanie avait été créé pour Louis Mountbatten, qui fut chef d’État-Major des Armées britanniques et vice-roi des Indes de 1955 à 1959. D’abord fait vicomte Mountbatten de Birmanie en 1946, le titre est élevé au rang de comte en 1947. Louis Mountbatten est né en 1900 au château de Windsor en tant que prince Louis de Battenberg. Il portait le même nom que son père, le prince Louis de Battenberg. Ce dernier fera angliciser le nom de la famille en Mountbatten (et par la même occasion fera perdre le titre de prince) à la sortie de la Première Guerre mondiale.

Le titre de prince de Battenberg avait été créé pour la mère de Louis de Battenberg, Julia Hauke, lors de son mariage avec Alexandre de Hesse. Les enfants d’Alexandre et Julia ont été privés du nom et du titre de Hesse, à cause du rang inférieur de Julia.

Louis Mountbatten, né prince Louis de Battenberg, anciennement vice-roi des Indes avait été fait vicomte puis comte Mountbatten de Birmanie (Photo : Wikimedia Commons)

Lire aussi : La bourgade de Battenberg pour un prince répudié : l’origine des Mountbatten

Le nom de Mountbatten, dérivé de Battenberg, lui-même issu d’une privation de Hesse, est donc empreint à la fois d’amertume (celui d’avoir été renié par les siens), de fierté (celle d’avoir réussi malgré la répudiation) et d’abnégation (celle d’avoir été le nom du second pendant 73 ans). Alors que Louis Mountbatten était le plus célèbre Mountbatten de sa génération, son neveu, le prince Philippe de Grèce (fils de sa sœur Alice), deviendra encore plus célèbre en épousant la future reine du Royaume-Uni en 1947.

Fait assez rare, le titre de comte Mountbatten de Birmanie a été créé par Lettres patentes en 1947, permettant une transmission à sa fille ainée, Patricia, Louis Mountbatten n’ayant eu que deux filles. C’est donc Patricia qui héritera du titre et de tout ce qu’il représente comme héritage, après l’assassinat de son père. Patricia, toujours proche de la famille royale et parfois même dame de compagnie d’Elizabeth II, transmettra à son tour le titre à son fils, à son décès en 2017.

Voici comment Norton Knatchbull est devenu 3e comte Mountbatten de Birmanie, et que son épouse sera connue aussi dès lors comme Penelope Mountbatten ou simplement la comtesse Mountbatten. Si jusqu’ici Patricia avait rendu fiers les Mountbatten, on peut difficilement en dire de même pour Norton, le nouveau comte. C’est son épouse, qui n’a donc aucun lien de sang avec la famille, qui se chargera de faire honneur à cet héritage.

Les épreuves de vie de Lady Brabourne

Penelope Brabourne et le prince Philip se connaissent depuis l’entrée de Penny dans la famille Mountbatten, lors de son mariage en 1979 à Norton, qui n’était encore que lord Ramsey. Norton Knatchbull avait reçu pour parrain de baptême le prince Philip et le prince Charles fut le témoin de son mariage avec Penelope. Plus tard, à son tour, Norton sera choisi par Charles pour être le parrain de son premier fils, le prince William.

Penelope et Norton ont eu trois enfants : lord Nicholas, lady Alexandra et l’honorable Leonora. En 1991, la famille est frappée par une tragédie. Leonora décède à 5 ans des suites d’un cancer du rein. Après la perte de cette enfant, Penelope crée une fondation pour aider les enfants atteints du cancer. C’est à ce moment-là que Penny se rapproche de la famille royale, faisant appel à la Reine et à son époux pour promouvoir et soutenir sa fondation.

Philip voit en Penny l’héritière par alliance du nom de sa famille maternelle, qu’on a tant de fois voulu effacer. Alors que le prince Philip a abandonné les compétitions de polo depuis bien des années à cause de l’arthrose, il était devenu un vrai passionné de courses d’attelage. Il initiera son amie Penelope à l’attelage au début des années 90. Ils se retrouveront autour de cette passion commune et deviendront meilleurs amis, malgré les 32 ans qui les séparent.

Philip avait transmis sa passion pour l’attelage à Penny; l’épouse de son filleul, le comte Mountbatten de Birmanie (Photo : Steve Parsons/PA Wire/Abacapress)

Penelope vivra d’autres tragédies, pouvant toujours compter sur le prince Philip pour l’aider à surmonter les épreuves. Son fils ainé, Nicholas sombre dans l’addiction aux drogues. Rongé par la cocaïne, la kétamine et l’héroïne, il fera les gros titres de la presse quand il se vantera d’avoir fumé du crack dans les caves, alors que la reine Elizabeth II assistait à une réception à l’étage du-dessus. Envoyé en cure de désintoxication, après avoir vécu dans un squat, tout en soutirant de l’argent à sa famille, il serait aujourd’hui artiste. Il doit toujours officiellement hériter du titre familial et devenir le 4e comte Mountbatten de Birmanie.

Entretemps, c’est Alexandra, la fille de Penelope, qui a hérité de certaines responsabilités familiales, alors que Norton, l’époux de Penelope vit à son tour son propre scandale. Si sa fille Alexandra joue le rôle de l’héritière de remplacement, Penelope joue quant à elle le rôle de chef de famille de remplacement. En 2010, Norton Knatchbull prend la fuite avec sa maitresse et part s’installer aux Bahamas. Penelope prend en charge la gestion du domaine familial de Broadlands, dans le Hampshire.

La maison sur le domaine de Broadlands, fief de 2400 hectares de la famille des comtes de Mountbatten, dans le Hampshire (Photo : Wikimedia Commons)

La relation entre Penny Brabourne et le prince Philip

Jamais un pas de travers, toujours digne malgré les épreuves, elle forcera même l’admiration de la reine Elizabeth. À Buckingham, on l’appelle madame «and also», ce qui veut dire «et aussi», en référence à sa présence aux grands événements. Tellement proche du couple royal, elle est conviée aux événements auxquels habituellement seules les royautés sont invitées… «et aussi» la comtesse Mountbatten.

Elle se rendra au chevet du prince Philip lors de ses nombreuses hospitalisations. Ces dernières années, Penny avait pris l’habitude de retrouver le prince Philip à Wood Farm, la dépendance de Sandringham où il vivait depuis sa retraite en 2017. La presse a plusieurs fois voulu la présenter comme l’amante du prince Philip. Jamais aucune preuve ne permet de dire que la rumeur est fondée.

Comme l’écrit Le Figaro, «l’autre femme dans la vie du prince Philip» ne partageait pas son lit mais le nom de sa famille devenu un titre nobiliaire. C’est un détail pour beaucoup mais pour le prince Philip, cela avait beaucoup d’importance. Lui-même a dû attendre 1960 pour qu’on accepte que sa descendance accole le nom de Mountbatten à celui de Windsor à l’État civil.

La comtesse Mountbatten de Birmanie aux funérailles du prince Philip

Proche du prince Philip jusqu’à son dernier souffle, Philip et Penny Brabourne ont vécu 46 ans d’amitié. Elle fut tout naturellement invitée à ses funérailles ce 17 avril 2021. Le choix est d’autant plus fort qu’on sait l’importance du protocole qui entoure ce genre d’événements. Encore plus quand on sait que les règles sanitaires imposaient une liste très restreinte de 30 personnes maximum. Si on suivait le protocole, Penelope n’aurait pas eu sa place…. à la limite son époux. Officiellement toujours mariés, Norton a fait son retour en 2014, la queue entre les jambes, lorsqu’il a quitté les Bahamas pour revenir s’installer dans une grange aménagée sur le domaine de Broadlands, fief familial que dirige et gère dorénavant son épouse.

Penelope Knatchbull (en haut à droite de la rangée supérieure) observe le cortège funèbre qui entre dans le chœur de la chapelle Saint-Georges à Windsor, ce 17 avril 2021 (Photo : Dominic Lipinski/PA Wire /ABACAPRESS.COM)

Nicolas Fontaine
Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Il est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr