La réconciliation entre les cousins prétendants au trône d’Italie n’aura pas lieu

Il y a quelques jours, les monarchistes italiens s’étaient réjouis de voir les deux cousins, le prince Emmanuel-Philibert et le prince Aimone, s’entendre à merveille lors du mariage du grand-duc Georges Mikhaïlovitch à Saint-Pétersbourg. Les partisans de l’un et de l’autre, par contre, ne voyaient pas d’un bon œil ce rapprochement et craignaient que l’un des deux finisse par renoncer à ses prétentions. Que ceux-ci se rassurent… Derrière les sourires affichés sur les photos, la querelle dynastique a toujours lieu. C’est ce que nous confirme l’un des deux protagonistes.

Lire aussi : Emmanuel-Philibert de Savoie publie un document pour mettre fin à la querelle dynastique : «Assez avec ces absurdités !»

Un rapprochement au mariage du grand-duc Georges de Russie

Le 30 septembre 2021, le prince Emmanuel-Philibert de Savoie, prince de Venise, retrouvait le prince Aimone de Savoie-Aoste, duc d’Aoste, au palais Vladimir de Saint-Pétersbourg, là où le grand-duc Georges Mikhaïlovitch Romanov organisait le cocktail de bienvenue à l’occasion de son mariage. Le lendemain, les deux princes italiens étaient assis non loin l’un de l’autre à la cathédrale Saint-Isaac, lors de la célébration du mariage religieux. Ils se sont à nouveau retrouvés en soirée, lors de la réception du mariage au Musée ethnographique et enfin, le lendemain, ils ont pu se croiser lors du brunch à la russe organisé au palais Constantin à Strelna.

Aimone de Savoie-Aoste, Georges Mikhaïlovitch Romanov, Emmanuel-Philibert de Savoie et Charles-Philippe d’Orléans (Photo : David Nivière/Abacapress)

Jamais des représentants des deux branches de la famille de Savoie ne s’étaient retrouvés sous le même toit aussi longtemps. Mieux encore (ou pire encore, selon les points de vue), les cousins n’ont pas tenté de s’éviter pendant les trois jours. Ils ont préféré mettre de côté leurs différends dynastiques et se sont retrouvés avec plaisir. De mémoire, une telle rencontre n’avait pas eu lieu entre leur père respectif depuis des décennies. Il s’agissait aussi de la première rencontre entre les cousins depuis la mort du prince Amédée, en juin dernier, et donc depuis que le prince Aimone, son fils ainé, a repris le flambeau en tant que nouveau duc d’Aoste.

Pas de trêve dans la guerre dynastique

Le prince Aimone de Savoie-Aoste a été interrogé par le magazine italien Oggi, qui a été surpris de le voir s’afficher avec un grand sourire aux côtés de son rival. Le duc d’Aoste a confirmé avoir mis de côté ses différends personnels le temps des festivités mais que ses prétentions dynastiques n’avaient pas changé. «Il y a de bonnes relations entre moi et mon cousin», assure d’abord le duc d’Aoste à Oggi. Puis il confirme que malgré les apparences, il n’y a «pas la paix entre les deux branches savoyardes. Mon cousin et moi avons différentes idées».

Le prince Aimone de Savoie-Aoste et le prince Emmanuel-Philibert de Savoie souriant lors de leurs retrouvailles au palais Vladimir de Saint-Pétersbourg (Photo : David Nivière/Abacapress)

«Il y a des plans différents, qu’il ne faut absolument pas confondre. En ce qui concerne les questions familiales, mon cousin et moi avons évidemment une grande diversité de points de vue. Cela ne nous empêche pas d’entretenir de bonnes relations sur le plan personnel». Le descendant du roi Zvonimir de Croatie explique qu’il a préféré mettre de côté leurs histoires familiales par respect pour «les hôtes qui nous ont invités». Quand le journaliste insiste en lui demandant s’il s’agissait d’une trêve ou d’un acte de paix, il répond : «Je le répète : nous avons des idées différentes.»

Le prince Aimone de Savoie-Aoste, 57 ans, époux de la princesse Olga de Grèce, vit en Russie où il est le directeur général de la branche russe de la société Pirelli. Depuis la mort de son père en juin dernier, il est l’actuel prétendant au trône d’Italie selon ses partisans. Le prince Emmanuel-Philibert de Savoie, 49 ans, est le petit-fils du dernier roi Humbert II d’Italie et le fils de l’autre prétendant au trône, le prince Victor-Emmanuel de Savoie.

Emmanuel-Philibert de Savoie et son père, Victor-Emmanuel, en 2010 (Photo : Marco Piovanotto/ABACAPRESS.COM)

Lire aussi : Déclaration du prince de Naples après la mort de son cousin et rivale, le duc d’Aoste

La branche de Victor-Emmanuel et d’Emmanuel-Philibert se réclament être à la tête de la famille royale de Savoie en tant que descendants légitimes de l’ancien roi, qui leur a également signifié qu’il voyait en eux ses héritiers, en leur octroyant des titres. Ce sont également eux qui ont été visés par la loi d’exil de l’Italie, lors de l’abolition de la monarchie. Emmanuel-Philibert de Savoie est surtout connu en France depuis son mariage avec l’actrice Clotilde Courau et sa participation à diverses émissions de télévision.

La branche d’Aoste, quant à elle, revendique depuis quelques années la prétention au trône. C’est le défunt prince Amédée qui a fait savoir sa prétention, suite à différents démêlés judiciaires de son cousin, ainsi que, selon lui, un mariage non consenti de son rival avec une roturière, qui n’aurait pas été adoubé par son père. La branche d’Aoste s’oppose aussi fermement à l’abolition de la loi salique dans la famille de Savoie, qui a été déclarée par le prince Victor-Emmanuel en décembre 2019, permettant à sa petite-fille Victoria de devenir un jour la cheffe de famille.

La famille du duc d’Aoste et son arbre généalogique depuis le roi Victor-Emmanuel II (Image : Histoires Royales)

L’une et l’autre branche se font la guerre par médias interposés, sortant des documents des archives familiales pour tenter de valider leur position. La branche d’Aoste descend d’un fils cadet du roi Victor-Emmanuel II d’Italie, qui avait obtenu le titre de duc d’Aoste. Cette branche est elle-même montée (brièvement) sur le trône, en Espagne et en Croatie.

Nicolas Fontaine

Rédacteur en chef

Nicolas Fontaine est rédacteur web indépendant depuis 2014. Après avoir été copywriter et auteur pour de nombreuses marques et médias belges et français, il s'est spécialisé dans l'actualité des royautés. Nicolas est aujourd'hui rédacteur en chef d'Histoires royales. nicolas@histoiresroyales.fr